Les recettes de primes de l'assurance globale ont ralenti en 2016

mercredi, 05.07.2017

D'après la dernière étude de Swiss Re, l'industrie mondiale de l'assurance a ressenti la faiblesse en 2016 des économies avancées, mais aussi émergentes.

D'après la dernière étude de Swiss Re, l'industrie mondiale de l'assurance a ressenti la faiblesse en 2016 des économies avancées, mais aussi émergentes.

L'industrie mondiale de l'assurance a ressenti la faiblesse en 2016 des économies avancées, mais aussi émergentes. Les recettes de primes ont crû de seulement 3,1% en termes réels, après un plus de 4,3% l'année précédente.

Vu la dépréciation de nombreuses devises vis-à-vis du billet vert, notamment de la livre anglaise, la croissance en termes nominaux s'inscrit à 2,9%, indique mercredi Swiss Re dans sa dernière étude sigma. Pour 2016, le total des primes se chiffre à 4732 milliards de dollars (environ 4563 milliards de francs au cours actuel).

Au vu du contexte difficile, la progression du secteur reste cependant solide, souligne le réassureur zurichois. Dans le même temps, la croissance mondiale - moteur pour l'industrie de l'assurance - a affiché seulement 2,5% l'an passé. Même les pays émergents ont marqué le pas, à l'exception de la Chine.

Le secteur vie a connu un nouveau ralentissement sur les marchés matures. Son volume de primes a progressé de 2,5% sur un an en termes réels (4,4% en 2015) pour atteindre 2617 milliards de dollars. Celui de l'assurance dommages a gagné 3,7% (4,2%) à 2115 milliards.

CHINE EN VERVE

La Chine a dopé l'industrie de l'assurance, favorisée par la libéralisation des taux d'intérêt et les incitations du gouvernement, note Swiss Re. Dans l'ensemble des pays émergents, les recettes de primes des affaires vie ont bondi l'an dernier de 17%, celles de l'assurance choses de 9,6% comparé à 2015.

A 466 milliards de dollars au total, la Chine consolide sa place de 3e marché mondial, talonnant le Japon (471 milliards), mais loin derrière les Etats-Unis (1350 milliards). L'empire du Milieu confirme son ascension depuis le tournant du siècle, de la 16e à la 3e place, qu'il détient depuis 2015.

La vigoureuse évolution en Chine a compensé le ralentissement observé dans les autres marchés émergents. En Amérique du Nord et en Europe de l'Ouest, les volumes cumulés sont demeurés stables d'un an à l'autre, à 1400 milliards de dollars.

L'ALLEMAGNE PÈSE

Dans les affaires vie, les recettes de primes se sont contractées de 0,5% dans les pays industrialisés pour atteindre 2110 milliards. Le Japon a pesé en Asie, l'Allemagne en Europe occidentale. En excluant la Chine, les pays en croissance n'ont atteint que 5,7%, soutenus par l'Inde, l'Indonésie et le Vietnam. Les volumes en Amérique latine se sont étoffés de 5%.
Dans les affaires non-vie, les jeunes marchés ont crû trois fois plus vite que les matures. En Europe en particulier, l'Allemagne et la France ont considérablement ralenti, relève Swiss Re, tandis que l'Europe méridionale s'est ressaisie.

PERSPECTIVES PRUDENTES

Au chapitre des perspectives, la croissance du secteur vie devrait reposer à l'avenir sur les pays émergents, en particulier la Chine et l'Inde, prévoit Swiss Re. La progression devrait rester modeste dans les pays industrialisés.

Les pronostics restent plus prudents pour les affaires non-vie. Ici, les marchés avancés devraient jouer le rôle moteur. Si les recettes de primes sont attendues en hausse en Amérique du Nord, elles devraient en revanche faire du surplace en Europe de l'Ouest.(awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...