Une start-up vaudoise veut uberiser les réservations des blocs opératoires

Mercredi, 18 juillet 2018 // Matteo Ianni

La start-up resot.care va lancer une plateforme de mise en relation entre les différents intervenants professionnels du domaine médical. L’objectif est de simplifier les réservations d’interventions chirurgicales ambulatoires, stationnaires et privées. Une innovation de taille dans le milieu hospitalier.

La question des délais d’attente pour les interventions chirurgicales non urgentes soulève des controverses et s’avère parfois déroutante.  Aujourd'hui, des personnes souffrantes sont obligées d'attendre plusieurs mois pour une opération. Comment en est-on arrivé à un tel engorgement? Les...

SGS est en ligne avec son plan stratégique 2020

Mercredi, 18 juillet 2018 // Elsa Floret

Pour ses acquisitions le leader mondial de l’inspection - dont les résultats semestriels sont en hausse - met le focus sur l’Asie du Nord-Est et l’Amérique du Nord.

Lors de la présentation de ses résultats semi-annuels devant les médias mercredi depuis son quartier général genevois, la SGS renouvelle ses perspectives 2018, ainsi que ses objectifs stratégiques de croissance 2020. Les résultats sont en hausse. En ce qui concerne l’accélération du programme d’acquisitions du leader...

Temenos poursuit sa croissance tous azimuts au 2e trimestre

Mercredi, 18 juillet 2018

Le chiffre d'affaires de Temenos s'est élevé à 204 millions de dollars, en hausse de 17% sur un an.

Temenos a annoncé mercredi des résultats extrêmement solides au 2e trimestre. Aussi bien le chiffre d'affaires que le résultat opérationnel (Ebit) et les recettes tirées des licences sont en nette hausse et bien supérieurs aux attentes des analystes. Le chiffre d'affaires du développeur genevois de logiciels bancaires s'est...

Christian Constantin: "Dans sa forme actuelle, Le Matin est mort"

mercredi, 11.07.2018

"Dans sa forme actuelle, Le Matin est mort", estime Christian Constantin. Le président du FC Sion veut faire du quotidien un bimensuel de sport financé en partie par les clubs romands.

Christian Constantin ne croit pas, en l'état, au projet d'un Matin exclusivement numérique. (keystone)

"Je n'ai pas l'ambition de vouloir sauver Le Matin. Dans sa forme actuelle, il n'y a rien à sauver, excepté le réseau. Avec 6 millions de pertes annuelles et moins de 10'000 abonnés, le journal est mort, la pub et la manière de penser des journalistes sont mortes", souligne-t-il dans un entretien paru dans L'Illustré.

Avec la disparition du Matin, le sport romand est en danger, estime Christian Constantin. Le Valaisan étudie avec l'éditeur Tamedia un projet mixte - papier et digital - pour la rentrée, en septembre.

Participation des clubs

Le président du FC Sion compte sur la mobilisation des clubs de football et de hockey romands de l'élite. "Si tous les clubs participent, je pense pouvoir lever environ 2 millions de francs", relève-t-il.

Des discussions sont en cours. Tamedia mettrait à disposition son réseau de caissettes et ses infrastructures et participerait au capital de départ à hauteur de 200'000 à 300'000 francs.

Modèle économique à revoir

"L'indépendance journalistique ne sera pas remise en cause. Les journalistes auront toute latitude de dire tout le mal qu'ils pensent de moi s'ils jugent que j'ai licencié un entraîneur à tort", assure l'homme d'affaires. "C'est le modèle économique qu'il est urgent de changer, pas la ligne éditoriale", précise-t-il.

Christian Constantin ne croit pas, en l'état, au projet d'un Matin exclusivement numérique. "Il y a encore deux ou trois générations qui sont attachées au papier. Pour moi, le digital reste pour l'instant une sorte de mesure d'accompagnement", conclut-il.

Pour rappel, la première séance de médiation entre Tamedia et les représentants de son personnel s'est déroulée lundi. Elle a fait suite aux trois jours de grève la semaine dernière contre l'annonce de la fin du Matin papier et le licenciement de 36 personnes, dont 22 dans la réaction. (ats)






 
 

AGEFI


 

 



...