L'euro, stable face au dollar, demeure sous pression

jeudi, 07.05.2020

Dans la matinée, l'euro prenait 0,03% face au billet vert, à 1,0799 dollar.

En fixant mardi un ultimatum de trois mois pour que la Banque centrale européenne (BCE) justifie ses rachats de dette publique, la Cour constitutionnelle allemande s'est affranchie d'une décision de la Cour de justice européenne (CJUE), qui les avait validés à fin 2018.

L'euro se stabilisait face au dollar jeudi, mais restait affaibli par la décision de la Cour suprême allemande à l'égard de la BCE deux jours plus tôt.

Vers 08H30 GMT (10H30 HEC), l'euro prenait 0,03% face au billet vert, à 1,0799 dollar.
En fixant mardi un ultimatum de trois mois pour que la Banque centrale européenne (BCE) justifie ses rachats de dette publique, la Cour constitutionnelle allemande s'est affranchie d'une décision de la Cour de justice européenne (CJUE), qui les avait validés à fin 2018.

Si Francfort ne répond pas de manière satisfaisante, les juges allemands menacent d'interdire à la Banque centrale allemande, la puissante Bundesbank, de participer à ces rachats.
"La peur croissante que la BCE ne voie son champ d'action limité au pire moment imaginable pour l'économie pèse sur la monnaie unique et même les informations concernant le déconfinement progressif dans toute l'Europe ne suffisent pas à faire reculer ceux qui parient sur la baisse de l'euro", a expliqué Ipek Ozkardeskaya, analyste pour Swissquote Banque.

"Bien qu'il semble peu probable que les achats d'actifs soient réduits pendant la pandémie de Covid-19, il pourrait y avoir plus de pression pour retirer le soutien brutalement et rapidement une fois la crise passée", a renchéri Lee Hardman, analyste pour MUFG.
De plus, "les données économiques médiocres continuent d'affluer", a ajouté M. Ozkardeskaya tandis que l'Allemagne a connu en mars le plus fort recul de sa production industrielle depuis 1991.

Après une quasi-stagnation en février (+0,3%), la production industrielle allemande a en effet chuté de 9,2% en mars sur un mois.
Cette statistique déjoue les pronostics des analystes sondés par le fournisseur de services financiers Factset, qui comptaient sur une baisse de 5%.

Par ailleurs, la livre sterling a réussi à s'apprécier légèrement face à l'euro et au dollar malgré la baisse du PIB britannique attendue à -14% en 2020, selon la Banque d'Angleterre.
L'institution a révélé jeudi qu'elle avait décidé de maintenir son taux d'intérêt à 0,1%, un plus bas historique, ainsi que son programme de rachat d'actifs.
Ce dernier n'a ainsi pas été augmenté, comme certains observateurs l'avaient imaginé.(AWP)






 
 

AGEFI



...