Sur internet, les Suisses disposent d'une grande liberté

mardi, 21.01.2020

Comparitech a établi une carte mondiale des restrictions internet. La Suisse est l'un des pays disposant de la plus grande liberté.

MH

La Suisse fait figure de bonne élève en comparaisons internationale.(Keystone)

Mais où dans le monde les citoyens peuvent-ils bénéficier d'un accès Internet égalitaire et ouvert? Pour répondre à cette question Comparitech a établi une carte mondiale des restrictions internet. Les chercheurs ont effectué une comparaison par pays pour établir où les citoyens peuvent jouir de la plus grande liberté en ligne.

La Suisse est l'un des pays disposant de la plus grande liberté sur internet. Le pays a très peu de censure sur internet, à part une restriction sur le torrent de contenu protégé par le droit d'auteur, ce qui est conforme à la plupart des autres États de l'Union européenne. "Bien que le torrent pour un usage personnel ne soit pas strictement interdit, les utilisateurs pourraient avoir des ennuis avec la loi s'ils téléchargent et partagent avec d'autres utilisateurs du contenu protégé par le droit d'auteur ", explique Paul Bischoff, éditeur au sein de Comparitech.

Parmi les pays qui octroient une grande liberté sur internet, on retrouve également la Slovénie, le Canada, le Pérou et l'Italie pour ne citer qu'eux. 

L'Australie et la Grande Bretagne gagnent en sévérité 

Bien que les coupables habituels occupent les premières places, quelques pays apparemment libres se classent étonnamment haut. C'est le cas de l'Australie et de la Grande Bretagne. Les deux pays ont mis en place des restrictions en matière de pornographie en ligne et essaient d'imposer des restrictions encore plus strictes pour l'avenir. "Avec les restrictions en cours et les lois en attente, notre liberté en ligne est plus à risque que jamais", avertit Comparitech dans son étude.

Parmi les pays les plus sévères en matière de censure internet, on retrouve la Corée du Nord, la Chine, la Russie, le Turkmenistan et l'Iran.

Il n'y a rien que la Corée du Nord ne censure pas lourdement grâce à sa prise de fer sur Internet tout entier. Les utilisateurs ne peuvent pas utiliser les réseaux sociaux, regarder de la pornographie ou utiliser des torrents ou des VPN. Et tous les médias politiques publiés dans le pays sont créés par l'Agence coréenne de presse centrale (KCNA) - la seule source autorisée à publier des informations dans le pays.

La prison pour un commentaire en ligne

En Chine, la pornographie, les VPN (réseau privé virtuel) et les médias sociaux occidentaux sont bloqués, tandis que les médias politiques sont fortement restreints. Les journalistes encourent souvent de lourdes peines de prison s'ils publient quelque chose qui va à l'encontre du gouvernement.

Les nouvelles réglementations en ligne signifient que des membres du public peuvent être emprisonnés pour avoir simplement partagé ou commenté des articles de presse. Le grand pare-feu chinois est l'un des systèmes de censure Web les plus avancés au monde.

Le seul point que la Chine récupère dans le classement concerne ses lois torrentielles (ou leur absence). Les lois sur le droit d'auteur ne sont pas fortement surveillées en Chine, il n'y a donc pas d'interdiction technique de torrent. Cependant, en raison de la censure en ligne excessive de la Chine, les sites Web de torrent sont limités.

Pas d'anonymat sur les réseaux sociaux russes

En ce qui concerne le troisième groupe qui réunit la Russie, le Turkmenistan et l'Iran, ces pays censurent fortement les médias politiques mais ont des lois différentes en ce qui concerne tous les autres domaines.

La Russie bloque les sites torrentiels et les VPN mais ne bloque pas complètement la pornographie ou les réseaux sociaux. Certains des plus célèbres sites pornographiques ont été bloqués en Russie mais, selon la loi russe, regarder de la pornographie n'est pas illégal (mais le produire oui).

Certains sites de médias sociaux sont également accessibles, mais ceux-ci sont également fortement surveillés et contrôlés (les utilisateurs doivent s'inscrire avec leurs numéros de téléphone mobile pour supprimer l'anonymat). Cependant, avec les plans de la Russie de construire son propre Internet, ces restrictions pourraient devenir encore plus sévères.

L'Iran bloque également les VPN (seuls ceux approuvés par le gouvernement sont autorisés, ce qui les rend presque inutiles) mais n'interdit pas complètement le torrent. La pornographie est également interdite, mais les médias sociaux sont autorisés dans une certaine mesure. Les médias d'information sont fortement censurés.

En revanche, le Turkménistan bloque les médias sociaux et les sites pornographiques, mais n'a pas de restrictions aussi sévères sur le torrent et l'utilisation du VPN.

Le groupe de la Biélorussie, la Turquie, l'Oman, le Pakistan, les Emirats arabes unis et l'Erythrée, à qui Comparitech a attribué le même score, clôturent le podium des pays les plus sévères en matière de restrictions sur internet.






 
 

AGEFI




...