Les Bourses asiatiques clôturent sensiblement en baisse

jeudi, 14.05.2020

Chahutées par un flot d'éléments négatifs, les Bourses asiatiques ont clôturé jeudi sensiblement en baisse. L'indice Nikkei des principales valeurs japonaises a reculé de 1,74%, à 19.914,78 points.

Les tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Chine sont reparties de plus belle.(Keystone)

Les Bourses asiatiques ont clôturé jeudi sensiblement en baisse, entre des propos pessimistes du président de la Réserve fédérale américaine (Fed), une nouvelle poussée des tensions sino-américaines et un message alarmant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'indice Nikkei des principales valeurs japonaises a reculé de 1,74%, à 19.914,78 points, accélérant encore ses pertes dans l'après-midi. L'indice élargi Topix a perdu encore davantage (-1,91% à 1.446,55 points).

L'indice Hang Seng de Hong Kong a suivi la même tendance, reculant de 1,45% à 23.829,74 points. Et, en Chine continentale, l'indice composite de Shanghai s'est déprécié de 0,96% à 2.870,34 points, celui de Shenzhen de 0,94% à 1.805,70 points.

Wall Street avait déjà vu rouge mercredi après un discours de Jerome Powell, le patron de la Fed, qui a encore un peu plus balayé le scénario d'une reprise en "V" de l'économie américaine après la pandémie de Covid-19 en évoquant des dommages "durables".

Par ailleurs, les tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Chine sont reparties de plus belle: Washington a accusé mercredi Pékin de chercher à espionner les travaux de recherche américains sur la maladie qui a tué près de 300.000 personnes dans le monde.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a aussi estimé que le Covid-19 pourrait "ne jamais disparaître" et devenir un virus avec lequel l'humanité devra apprendre à vivre, un message alarmant qui a achevé de déprimer les marchés.

Au Japon, le gouvernement s'apprêtait jeudi à lever l'état d'urgence pour une grande partie du pays, mais cette mesure avait déjà été largement anticipée par les investisseurs. En outre, elle ne devait pas concerner Tokyo et les autres principales régions urbanisées de l'archipel pour le moment.

Du côté des valeurs

AVENIR SOMBRE POUR SONY: le géant japonais Sony a perdu 3,89% à 6.794 yens. Ses résultats 2019/20 ont été très affectés par la pandémie, notamment ses segments d'électronique grand public et de services financiers, tandis que sa branche cinéma est à l'arrêt. Le groupe a dit prévoir une chute "d'au moins 30%" de son bénéfice opérationnel en 2020/21, malgré le lancement maintenu de sa nouvelle console PlayStation 5 en fin d'année.

RAKUTEN N'A PAS CONVAINCU: même s'il est resté dans le rouge sur son premier trimestre 2020 en raison de ses lourds investissements dans la téléphonie mobile, Rakuten a d'abord légèrement profité en matinée de la confirmation de ses objectifs 2020 et de la bonne tenue de ses activités de e-commerce et autres services en ligne. Mais les investisseurs ont rapidement délaissé son titre, qui a finalement lâché 3,20% à 969 yens.

Du côté des devises et du pétrole

 

Le yen s'appréciait face au dollar, à raison d'un dollar pour 106,81 yens vers 08H50 GMT, contre 107,03 yens mercredi à 21H00 GMT.

La monnaie japonaise grimpait aussi face à l'euro, qui valait 115,51 yens contre 115,79 yens la veille.

La monnaie européenne était en très léger recul face au billet vert, à raison d'un euro pour 1,0814 dollar contre 1,0818 dollar mercredi à 21H00 GMT.

Grâce à la baisse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis, le marché du pétrole remontait jeudi: vers 08H40 GMT, le prix du baril de brut américain WTI prenait 3,08% à 26,07 dollars et le cours du baril de Brent de la mer du Nord progressait de 2,57% à 29,94 dollars.(awp)






 
 

AGEFI



...