Comment les Chinois sautent les étapes?

jeudi, 08.11.2018

Dominique Jolly*

Dominique Jolly

Je viens d’arriver à Shanghai. Je vais m’acheter un téléphone chez China Mobile. Ils savent faire; ils ont plus de 880 millions d’abonnés. Un vendeur me reçoit. Sa connaissance de l’anglais est au niveau de ma connaissance du chinois. Il ne se démonte pas pour autant. Il sort son smartphone et lance une application de traduction en ligne. Il m’invite à parler dans son smartphone. Mon message vocal est immédiatement traduit en caractères chinois, et inversement. Je me dis que les Chinois sont en train de prendre un peu d’avance sur nous.

Tout va vite en Chine. Les Chinois ont sauté l’étape de l’ordinateur à la maison. Ils sont venus tout de suite au smartphone. Celui-ci a envahi la vie des Chinois beaucoup plus qu’il n’a envahi la vie des Occidentaux. C’est d’abord par le nombre; la Chine a dépassé les 800 millions d’internautes, dont 97% passent par le mobile. Mais c’est aussi avec l’application Wechat lancée en 2011 par Tencent. En 2018, Wechat a dépassé le milliard d’utilisateurs actifs par mois et Tencent a dépassé les 500 milliards de dollars de capitalisation. Wechat est devenu la norme pour communiquer avec ses relations, payer les dépenses quotidiennes, écouter de la musique, regarder une vidéo, commander un taxi avec Didi, jouer en ligne, louer un vélo, payer son loyer…

Il y a aussi Ali Pay. Alors que Wechat est un réseau social qui offre un moyen de paiement, Ali Pay est une plateforme de paiement qui s’est étendue dans les réseaux sociaux. Ces deux acteurs privés ont réalisé en très peu de temps un véritable hold-up sur les moyens de paiement. Il y a moins de dix ans, tout se payait en Chine en liquide. Quel chemin parcouru en aussi peu de temps! Les Chinois ont ainsi sauté l’étape de la carte bancaire dont l’usage est resté très marginal.

Le paradigme est très différent en Europe ou en Chine. Nous avons bien Apple Pay, Google Pay, mais peu de gens les utilisent. Nous sommes pris par la carte bancaire que le système en place veut continuer à maintenir. Le sans-contact n’est que balbutiant. De plus, l’Europe et les Etats-Unis ont vécu «l’ubérisation», c’est-à-dire l’attaque des acteurs de la distribution. L’enjeu est inverse en Chine: des entreprises comme Alibaba et Tencent offrent des nouveaux canaux aux distributeurs. Ces acteurs de l’internet facilitent aussi la vie des utilisateurs en leur offrant une gamme toujours plus large de services qui, en retour, acceptent implicitement de laisser ces firmes exploiter commercialement leurs données de comportement.

La révolution technologique est en cours en Chine. De fait, les Chinois font plus de 10 fois plus que les Américains dans le paiement par mobile. Avec une Chine qui a dépassé les 10.000 dollars de PIB par tête, on voit le poids du mouvement. La digitalisation d’un nombre inouï de transactions, c’est le paradis pour les firmes de l’internet des objets, des données massives et de l’intelligence artificielle. Je ne serais pas surpris que les Chinois viennent bientôt nous donner des leçons de marketing digital.

* Professor of Business Strategy, Webster University Geneva






 
 

AGEFI



...