Galien, Hippocrate, et l’argent de la santé

dimanche, 02.02.2020

C’est la nature qui guérit la maladie. L’homme doit harmoniser le corps et l’esprit. Laisse la nourriture être ton remède et ton remède ta nourriture.

Pécub

Si tu veux la santé, alors supprime les causes de ta maladie. Les constats d’Hippocrate ne sont pas obsolètes, ils sont pertinents de modernité. Entre la pratique d’hier et celle d’aujourd’hui, qu’est-ce qui a changé ?

>>> Retrouvez toutes les chroniques "Votre semaine à venir" de Pécub

Le progrès a-t-il apporté plus de santé ou plus de maladie ? Le serment d’Hippocrate le médecin, tout comme le serment de Galien le pharmacien, ils sont d’un âge multimillénaire. Et, dans le système actualisé, la santé se mesure au nombre de blistères vendus, nombre pas forcément corrélé au nombre de malades guéris. Le moment n’est pas au jugement, le moment est au changement de comportement. La vertu peut-elle triompher de la cupidité ?

Combien vont coûter les prochaines pestes ou prochaines grippes espagnoles ? Question à Nostradamus et Gina Kolata. Dans notre humanité il y a certes le calcul du profit, mais il y a aussi la hauteur de la noblesse d’esprit.

En aucun cas je ne consentirai à utiliser mes connaissances et mon état pour corrompre les mœurs et des actes criminels. Dans toute la mesure de mes forces et de mes compétences, je conseillerai aux malades le régime de vie capable de les soulager et j’écarterai d’eux tout ce qui peut leur être contraire ou nuisible.

Dans toute maison où je serai appelé je n’entrerai que pour le bien des malades. J’exercerai ma pratique dans l’intérêt de la santé publique avec conscience et le respect de la législation en vigueur, dans les règles de l’honneur, de la probité et du désintéressement. Jamais je n’oublierai ma responsabilité et mes devoirs envers le malade et sa dignité humaine. Merci Galien, merci Hippocrate, avec vous deux cela va tout de suite nettement mieux.

Touché par la grâce de la sagesse des anciens, l’argent souverain fera-t-il à bonne fin, l’économie des éthiques et des morales formelles ? Oui, absolument ! Surtout que grippes après pneumonies, choléras après malarias, épidémies après infections hospitalières, tous les actionnaires deviennent patients.






 
 

AGEFI




...