Bourse Zurich: le SMI repasse sous la barre des 10.200 points

mardi, 07.07.2020

Sur le coup de 11 heures ce mardi, le Swiss Market Index s'étiolait de 0,78% à 10.173,64 points, proche de son plus bas du jour.

Ce mardi, Nestlé (+0,2%) était le seul poids lourd dans le vert. (Keystone)

La Bourse suisse s'enfonçait dans le rouge mardi à l'approche de la mi-journée. Après une ouverture au-dessus des 10.200 points, le SMI des valeurs vedettes ne parvenait pas à défendre cette barre symbolique. L'inquiétude des places européennes face au ralentissement de la reprise économique et la perspective d'une deuxième vague de la pandémie contrastait avec l'euphorie de Wall Street, qui a fait fi la veille de la flambée des cas de coronavirus aux Etats-Unis.

"Je ne pensais pas que nous serions immunisés face aux mauvais chiffres sur le virus. Mais pour mauvais que soient les chiffres, il n'y a pas de volonté de fermer à nouveau l'économie", commente Karl Haeling, de la banque LBBW, à propos des près de 40'000 nouveaux cas recensés en un jour dans la première économie mondiale.

Aux Etats-Unis, la barre des 130.000 morts a été officiellement dépassée, alors que le président Donald Trump continue d'affirmer que la crise est "sur le point" de s'achever, s'attirant l'ire d'élus locaux, qui redoutent de voir leurs structures sanitaires débordées dans les prochains jours.

Les marchés s'inquiètent de la lenteur de la reprise des économies européennes, plombées depuis plusieurs mois par la pandémie. "Les dégâts sur l'économie réelle sont énormes, et ont laissé des traces dans un bon nombre d'entreprises et de secteurs", estime pour sa part Andreas Lipkow, de Comdirect.

Au chapitre macroéconomique, la Commission européenne estime désormais que le PIB de la zone euro devrait chuter de 8,7% en 2020, avant de rebondir de 6,1% en 2021 (+6,1%), évoquant l'impact économique du confinement plus grave que prévu. En France, en Italie et en Espagne, le recul risque d'être de plus de 10%.

La production industrielle en Allemagne a rebondi de 7,8% en mai après avoir plongé en mars et avril en raison de la crise. En France, le déficit commercial s'est creusé pour le deuxième mois d'affilée, à 7,1 milliards d'euros.

Sur le coup de 11 heures, le Swiss Market Index (SMI) s'étiolait de 0,78% à 10.173,64 points, proche de son plus bas du jour. Le Swiss Leader Index (SLI) lâchait 0,74% à 1534,16 points et l'indice du marché élargi Swiss Performance Index (SPI) 0,74% à 12.581,57 points. Sur les 30 principales cotations, 24 cédaient du terrain et six en gagnaient.

Le bon de participation Schindler (+2%) menait toujours le bal, après avoir vu sa recommandation relevée coup sur coup par UBS et Berenberg, qui préconisent désormais l'achat du titre. La banque aux trois clés estime que le groupe lucernois devrait profiter de mégatendances comme l'urbanisation et le vieillissement de la population.

Au lendemain de la publication de son deuxième partiel, Geberit (+1,2%) a vu son objectif de cours relevé par Morgan Stanley et Jefferies, qui conseillent de se défaire du titre. Malgré des chiffres de ventes solides, la direction s'est montrée prudente au sujet de la reprise des activités.

Les trois poids paquebots du SMI prenaient l'eau. Nestlé accusait un repli de 0,6% malgré un relèvement de recommandation à "buy" par Bryan Garnier, qui considère toujours le géant alimentaire veveysan comme le meilleur choix dans le secteur.

Novartis (-1,2%) a décroché auprès de la Commission européenne une homologation de son inhalateur Enerzair Breezhaler pour le traitement d'entretien quotidien de l'asthme chez des patients adultes. Le concurrent Roche (-1,1%) ne faisait guère mieux.

Julius Bär (-0,9%) ne profitait pas du relèvement de son objectif de cours par JPMorgan, RBC et UBS. Les deux premiers reconduisent leur recommandation d'achat, alors qu'UBS confirme sa note "neutre".

Sur le marché élargi, Zur Rose se distinguait avec une avancée de 1,1%, après avoir vu son objectif de cours quasiment doublé par Barclays. Les pharmacies en ligne ont vu la pandémie de coronavirus dissiper des entraves réglementaires, commente l'établissement britannique.

Sulzer (-0,3%) a décroché via sa filiale Chemtech une commande au Nigeria, dont le volume n'a pas été précisé, portant sur la fourniture d'éléments pour une raffinerie. Von Roll (+0,5%) a pour sa part remporté un contrat de plus de dix millions en Inde.

Helvetia (-1,1%) a lancé en partenariat avec la fintech zurichoise Neon la première solution de bancassurance mobile sur le marché suisse. (awp) 






 
 

AGEFI



...