Moment de vérité pour l'accord de Brexit de Theresa May

mardi, 12.03.2019

C'est le moment de vérité au Royaume-Uni: à seulement 17 jours du Brexit, les députés britanniques se prononcent mardi sur l'accord de divorce avec l'Union européenne, après les garanties de dernière minute que la Première ministre Theresa May a annoncé avoir décrochées.

Theresa May s'est rendue lundi soir à Strasbourg, où siège cette semaine le Parlement européen, pour rencontrer les responsables européens.(Keystone)

La dirigeante conservatrice s'est rendue lundi soir à Strasbourg, où siège cette semaine le Parlement européen, pour rencontrer les responsables européens dans une tentative de sauvetage de l'accord de divorce qu'ils avaient conclu fin novembre mais qui avait été rejeté massivement par son parlement il y a deux mois.

Les deux parties ont annoncé des "changements légalement contraignants" à l'accord, avec l'espoir qu'il obtienne l'assentiment des députés britanniques lors du vote programmé mardi soir.

Ces changements concernent le "filet de sécurité" (ou backstop) irlandais, un dispositif de dernier recours qui vise à éviter le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande afin de préserver les accords de paix de 1998 et l'intégrité du marché unique européen.

Les "Brexiters" n'en veulent pas, craignant de rester indéfiniment "piégés" dans une union avec l'UE, car il implique un alignement étroit du Royaume-Uni sur les règles commerciales européennes jusqu'à la conclusion d'une meilleure solution.

"Un instrument conjoint avec un poids juridique comparable à l'accord de retrait (sur le Brexit, ndlr) va garantir que l'Union européenne ne puisse pas agir avec l'intention de mettre en oeuvre le filet de sécurité indéfiniment", a déclaré Theresa May, lors d'une conférence de presse avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

"Il est temps de nous rassembler, de soutenir l'accord de Brexit amélioré et de concrétiser le vote des Britanniques" pour sortir de l'Union européenne, a-t-elle ajouté.

De son côté, M. Juncker a insisté: "C'est cet accord ou le Brexit pourrait ne pas avoir lieu du
tout".

Quel Brexit dans deux semaines?

Mais Jeremy Corbyn, le chef du Labour, premier parti d'opposition britannique, a appelé les élus britanniques à voter contre le texte, estimant qu'il "ne contient rien qui ressemble aux changements promis au parlement par Theresa May".

Des documents détaillant les "changements" annoncés ont été soumis lundi soir aux députés britanniques.

Nigel Dodds, le chef des députés du DUP, la formation unioniste nord-irlandaise dont le soutien est essentiel à Mme May à la Chambre des Communes, a accueilli les annonces avec prudence.

"Nous allons certainement analyser cela avec beaucoup, beaucoup de soin", a dit M. Dodds, dont la formation s'est montrée fermement opposée au filet de sécurité.

Si l'accord devait être rejeté, les députés voteront mercredi sur la possibilité de sortir de l'UE sans accord, un scénario redouté par les milieux économiques. De nombreux députés s'élèvent contre, mais certains jugent qu'"une absence d'accord vaut mieux qu'un mauvais accord".

Si cette option est exclue, le Parlement votera à nouveau jeudi sur une proposition de report "limité" du Brexit.

Les 27 devront toutefois donner leur accord à l'unanimité et les dirigeants européens ont prévenu que toute demande en ce sens devrait être dûment justifiée.

Cette semaine parlementaire chaotique illustre les divisions qui déchirent les partis politiques britanniques, et jusqu'au gouvernement de Mme May. Ces divisions sont à l'image d'une société britannique fracturée depuis le référendum sur le Brexit en juin 2016 qui a décidé de mettre fin à 46 ans d'un mariage houleux avec l'UE.

Environ la moitié des électeurs pense qu'un divorce permettra à l'ancien empire de restaurer sa gloire en concluant ses propres accords commerciaux.

L'autre moitié se sent intrinsèquement européenne, est ouverte à l'immigration et redoute les conséquences d'une rupture des liens avec le plus grand partenaire commercial du Royaume-Uni.

"Nous n'avons aucune d'idée de la forme de Brexit que nous allons avoir dans un peu plus de deux semaines et je n'arrive pas à réaliser que je suis en train de dire ça", a déploré lundi la députée travailliste Yvette Cooper.(awp)






 
 

AGEFI



...