Compass va supprimer jusqu'à 4000 emplois

mardi, 26.11.2019

Le groupe britannique Compass va biffer quelque 4000 emplois, soit environ 0,5% de ses effectifs.

"Nos prévisions pour 2020 sont positives mais nous restons prudents sur l'environnement macroéconomique en Europe", explique le directeur général Dominic Blakemore.

Le géant de la restauration collective Compass va supprimer "environ 0,5%" de ses effectifs, essentiellement en Europe, pour répondre à la "faiblesse dans certains marchés clé comme l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni", a indiqué à l'AFP un porte-parole mardi.

Il a précisé que le nombre total "ne dépassera pas 4000 personnes" sur un total de 600'000 personnes employées dans le monde.

Le groupe a expliqué dans un communiqué mardi qu'il allait prendre des "mesures rapides" pour s'assurer qu'il a "le modèle d'emploi avec une taille adaptée" à un "environnement macroéconomique" caractérisé par "un moral des consommateurs en baisse" en Europe.

Plusieurs clients importants notamment dans l'industrie manufacturière et automobile ou dans la finance "licencient, ce qui se traduit par moins de gens dans les cantines".

Ces mesures vont coûter 300 millions de livres (385 millions de francs) sur deux ans, dont 190 millions sur l'exercice 2019. Les suppressions de postes seront tempérées par des départs naturels ou des redéploiements, a précisé ce porte-parole, expliquant que les détails de cette restructuration n'étaient pas encore finalisés.

Ces coupes dans les effectifs seront réparties à travers l'Europe, avec notamment "quelques centaines en France et au Royaume-Uni".

Compass, grand concurrent du français Sodexo, se félicite par ailleurs d'une "nouvelle année solide" avec une progression de 6,4% de son chiffre d'affaires à 24,9 milliards de livres pour l'exercice décalé 2019, tirée par la vigueur des activités en Amérique du nord et avec une "bonne croissance dans nos activités européennes dans la défense, les sports et les loisirs au Royaume-Uni", qui "compense de faibles volumes dans l'industrie".

Bénéfice en recul

Dans le reste du monde, les recettes ont progressé de 4,3%, tirées par la Turquie, l'Inde et l'Amérique latine.

Le bénéfice net part du groupe a toutefois reculé de 1,8% sur un an à 1,11 milliard de livres.

"Nos prévisions pour 2020 sont positives mais nous restons prudents sur l'environnement macroéconomique en Europe", précise le directeur général Dominic Blakemore, cité dans le communiqué.

Le groupe table sur une croissance du chiffre d'affaires organique de 4 à 6% pour le nouvel exercice.

A propos du Brexit, qui doit théoriquement avoir lieu d'ici au 31 janvier sauf si le résultat des élections législatives de décembre perturbe ce calendrier, Compass avertit de risques sur sa chaîne d'approvisionnements.

Il cite des "coûts d'importation qui peuvent augmenter à cause d'une livre plus faible", rendant les achats en autres monnaies plus chers, "de droits de douane qui pourraient s'appliquer, de pénuries d'employés et de pressions (haussières) sur les salaires".

L'action chutait lourdement en début de séance à Londres (-5,09% à 1965,50 pence) dans un marché stable.

"La solide croissance cette année a été éclipsée par les inquiétudes sur l'avenir et le coût (des mesures) pour que Compass soit apte à affronter toute turbulence future est étonnamment élevé", commente Nicholas Hyett, analyste chez la maison de courtage Hargreaves Lansdown.

Plus encore que ces coûts, M. Hyett s'inquiète de dépréciations de contrats qui se retrouvent "structurellement déficitaires" dans l'environnement économique actuel plus difficile. (awp)






 
 

AGEFI




...