La population des villes suisses sous la loupe

mardi, 17.04.2018

Dans les grandes villes suisses, les jeunes adultes forment le groupe d’âge le plus important. Par contre, dans les plus petites villes, il y a plus de ménages avec enfants qu’ailleurs.

La densité de la population est particulièrement élevée à Genève, où vivent 125 personnes par hectare. (keystone)

La dernière édition des "Statistiques des villes suisses" révèle que c'est à Muri bei Bern que la population urbaine est la plus âgée, avec près de 27% des habitants ayant plus de 65 ans. A l’inverse, à Plan-les-Ouates (GE), près de 27% de la population ont moins de 20 ans. A Uzwil (SG), près de 48% des habitants sont mariés, alors qu’en ville de Berne, la proportion n’est que de 33%.

125 personnes par hectare à Genève

Dans quelle ville ou commune urbaine naissent le plus de bébés pour 1000 habitants? Appenzell est en tête du classement, avec 29 naissances. A Lugano par contre, on n’enregistre qu’à peine 8 bébés pour 1000 habitants.

S’agissant du solde migratoire, Opfikon, dans le canton de Zurich, enregistre la plus haute valeur avec 42 personnes pour 1000 habitants. Et si l’on parle de densité de la population, elle est particulièrement élevée à Genève, où vivent 125 personnes par hectare, soit presque trois fois plus qu’en ville de Zurich.

Les jeunes s’installent dans les grandes villes

Si l’on considère la pyramide des âges, les villes suisses diffèrent sensiblement en fonction de leur taille. Dans les grandes villes, les 20 à 39 ans forment le groupe le plus important avec près de 34% de la population. Nulle part ailleurs, la part de cette tranche d’âge est aussi élevée. En moyenne suisse, elle est de 27%. Par contre, dans les villes et les communes urbaines de moins de 100.000 habitants, ce sont les 40 à 64 ans qui forment le groupe d’âge le plus important.

Beaucoup d’étrangers dans les agglomérations

Au total, 60% des étrangers recensés en Suisse vivent dans les 172 villes et communes urbaines passées en revue dans cet annuaire. Une grande partie de ces personnes - presque 20% - est établie dans les grandes villes. Par contre, ce sont les communes d’agglomération en particulier dans la zone frontalière qui ont la plus forte proportion d’étrangers.

Dans certains cas, plus de la moitié de la population n’a pas le passeport suisse, comme à Kreuzlingen (54,6%), Renens (51,1%) ou Spreitenbach (50,4%). Avec une population étrangère de 47,8%, la ville de Genève n’est pas loin derrière.

Le PLR et le PS dominent la politique des villes

Comme à chaque édition, les «Statistiques des villes suisses» contiennent aussi des données sur la vie politique urbaine. Un regard sur les 25 années écoulées montre que le PS, qui avait pris à la fin des années 90 la place du PLR comme parti le plus fort dans les parlements des villes, a dû laisser le PLR reprendre la première place en 2011.

Ce classement s’est vu confirmé en 2017: avec 24,3% de l’ensemble des sièges, les libéraux-radicaux sont les mieux représentés dans les parlements des villes, suivis des socialistes avec 22,3% et des UDC avec 15,2%.    

Cette 79e édition des "Statistiques des villes suisses" paraît pour la troisième fois en coédition avec l’OFS. En plus des données sur la population, l’annuaire contient de nombreuses informations factuelles sur des sujets comme le travail et la rémunération, les finances, la mobilité ou l’éducation dans 172 villes et communes urbaines de Suisse.






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...