Sunrise efface la rupture UPC

lundi, 06.01.2020

COMMENTAIRE. Le fait d’avoir trouvé aussi rapidement un successeur à l’interne du nouveau CEO André Krause à son poste précédent de directeur des finances change la perception du séisme au sein de Sunrise.

Christian Affolter

La nomination d’André Krause semble désormais représenter plus qu’une simple solution transitoire. Sunrise cherche une certaine continuité au niveau de la conduite des affaires, plutôt qu’une réorientation stratégique. Cela est moins surprenant, voire incongru qu’il ne paraît de prime abord. C’est au contraire le plan poursuivi par Peter Kurer et Olaf Swantee, l’acquisition d’UPC, qui aurait ressemblé à une véritable rupture en s’appuyant en priorité sur un réseau câblé, allant à l’encontre de la perception actuelle de Sunrise au sein de la clientèle privée. Le choix d’Uwe Schiller marque ainsi le retour à une stratégie qui a fait ses preuves, et dont le vrai potentiel va commencer à se vérifier au cours de cette année, au fur et à mesure du déploiement de l’offre 5G.

>> Lire aussi: Sunrise complète sa direction après l'échec de la fusion avec UPC

Le numéro deux des télécommunications mobiles en Suisse a toutes les cartes en mains, grâce à sa position forte sur ce qui est appelé à devenir le segment le plus important de ce domaine pour tous les acteurs. Sunrise ne cesse d’ailleurs d’y gagner des abonnés, creusant son écart par rapport au numéro trois Salt, notamment en obtenant des mandats de clients entreprises, en plus d’être rapide du côté de la 5G. Ces deux éléments peuvent d’ailleurs se compléter dans le cadre de processus de fabrication en usine ou de production agricole intelligents ayant recours à la 5G.






 
 

AGEFI




...