«Garder un équilibre entre pragmatisme et idéalisme»

lundi, 09.12.2019

C’est difficile de dire quelle cause me tient plus particulièrement à cœur comme toutes les causes sont liées et touchantes...

Lara Denti*

Toutefois, à ce jour, je suis particulièrement investie par les problèmes de malnutrition, de santé et d’éducation chez les jeunes et les enfants. L’éducation est vraiment pour moi la cause capitale à soutenir, qui permet souvent à d’autres problématiques d’être résolues, une base sur laquelle repose toutes les opportunités, et par là, toutes les difficultés que notre monde rencontre. Donner accès à l’éducation est aussi une chose facile à mettre en place mais pourtant souvent trop peu traitée dans l’agenda politique et économique des pays.

J’ai toujours été très sensible aux divers problèmes sociaux, en Suisse et dans le monde, mais c’est lors de ma première visite à Gairo, un village rural en Tanzanie, en 2013 alors que j’avais 22 ans, que j’ai été extrêmement touchée et que j’ai décidé de m’engager concrètement et à long terme pour soutenir les enfants vulnérables de ce village. En 2016, ma sœur et moi avons fondé l’association Twiga’s House qui travaille en collaboration avec la communauté locale et dont le but est de construire une orphelinat et répondre aux besoins fondamentaux des enfants à long-terme, c’est-à-dire: leur offrir un accès à l’eau, une alimentation saine, aux soins et à l’éducation. 

Rompre le cycle de la pauvreté

Mon engagement philanthropique m’apporte de l’espoir. Il y a 30.000 habitants à Gairo, 55 millions en Tanzanie, et des milliards dans le reste du monde, il est difficile de croire que mes engagements ont un réel impact. Mais en fait oui! Quand je suis en Tanzanie je vois le réel impact de notre engagement sur les enfants et la communauté: nous construisons un orphelinat pour 24 orphelins: 24 enfants vont avoir un toit sous lequel dormir, pouvoir boire et se nourrir régulièrement, ainsi être en bonne santé, et par conséquent aller à l’école. Cet engagement permet de créer des opportunités pour ces 24 enfants pour un futur indépendant ce qui, à terme, rompt le cycle de la pauvreté.

C’est dans ma nature d’être optimiste, mais avec toutes les informations plutôt alarmantes et pessimistes qui circulent sur l’état actuel du monde, ce n’est pas toujours facile de le rester... Il faut vraiment y croire, avoir confiance et persévérer. Je suis convaincue que mon engagement et celui de chacun porte ses fruits, quelle que soit l’échelle. Et je crois sincèrement Bill Gates ou Jacques Lecomte qui nous disent que le monde va mieux, et non moins bien! 

D’autre part, cet engagement m’apporte beaucoup en termes d’apprentissage personnel, humain et sur le monde. Ces expériences apportent également une très grande ouverture d’esprit, selon moi si nécessaire! Il me fait également voir la réalité des choses, du monde, de la façon dont il fonctionne, ses défis et sa complexité et me force à garder un équilibre entre pragmatisme et idéalisme, sans l’un ou l’autre je ne pense pas que l’engagement philanthropique soit possible.

*Co-fondatrice de Twiga’s House






 
 

AGEFI




...