Bourse Zurich: ouverture en baisse après le plongeon de Wall Street

vendredi, 04.09.2020

Comme attendu, la Bourse suisse a entamé vendredi la dernière séance de la semaine dans le rouge dans le sillage de la dégringolade de Wall Street la veille.

Le front des nouvelles d'entreprises demeure bien faible.(Keystone)

Le marché helvétique, pénalisé par les poids lourds Roche et Novartis, manquait d'impulsions, le front des nouvelles d'entreprises demeurant bien faible.

Les principaux indices américains ont tous clôturé jeudi en forte baisse, le Nasdaq, qui regroupe les valeurs technologiques, ayant même effacé les gains engrangés en août.

"Il n'y a pas eu de véritable raison à ce sell-off à part, peut-être, une prise de conscience des investisseurs que les valeurs technologiques (surtout) étaient montées trop haut, trop vite (ou l'inverse)", a commenté John Plassard, de Mirabaud Banque.

Les algorithmes ont aussi semblé s'être emballés à la veille de la publication des chiffres de l'emploi américain et d'un week-end de trois jours, lundi étant férié aux Etats-Unis (Labor Day).

Après avoir entamé la séance sur un repli de 0,83%, l'indice SMI notait vers 09h15 à 10'182,70 points, en baisse de 0,37%. L'indice SLI lâchait dans le même temps 0,25% à 1550,57 points, alors que l'indice élargi SPI abandonnait 0,45% à 12'672,49 points.

Sur les 30 valeurs composant le SLI, 13 s'affichaient en hausse, les 17 autres essuyant un repli. Une bonne part de la baisse revenait à deux des trois poids lourds de la cote, les pharmaceutiques Roche (-1,10%) et Novartis (-0,6%). Nestlé (-0,3%) reculait aussi.

Le géant des médicaments et outils de diagnostic Roche a décroché aux Etats-Unis un feu vert d'urgence pour le dépistage et la différenciation des infections au Sars-Cov-2 et au virus de l'influenza de type A et/ou B, à partir d'un frotti nasal ou nasopharyngé unique.

Côté perdants, Kühne+Nagel s'illustrait comme lanterne rouge du SLI, reculant de 1,8%. La toujours volatile AMS se repliait elle de 1,6%, tout comme le spécialiste genevois des logiciels bancaires Temenos (-1,5%).

Le haut du tableau était dominé par les financières, Swiss Life (+1%) prenant les devants, suivi de Vifor (+0,9%), Credit Suisse (+0,8%), Julius Bär (+0,8%), Zurich Insurance (+0,7%) et Swiss Re (+0,5%).

Sur le marché élargi, Relief Therapeutics décollait de 5,5%. La société biotechnologique genevoise a annoncé la nomination avec effet immédiat de Gilles Della Corte en tant que directeur médical. M. Della Corte, un cardiologue, dispose de plus de 30 ans d'expérience dans le secteur biotechnologique, notamment chez Merck Serono, Rhône-Poulenc-Rorer, Servier, Solvay Pharma, Phoenix Life Sciences, Larime, Omnicare Clinical Research, Therapharm et Anergis.

Kudelski (+5,1%) était aussi en verve. Le spécialiste du cryptage et des accès sécurisés a annoncé jeudi soir avoir gagné le géant du commerce en ligne Amazon comme client. Ce dernier a en effet choisi le laboratoire de test de cybersécurité du groupe valdo-arizonien pour les appareils dans lesquels son assistant virtuel Alexa est installé.

Sunrise bondissait de 2,1%, s'approchant encore un peu plus des 110 francs, soit le montant offert par Liberty Global, le propriétaire d'UPC, dans le cadre de son offre sur l'opérateur zurichois qui doit être lancée la semaine prochaine.

Côté perdants, Kardex (-5,7%) essuyait le plus gros revers, en compagnie de Lalique Group (-5,3%), Software One (-5,3%) et Aevis (-3,3%).(AWP)






 
 

AGEFI



...