Le dollar avance un peu face l'euro

vendredi, 30.03.2018

De bons indicateurs et l'apaisement des tensions géopolitiques ont profité au dollar.

Les hausses de taux d'intérêt rendent le dollar plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes. (Keystone)

Le dollar avançait très légèrement jeudi à la veille du week-end prolongé de Pâques face à l'euro, profitant d'une combinaison de bons indicateurs et de l'apaisement des tensions géopolitiques.

Vers 20h45 heure, l'euro valait 1,2305 dollar, contre 1,2308 dollar mercredi vers 21H00 GMT.

La monnaie unique européenne baissait face à la devise japonaise à 130,95 yens, contre 131,49 yens la veille à 22 heures.

Le billet vert baissait également face à la monnaie nipponne à 106,43 yens, contre 106,85 yens pour un dollar la veille au soir.

Aux Etats-Unis, le marché digérait les chiffres de l'inflation sur un an en février, au plus haut depuis onze mois avec 1,8%, et un nombre d'inscriptions hebdomadaires au chômage au plus bas depuis 45 ans.

Quant aux promesses de ventes de logements, elles ont rebondi plus que prévu en février, avec une progression de 3,1% contre 2,5% attendu.

Le dollar s'était déjà apprécié la veille après la révision à la hausse de la croissance aux Etats-Unis pour le quatrième trimestre 2017.

Pour les analystes, une inflation et une croissance solides sont synonyme de resserrement monétaire plus rapide que prévu de la part de la banque centrale américaine (Fed).

Les hausses de taux d'intérêt rendent le dollar plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes.

Autres éléments qui ont joué en faveur du dollar ces derniers jours: la visite surprise du leader nord-coréen en Chine et la réaction de Trump annonçant qu'il y avait à présent "une bonne chance" de voir le dirigeant nord-coréen abandonner ses armes nucléaires.

Tout cela survient quelques jours après que les négociations entre les Etats-Unis et la Chine ont éloigné les perspectives de guerre commerciale et alors que Séoul a accepté lundi de réduire de 30% ses exportations d'acier vers les Etats-Unis et d'ouvrir davantage son marché automobile aux constructeurs américains.

"Les dirigeants semblent avoir peu d'appétit pour une fuite en avant protectionniste, ce qui suggère que de futurs compromis sont en préparation", ont expliqué des analystes de Morgan Stanley.

"Cela se révélerait nettement positif pour la croissance américaine et le ralliement des investisseurs à cette hypothèse est bon pour les actifs plus risqués", ce qui explique la remontée du dollar ces derniers jours face au yen, considéré comme une monnaie refuge, ont-ils poursuivi.

Il y a une semaine, le dollar avait atteint son plus bas niveau depuis un an et demi face à la devise nipponne.

De son côté, la livre britannique était à la peine face à l'euro et face au dollar après avoir fortement progressé en mars du fait de l'avancée des négociations sur le Brexit.

Jeudi, l'Office des statistiques nationales a revu à la hausse la croissance britannique pour 2017, à 1,8% (+0,1 point).

"Cela reste le taux le plus bas depuis 2012", a réagi Lukman Otunuga, analyste chez FXTM, prédisant que la livre allait restait sous pression face au dollar.

La monnaie chinoise a fini à 6,2898 yuans pour un dollar, contre 6,2980 yuans pour un dollar mercredi vers 15H30 GMT.

L'or valait 1.323,85 dollars au fixing contre 1.332,45 mercredi soir.

Le bitcoin valait 7.425,02 dollars, contre 7.906,96 dollars mercredi à 22 heures, selon des chiffres compilés par le fournisseur de données financières Bloomberg. (awp)






 
 

AGEFI



...