La livre sous pression après la perte de la majorité absolue du parti conservateur

vendredi, 09.06.2017

Ce matin, la livre britannique se stabilisait face à la monnaie européenne, à 88,23 pence pour un euro, niveau auquel elle était tombée jeudi soir à l'annonce des premières projections.

Ce matin, la livre britannique se stabilisait face à la monnaie européenne, à 88,23 pence pour un euro, niveau auquel elle était tombée jeudi soir à l'annonce des premières projections.

L'euro reculait face au dollar vendredi après des prévisions d'inflation revues à la baisse par la BCE, tandis que la livre restait sous pression après la perte de la majorité absolue du parti conservateur au Parlement britannique.

Vers 06H00 GMT (08H00 HEC), l'euro valait 1,1204 dollar, contre 1,1215 dollar jeudi soir et 1,1263 dollar mercredi soir.

La monnaie européenne remontait face à la monnaie nipponne, à 123,52 yens pour un euro contre 123,39 yens la veille.

Le billet vert remontait également face à la devise japonaise, à 110,24 yens pour un dollar contre 110,02 yens jeudi.

La livre britannique restait sous pression vendredi face au dollar et à l'euro, alors que le parti conservateur de Theresa May vient de perdre la majorité absolue au Parlement, selon des résultats quasi définitifs.

Vers 06H00 GMT, la livre britannique se stabilisait face à la monnaie européenne, à 88,23 pence pour un euro, niveau auquel elle était tombée jeudi vers 21H00 GMT à l'annonce des premières projections. Elle cotait encore 86,60 pence quelques minutes avant cette annonce.

Face au dollar, la livre se stabilisait également, à ses plus bas niveaux depuis avril: elle valait 1,2699 dollar vendredi vers 06H00 GMT contre 1,2709 dollar jeudi vers 21H00 GMT et encore 1,2950 dollar avant les premières projections.

La Première ministre Theresa May, qui avait convoqué ce scrutin anticipé dans le seul but de renforcer sa majorité existante, a été prise à son propre piège. Si les conservateurs restent en tête du scrutin, ils ont perdu une douzaine de sièges, et l'opposition travailliste en a gagné une petite trentaine, une issue qui plonge le pays dans l'incertitude peu avant l'ouverture des négociations du Brexit.

"Il y a un mois à peine", la victoire des conservateurs s'annonçait "écrasante", a rappelé dans une note Craig Erlam, chez Oanda. "La réalité est que leur campagne s'est avérée désastreuse", et que le chef de l'opposition travailliste, le très à gauche Jeremy Corbyn, est désormais "couvert d'éloges pour avoir effectué un come back remarquable". Il a aussitôt appelé Mme May à la démission.

De son côté, la BCE a envoyé jeudi quelques signaux suggérant une sortie de sa politique d'argent très bon marché, mais elle ne devrait pas agir en ce sens avant longtemps, malgré une embellie économique dans la zone euro.

L'annonce d'une révision à la baisse des prévisions d'inflation pour 2017 (de 1,7% à 1,5%), 2018 (de 1,6% à 1,3%) et 2019 (de 1,7% à 1,6%) dans la zone euro continuait à peser vendredi sur la monnaie unique européenne.

De l'autre côté de l'Atlantique, les marchés s'attendent à ce que la Réserve fédérale américaine (Fed) reprenne le lent cours de son resserrement monétaire et procède à une hausse de taux lors de sa réunion des 13 et 14 juin.

La différence de politique monétaire entre les deux institutions favorise en théorie le dollar en le rendant plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes.
Vers 06H00 GMT, la monnaie suisse se stabilisait face à l'euro, à 1,0852 franc pour un euro, mais baissait légèrement face au dollar, à 0,9686 franc pour un dollar.

La devise chinoise valait 6,7985 yuans pour un dollar, contre 6,8003 yuans pour un dollar jeudi à 15H30 GMT.(awp)



 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...