Les directeurs financiers sont optimistes pour l'économie suisse

mardi, 25.07.2017

D'après une enquête du cabinet Deloitte, près de trois quarts (71%) des directeurs financiers des entreprises suisses jugent positivement les perspectives économiques suisses ces douze prochains mois.

D'après une enquête du cabinet Deloitte, près de trois quarts (71%) des directeurs financiers des entreprises suisses jugent positivement les perspectives économiques suisses ces douze prochains mois.

Près de trois quarts (71%) des directeurs financiers des entreprises suisses jugent positivement les perspectives économiques helvétiques ces douze prochains mois. Ils n'avaient plus été aussi optimistes concernant l'évolution conjoncturelle depuis le milieu de 2014.

L'ambiance positive prédominante chez les 101 directeurs financiers suisses interrogés se reflète sur le deuxième trimestre 2017, souligne mardi le cabinet Deloitte dans son enquête trimestrielle.

Le niveau d'incertitude dans les domaines économique et financier a atteint son niveau le plus bas depuis l'abolition par la Banque nationale suisse (BNS) du taux plancher liant franc et euro en janvier 2015: seuls 52% de directeurs financiers interrogés jugent que le niveau d'insécurité est actuellement élevé, contre 81% au premier trimestre 2015 et 59% lors du trimestre précédent.

Les risques géopolitiques et le franc fort constituent les principaux facteurs d'inquiétude. La tendance est cependant en train de changer, note Deloitte.

Si les risques conjoncturels et de politique monétaire étaient mis en avant il y a un an, la pression sur les prix et les marges, les problèmes avec les fournisseurs ou encore les projets internes sont désormais devenus des sujets de préoccupation dominants. La numérisation et l'évolution technologique sont aussi de plus en plus perçues comme un risque, notamment en matière de cybersécurité.
La numérisation est dans le même temps une priorité: la propension à investir dans les technologies numériques arrive en tête pour 80% des entreprises suisses. Les investissements dans le renforcement des compétences numériques des employés s'accélèrent également.

Signe que la reprise économique se poursuit, "les directeurs financiers suisses prévoient des dépenses d'investissement plus élevées pour les prochains mois qu'au cours des précédents trimestres", note Michael Grampp, chef économiste chez Deloitte Suisse, cité dans le communiqué.

Préoccupations liées au Brexit

Deux tiers des directeurs financiers abordent les perspectives financières de leur entreprise de manière optimiste pour les 12 prochains mois.
Les prévisions en matière de chiffre d'affaires sont majoritairement positives et ont encore augmenté au cours de ce trimestre, puisque 76% des répondants se montrent optimistes. Même si moins positives, les prévisions relatives aux marges ont tout de même augmenté: 38% prévoient une augmentation, contre 25% au trimestre précédent.
Parmi les six principaux partenaires économiques de la Suisse que sont l'Allemagne, les Etats-Unis, la France, l'Italie, la Grande-Bretagne et la Chine, le potentiel d'incertitudes le plus élevé concerne le pays de l'oncle Sam et la Grande-Bretagne.
Les incertitudes ont fortement augmenté avec respectivement l'élection du gouvernement américain, ainsi que les élections parlementaires britanniques et les négociations sur le Brexit.


 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...