Bourse Zurich: la crise turque pèse sur l'ambiance, Aryzta lâché

lundi, 13.08.2018

Les tensions entre les Etats-Unis et la Turquie pèsent sur l'ambiance à la Bourse suisse en ce début de semaine. Tandis qu'Aryzta se rappelle au bon souvenir des investisseurs, qui lâchent le titre.

La place zurichoise marche sur les traces de son homologue newyorkaise qui a reculé vendredi en raison des tensions entre Etats-Unis et Turquie. (keystone)

La Bourse suisse a entamé la semaine dans le rouge, le Swiss Market Index (SMI) étant passé sous la barre de 9000 points. La place zurichoise marche sur les traces de son homologue newyorkaise qui a reculé vendredi en raison des tensions entre Etats-Unis et Turquie. Du côté des entreprises, le cours d'Aryzta retombait dans ses travers.

Les principaux indices américains ont fini en baisse en évitant toutefois le pire grâce à un léger rebond de dernière minute, explique Mirabaud Securities dans sa note matinale. Les tensions entre la Turquie et les Etats-Unis ou encore la baisse du secteur financier sont à l'origine de cette contreperformance.

La banque centrale de Turquie a annoncé lundi qu'elle prendrait "toutes les mesures nécessaires" pour assurer la stabilité financière, alors que la livre turque est en chute libre.

La journée s'annonce assez calme sur tous les fronts. Les marchés s'intéresseront aux prêts accordés par la Chine aux banques. Le rapport mensuel de l'Opep, qui réunit les pays exportateurs de pétrole, retiendra également l'attention, au même titre que l'inflation en Italie pour le mois de juillet.

A 8h15, le SMI s'étiolait de 0,36% à 8996,43 points et le Swiss Leader Index (SLI) de 0,41% à 1472,30 points. Le Swiss Performance Index (SPI) cédait 0,36% à 10'728,85 points. Parmi les valeurs vedettes, 25 reculaient et quatre progressaient. Swiss Life était à l'équilibre

Malgré une ouverture favorable, Aryzta (-2,5%) a rapidement cédé ses gains pour se retrouver en bas de classement. Le boulanger industriel veut réduire son endettement et lever 800 millions d'euros sur les marchés financiers. Le groupe cherche toujours un repreneur pour sa participation dans le spécialiste français des surgelés Picard.

Roche (-0,6%) a obtenu de l'Agence sanitaire américaine (FDA) un statut de "percée thérapeutique" pour le produit Xolair (omalizumab) dans l'indication contre les allergies alimentaires. Les autres poids lourds Novartis (-0,5%) et Nestlé (+0,1%) évoluaient en ordre dispersé

Le Qatar a augmenté sa participation dans Credit Suisse (-0,8%). Qatar Holding LCC détient désormais 16,04% en positions d'achat contre 15,91% auparavant. UBS perdait 0,9%.

Sur la marché élargi, Basilea (+0,2%) était en meilleure forme. La société pharmaceutique, par le biais de son partenaire Hikma, a décroché une autorisation de mise sur le marché pour l'antifongique azolé Cresemba (isavuconazole) en Jordanie.

L'énergéticien Alpiq (+0,7%) a lancé un abonnement donnant accès à des voitures électriques ainsi qu'à des services liés, une offre mise en place en collaboration avec le constructeur automobile allemand BMW.

Tamedia (-0,7%) a annoncé le prolongement jusqu'à fin octobre de son offre de reprise du groupe publicitaire zurichois Goldbach. Ce report est la conséquence de la décision de la Commission de la concurrence (Comco), en mai, d'examiner plus en détail l'opération de rachat.

GAM (-4,0%) pâtissait toujours de sa restructuration, dans le sillage de la mise à pied de l'un de ses cadres.

Les obligations convertibles de Ceva Logistics (non traité) détenues par le groupe français CMA CGM seront transformées ce lundi en actions ordinaires Ceva. (awp)






 
 

AGEFI



...