Les Zougois termineront de payer leurs impôts demain

jeudi, 15.02.2018

Dans le canton de Zoug, un couple marié avec deux salaires gagne l'argent nécessaire pour payer ses impôts le 16 février, tandis que dans les cantons de Berne, de Vaud et de Neuchâtel, il lui faudra entre 40 et 50 jours de plus.

Jan Schüpbach. Economist, Swiss Sectors and Regions

Nombre de jours de travail nécessaire pour payer les impôts, couple marié sans enfant avec deux salaires, données fiscales de 2017.

Les personnes exerçant une activité lucrative en Suisse ne travaillent pas seulement pour elles-mêmes. Une partie de leur salaire annuel finit dans les caisses de l’État sous forme d’impôts et de contributions sociales. Or, le montant de l’impôt dû varie fortement en fonction du lieu de résidence, de la situation familiale et des revenus d’une personne.

Notre Tax Independence Day (TAXI), qui permet de mettre ces disparités en évidence, désigne le jour auquel un contribuable a gagné l’argent nécessaire pour payer ses impôts et ses contributions sociales obligatoires pour l’année en cours.

On part ici de l’hypothèse qu’il exerce une activité lucrative à partir du 1er janvier et qu’il consacre dans un premier temps l’intégralité de son revenu à l’acquittement de ses impôts.

Zoug: premier de classe incontesté

Depuis plusieurs années, Zoug remporte la palme du canton le plus attractif en matière de fiscalité pour les particuliers. Tous les ménages types observés y atteignent le TAX-I avant les habitants des autres cantons.

C’est le 16 février, au bout de 47 jours, qu’un couple marié avec deux salaires type y a achevé de gagner l’argent nécessaire pour s’acquitter de ses impôts, alors qu’il doit travailler environ deux semaines de plus dans le canton de Schwyz. Neuchâtel se classe bon dernier: le même ménage n’atteint le TAX-I que le 7 avril, c’est-à-dire au bout de 97 jours, soit 50 jours après Zoug.

Les cantons de Bâle-Ville, de Fribourg, de Soleure, de Genève, du Jura, de Berne et de Vaud sont eux aussi en retard sur la moyenne suisse (19 mars).

Au niveau communal

Dans certaines communes zougoises, le montant d’environ 19.000 francs d’impôts et de contributions sociales est gagné en 46 jours seulement, tandis qu’il faut jusqu’à 99 jours dans diverses communes neuchâteloises pour payer les quelque 40.000 francs demandés.

Dans les régions de Suisse occidentale, la charge fiscale (qui exige en général 75 jours de travail et plus) est nettement plus élevée que dans une grande partie de Suisse centrale et orientale ou qu’au Tessin.

Le Tessin, sur le podium concernant les familles

Tandis que les cantons de Zoug et de Schwyz occupent les deux premières places du podium tous types de ménage confondus, l’examen de ces derniers fait apparaître des disparités importantes dans le classement des autres cantons.

Selon les déductions qui y sont appliquées et la progression du système fiscal concerné, certains cantons se révèlent nettement plus attractifs pour les ménages à faibles revenus ou ayant des enfants que pour ceux disposant d’un revenu brut conséquent.

Le canton du Tessin, qui se classe huitième dans le cas des couples avec deux salaires, se retrouve en troisième position concernant les familles. Les cantons de Zurich, de Nidwald, d’Appenzell Rhodes-Intérieures et du Valais pratiquent eux aussi une fiscalité favorable aux
familles.

S’agissant des jeunes diplômés, c’est Zurich qui prend la troisième place devant Obwald, Nidwald et Appenzell Rhodes-Intérieures. Les cantons du Valais, de Bâle-Campagne, du Jura, de Lucerne, d’Obwald et de Zoug se distinguent par le fait qu’un couple avec deux salaires et un jeune diplômé atteignent le TAX-I à peu près à la même date, ce qui témoigne d’un système fiscal peu progressif occasionnant un désavantage moins prononcé pour les couples mariés par rapport aux couples vivant en union libre.

Schwyz toujours deuxième bien qu’il faille y travailler maintenant plus longtemps pour régler ses impôts

La concurrence fiscale a fortement diminué ces dernières années dans le cas des personnes physiques. Alors qu’ils n’avaient cessé de réduire l’imposition des particuliers entre 2005 et 2010, certains cantons l’ont relevée plus récemment. Le changement le plus important enregistré au niveau du TAX-I résulte de l’augmentation d’impôt modérée opérée par le canton de Schwyz: en 2017, un couple avec deux salaires a dû travailler six jours de plus qu’en 2014 pour remplir ses obligations fiscales.

Dans 15 autres cantons également, il lui a fallu en moyenne un à trois jours de plus qu’il y a trois ans. Il n’y a que dans les cantons d’Argovie et du Jura que le délai s’est raccourci de respectivement un et deux jours. Néanmoins, ces changements n’ont pas eu de répercussions majeures sur le classement: Appenzell Rhodes-Intérieures et le Jura ont progressé de trois places (se retrouvant respectivement en 3e et en 22e position), tandis qu’Obwald et Lucerne en ont perdu deux (désormais 5e et 14e). La situation financière moins confortable de nombreux cantons et les onéreux projets de réforme (comme le financement des hôpitaux et la réforme de l’imposition des entreprises) laissent penser qu’il ne faut pas s’attendre à une augmentation de la concurrence fiscale dans le cas des particuliers dans un avenir proche.






 
 

AGEFI


 

 



...