Les compagnies aériennes capricieuses à l'heure du remboursement

vendredi, 13.12.2019

Certains des principaux transporteurs aériens rejettent de manière quasi-systématique les demandes de remboursement de leurs clients. Easyjet et Swiss ne font pas exception.

Cette année, plus de 6,7 millions de passagers en Suisse ont été affectés par des retards ou des annulations de vols.(Keystone)

Les compagnies aériennes font souvent la sourde oreille et rejettent purement et simplement les demandes légitimes d'indemnisation de leurs clients lors d'irrégularités.

"Celui qui est touché par l'annulation ou le retard d'un vol a le droit sous certaines conditions à une compensation financière pouvant aller jusqu'à 600 euros", rappelle Airhelp vendredi.

Chiffres à l'appui, l'association de défense des passagers constate que certains des principaux transporteurs du globe rejettent de manière quasi-systématique les demandes de remboursement.

"Rien que cette année, plus de 6,7 millions de passagers en Suisse ont été affectés par des retards ou des annulations de vols", affirme Philippe Strässle, directeur de Airhelp Suisse, cité dans un communiqué. "Mais beaucoup de compagnies aériennes traitent leurs passagers de manière injuste à l'heure de verser une indemnisation", certaines refusant tout simplement d'entrer en matière.

Si elles restent en deçà des soviétiques 99,9% de refus de Tunisair, Vueling et Bulgaria Air, les deux principales compagnies opérant en Suisse, Swiss (61,1%) et Easyjet (87,3%), ne se montrent pas particulièrement enclines à accéder aux demandes d'indemnisation de leurs clients. Airhelp souligne toutefois les nets progrès réalisés par le transporteur à croix branche, par rapport aux 78% un an plus tôt.

Selon Airhelp, ces refus sont une tactique visant à décourager les passagers de faire valoir leurs droits. "Les compagnies aériennes sont conscientes que l'utilisateur lambda pense à deux fois avant d'engager un avocat ou de traîner une grande entreprise en justice", explique M. Strässle, soulignant que souvent les passagers ignorent leurs droits.

Et il semble que cette stratégie s'avère payante pour les transporteurs. A en croire un sondage de réalisé par l'association, presque deux tiers des passagers abandonnent leurs prétentions à un remboursement lorsque celles-ci sont rejetées par les compagnies aériennes.(awp)






 
 

AGEFI




...