Les emplois les plus demandés de demain

jeudi, 20.09.2018

Dans un rapport, le Forum économique mondial (WEF) estime que d'ici 2022, les nouvelles technologies vont créer plus d'emplois qu'en détruire. L’apprentissage de nouvelles compétences va de pair. Tour d'horizon des postes-clés de demain.

Marine Humbert

Les analyste de données, développeurs d'applications, managers de l'innovation ou spécialiste de l'intelligence artificielle seront très demandés.(pixabay)

À mesure que les avancées technologiques transforment la frontière entre les tâches exécutées par l'homme et celles effectuées par les machines et les algorithmes, les marchés du travail mondiaux sont susceptibles de subir des transformations majeures.

Si elles sont bien gérées, ces transformations pourraient mener à un nouvel âge de travail, à de bons emplois et à une meilleure qualité de vie, mais si la gestion s’avère mauvaise, «elles posent le risque d'accroître les écarts de compétence, d'augmenter l'inégalité et d'élargir la polarisation», rapporte le Forum économie mondial (WEF) dans son dernier rapport  sur l'avenir des emplois d’ici 2022. Ce dernier s’appuie sur des questionnaires soumis aux dirigeants d’entreprises de tous les secteurs, représentant plus de 15 millions de salariés dans le monde.

Nouveaux emplois

Le WEF avance le chiffre de 75 millions de postes de travail qui disparaîtront d’ici à 2025 face à l’intelligence artificielle. Pour des domaines jusque-là non-touchés comme la communication ou le management. Cependant, «l’automatisation pourrait créer dans la même période 133 millions d’emplois nouveaux, soit un solde net positif de 58 millions de places de travail supplémentaires.»

La liste des emplois les plus demandés de demain au niveau mondial selon le WEF comprend: des analyste de données, développeurs d'applications, managers de l'innovation, spécialistes de l'intelligence artificielle ou de la blockchain, et ingénieurs roboticien..

Les postes-clés en Suisse d'ici 2022:

1.Directeur général (CEO) (utile pour la stratégie organisationnelle)

2.Professionnels de la vente et du marketing 

3. Analystes de données et développeurs d'applications

En Suisse, les rôles professionnels de Directeur et Managers, professionnels de vente et du marketing, et analystes de données ainsi que développeurs d'applications, seront les postes clés de la période 2018-2022.

Au contraire, les compétences manuelles et physiques désintéresseront les employeurs. Tout comme les compétences liées à la gestion de ressources financières et en matière d’installation et de maintenance de technologie.

Les aptitudes incluant la pensée analytique, l’innovation, ainsi que les stratégies d’apprentissage gagneront en importance au fil des ans.

Le rapport met en évidence la demande croissante de diverses formes de compétences en matière de conception de technologie et de programmation.

En parallèle, des compétences humaines telles que la créativité, l’originalité et l’initiative vont connaître une importance marquée de la demande par rapport à la moindre place qu’on leur accorde aujourd’hui.

Les compétences favorisées en Suisse d'ici 2022:

1.Analyse et innovation

2.Créativité, originalité et esprit d'initiative

 3. Apprentissage et stratégies de formation

Face aux nouvelles technologies permettant d’atteindre des niveaux d’efficacité et de production plus élevés, le rapport estime que 54% des employés auront besoin d’une requalification de leur compétence d’ici 2022.

Un apprentissage estimé à 101 jours en moyenne dans le monde, et qui se déroulera tout au long de la vie de l’employé. Particularité de la Suisse, le pays se place en dernière position par rapport à ce besoin, avec seulement 83 jours nécessaires, contre 105 en France.

Problème: la moitié des entreprises sondées indiquent qu’elles donneront en priorité un accès à la formation aux rôles clés et de premier plan, afin de renforcer la capacité stratégique de leur entreprise. En d'autres termes, les personnes qui ont le plus besoin de formation sont les moins susceptibles de la recevoir.

La probabilité de recruter du personnel permanent doté de compétences appropriées est presque deux fois plus probable que les licenciements stratégiques de personnel en retard dans l'adoption de nouvelles compétences.

Cependant, près du quart des entreprises sont indécises ou peu susceptibles de poursuivre le recyclage des employés existants. Les deux tiers attendent des travailleurs qu’ils s’adaptent et acquièrent des compétences dans le cadre de leur travail.

Entre la moitié et les deux tiers d'entre eux se tourneront probablement vers des sous-traitants externes, du personnel temporaire et des travailleurs indépendants pour combler leurs lacunes en matière de compétences.






 
 

AGEFI



...