Provins passe aux mains de Fenaco

jeudi, 16.04.2020

C’est décidé: la coopérative agricole Fenaco devient actionnaire majoritaire du valaisan Provins, menacé de faillite.

Fenaco va injecter 50 millions de francs chez Provins. La moitié de cette somme environ servira à l'augmentation des fonds propres, l'autre à payer des crédits bancaires et à rembourser les dettes. (Keystone)

Provins est sauvé. Les sociétaires de la cave valaisanne ont plébiscité à respectivement 97% et 96%, la création d'une société anonyme et l'arrivée de la Fédération nationale des coopératives agricoles (Fenaco) comme actionnaire majoritaire. Celle-ci détiendra 70% du futur capital-actions. Menacée de faillite, Provins a négocié ces derniers mois avec quatre sociétés intéressées par une reprise. Le choix s'était finalement porté sur la coopérative agricole bernoise Fenaco. Aucun licenciement n'est prévu en lien avec cette arrivée.

Satisfaction de la direction

Faute au Covid-19, les 3200 sociétaires de la coopérative valaisanne n'ont pas pu se rendre à l'assemblée générale extraordinaire prévue mardi 14 avril. A contrario, ils ont pu voter par correspondance. Sur plus de 80% de votants, 2233 ont voté oui à la création d'une SA contre seulement 60 avis contraires (3%). La refonte du capital-actions a, elle, été acceptée à 96% soit par 10.210 voix contre 382. Un double plébiscite.
«Désormais, notre société respire», a lâché le directeur général de Provins, Otmar Hofer, à l'annonce des résultats jeudi. «Les sociétaires ont compris les avantages de cette décision pour Provins.»

Vendanges réglées

Fenaco va injecter 50 millions de francs. La moitié de cette somme environ servira à l'augmentation des fonds propres, l'autre à payer des crédits bancaires et à rembourser les dettes. En février dernier, les banques avaient accepté de mettre à disposition des fonds supplémentaires afin de régler une partie des paiements en suspens, notamment concernant la vendange 2018. Le solde de la vendange 2019 sera, lui, versé à fin avril.
Le futur conseil d'administration regroupera trois représentants de Fenaco, dont au poste de président Christian Consoni et deux producteurs. "Grâce à nos propres canaux de commerce de détail, nous offrons à Provins un accès plus facile au marché alémanique. De notre côté, nous renforçons notre présence sur le marché suisse du vin où nous sommes déjà solidement implantés, via notre partenariat avec DiVino SA en Suisse orientale", résumait, récemment, Christian Consoni.

Production limitable

Les sociétaires ayant accepté de modifier l'article 9 datant de 1930, l'entreprise bénéficiera désormais du droit de limiter les quantités achetées en vertu des critères de qualité, des conditions du marché et des directives qu'elle émettra.
Cette limitation ne serait appliquée qu'en cas d'absolue nécessité lors de fluctuations de récolte. Les sociétaires seraient avertis au début de l'été des rendements attendus pour qu'ils puissent adapter leur production dans certains cépages. Délivrés de leur obligation de livrer la totalité de leur vendange à la coopérative, ils seraient libres de vendre ailleurs.

Septante collaborateurs

Fondée en 1930, Provins est le plus important producteur de vins suisse. Elle regroupe 70 collaborateurs. Son chiffre d'affaires a atteint 47 millions de francs en 2018/2019 pour 8,14 millions de kilos de raisins encavés.
Fenaco est née en 1993 de la fusion de six fédérations de coopératives agricoles suisses. Elle emploie plus de 10'000 collaborateurs et a enregistré un chiffre d'affaires net de 6,77 milliards de francs en 2018. Ses marques les plus connues sont Volg et Landi (détaillants), Agrola (énergie), Landor (engrais), UFA (aliments fourragers), Ramseier Suisse (boissons) et DiVino (producteurs de vins). (AWP)

Lire aussi: Provins: «En cas de refus de la SA, il n’y aura pas de faillite mais un redimensionnement»






 
 

AGEFI



...