Optimisme versus pessimisme

dimanche, 10.02.2019

Comment concilier les optimistes du on peut faire plus avec moins des gouvernances actuelles, avec les pessimistes tétanisés par les réalités conjoncturelles?

Pécub

Comment concilier les optimistes du on peut faire plus avec moins des gouvernances actuelles, avec les pessimistes tétanisés par les réalités conjoncturelles. Si l’optimisme innocente l’immobilisme, le pessimisme arme la résistance.  Puisque tout ira bien, l’optimiste ne fera rien, l’argument du plus avec moins. Puisque tout ira mal, le pessimiste dans l’anticipation, fera le choix du travail de survie. Comment on sort de ce cauchemar ?

 

Optimisme, pessimisme, un choix d’état d’esprit.

Tout risque de s’effondrer. Si cela s’effondre c’est que cela avait été mal construit. Alors que la catastrophe annoncée advienne. Nous reconstruirons plus beau, plus vite, plus fort, plus haut, plus loin, plus juste qu’avant. Avec l’expérience de l’effondrement, l’optimiste deviendra pessimiste par raisonnement. Le pessimiste est un ancien optimiste qui a pris de l’expérience.

L’intelligence artificielle fabrique de la finance artificielle. L’intelligence vertueuse fabrique de la finance vertueuse. L’entrepreneur optimiste fera comme il a toujours fait. Surtout ne pas trop changer. L’entrepreneur pessimiste, avec la peur de tout perdre, fera sous adrénaline, des miracles de son travail et de son imagination.

La vertu peut-elle triompher de la cupidité ? Absolument, à condition d’être pessimiste et d’entrer en résistance. L’honorabilité peut-elle triompher de la fourberie ? Absolument, à condition d’être pessimiste et de fonctionner en mode on change tout.

 

Après la faillite des gouvernances tristement optimistes, le monde à reconstruire se doit d’être joyeusement pessimiste. 

 

 






 
 

AGEFI



...