Credit Suisse visé par la Finma dans l'affaire des filatures

mercredi, 02.09.2020

Credit Suisse est dans le viseur de la Finma, qui a ouvert une procédure d'enforcement suite à l'affaire des filatures des hauts dirigeants de la grande banque.

Credit Suisse a déclaré prendre note de la décision de la Finma et assure de sa pleine coopération.(Keystone)

La Finma s'intéressera aux "violations du droit de la surveillance dans le contexte des activités de filature et de sécurité de la banque Credit Suisse", indique le gendarme des marchés mercredi.

Credit Suisse fait l'objet d'une enquête de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) depuis décembre dernier, des investigations qui sont désormais arrivées à leur terme, précise le communiqué. Un auditeur, le cabinet Quinn Emanuel, avait été choisi par le régulateur pour faire la lumière sur ce scandale.

L'affaire avait éclaté en septembre 2019, avec la révélation de la filature du banquier star Iqbal Khan, passé depuis au concurrent UBS, où il codirige la gestion de fortune, qui avait terminé en course-poursuite dans les rues de Zurich.

La banque aux deux voiles avait également fait surveiller l'ancien directeur des ressources humaines et membre de la direction Peter Goerke, apprenait-on fin décembre. Le directeur général (CEO) de l'époque, Tidjane Thiam, avait été éclaboussé par ce scandale.

La Finma précise qu'elle restera muette durant toute la durée de la procédure sur son contenu ou le moment de sa clôture. Les conclusions seront rendues publiques.
Dans une prise de position écrite, le numéro deux bancaire helvétique "prend note" de la décision de la Finma et assure de sa pleine coopération.

Le géant bancaire s'était jusqu'ici opposé au gendarme financier, contestant l'auditeur choisi, dont il remettait en cause l'indépendance. Il a saisi en mai le Tribunal Fédéral pour obtenir gain de cause.

Credit Suisse insensible à l'enquête de la Finma sur les filatures

L'action Credit Suisse suivait la tendance favorable du marché mercredi matin, visiblement peu perturbée par l'ouverture d'une enquête approfondie par le gendarme financier helvétique. La Finma a décidé de tirer au clair l'affaire des filatures qui avait éclaboussé les hauts dirigeants de la grande banque et précipité le départ du patron Tidjane Thiam.

A 9h28, le titre Credit Suisse prenait 1,3% à 10,035 francs, dans un SMI en hausse de 1,41%.

Pour la Banque cantonale de Zurich, l'ouverture de cette procédure d'"enforcement" n'apparaît pas comme une surprise. D'une part, les circonstances de cette affaire rocambolesque étaient très inhabituelles. D'autre part, la Finma ne pouvait pas ignorer l'agitation médiatique qui a in fine conduit au départ du directeur général, affirme l'analyste José Javier Lodeiro.

Ce dernier détaille les étapes de la procédure. L'autorité de surveillance devra trouver des preuves supplémentaires, qui pourront être obtenues en demandant des documents ou par le biais d'un enquêteur. Des auditions ou même des inspections dans les bureaux du géant bancaire sont envisageables.

Pour la ZKB, cette affaire n'a aucun impact sur la valorisation du titre. Les estimations actuelles sont confirmées, tout comme la recommandation "pondérer au marché".(AWP)






 
 

AGEFI



...