L’Università della Svizzera italiana (USI) organise à Lugano un Forum mobilisant 150 jeunes de 30 pays

jeudi, 23.08.2018

Boas Erez, le recteur de l’université croit au potentiel de la société civile pour le futur de la région Moyen-Orient-Méditerranée. Deux professeurs genevois sont impliqués.

Elsa Floret

Boas Erez est le recteur de l’Università della Svizzera italiana (USI), depuis 2016.

Boas Erez, recteur de l’Università della Svizzera italiana (USI) depuis 2016, croit au potentiel de la jeunesse et aux actifs dans la société civile pour faire avancer la problématique de la région Moyen-Orient-Méditerranée. Il lance la première édition d’un Forum international les 25/26 août au Palais des Congrès de Lugano.
 
Même si l’organisation de ce Forum n’entre pas dans la structure classique d’une université, le recteur a réussi à mobiliser les fonds et les ressources pour passer de la réflexion à l’action et inscrire le Tessin sur la carte. Deux professeurs - Université de Genève et Graduate Institute - figurent au comité scientifique de la Plateforme Moyen Oriente Méditerranée mise en place par l’USI. Ils seront présents à Lugano ce weekend.
 
L’événement bénéficie du soutien conjoint de S.E. M Ignazio Cassis, Chef du Département fédéral des affaires étrangères de la Confédération Suisse, et de S.E. M Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République Française. En sus des 150 jeunes leaders de la Tunisie, du Maroc, du Liban, d’Iran, du Kuwait, de Turquie, de l’Arabie Saoudite, d’Israël et d’Europe etc., participeront des hautes autorités politiques, cadres de haut niveau, intellectuels et entrepreneurs pour discuter et proposer des solutions pour le dialogue et pour le développement dans la région.
 
L’Università della Svizzera italiana peut compter sur ses compétences en management public, en communication interculturelle, en finance, et sur l’expertise du Prof. Gilles Kepel, politologue et arabisant bien connu. L’objectif du recteur est de donner un rayonnement international à son université, actrice dans cette thématique régionale.
 
«Le Tessin est situé entre le Nord et le Sud de l’Europe. Son positionnement est crédible dans la compréhension de ces questions. Le Forum ponctue une année de cours publics et de conférences sur le thème, élargis dans le cadre de notre Plateforme sur le Moyen Orient Méditerranée », ajoute le recteur.
 
Le Forum ouvert au public (25-26 août) fait suite à un Séminaire (16-24 août) adressé aux jeunes de la région où des intervenants experts et ces jeunes porteurs de changement se sont rencontrés.
 
«Ce modèle de rencontre, hétérogène et transgénérationnel, est innovant et encourage le dialogue entre des personnes qui habituellement n’ont pas l’opportunité d’interagir. Nous essayons une autre voie dans la résolution des problématiques de la région Méditerranée. Jusqu’ici, tout le monde s’accorde à dire que les approches n’ont pas été fructueuses», résume Boas Erez dont l’objectif est de créer des réseaux, de faciliter les liens, pour trouver de nouveaux modes de communication entre les jeunes des régions situées autour de la Méditerranée.
 
Gilles Kepel, spécialiste français du djihadisme, occupe depuis l’automne une chaire à l’Università della Svizzera italiana, à Lugano. Il dirige un nouveau pôle de recherche sur le Moyen-Orient, la Middle East Mediterranean Freethinking Platform.
 
«Au cœur de ce projet, nous favorisons le partage d’expérience, l’écoute des préoccupations de ces jeunes. Il s’agit d’une initiative par le bas, d’où sortiront des propositions concrètes. Comme dans une mock-society, une sorte de société civile fictive, où en l’espace de 10 jours, les jeunes de trente Pays seront pleinement dans cette fiction», explique Boas Erez, qui veut sortir du discours courant sur ces thématiques et encourager ce qui rassemble plutôt que ce qui divise ces populations.

Les nouveaux masters de l’Università della Svizzera italiana à la rentrée

Quatre nouveaux masters ont débuté à l’automne 2017 :
 
Un master en philosophie, qui allie philosophie analytique et la métaphysique inspirée d’Aristote. Un approfondissement de la pensée du présent, qui tient compte de sa riche histoire.
 
Un master sur l’Intelligence Artificielle (IA),en partenariat avec SUPSI (Scuola univeritaria professionale della Svizzera italiana), basée sur les compétences reconnues des chercheurs dans le domaine depuis quelques décennies.
 
Un master en FinTech, imaginé en collaboration par des professeurs de finance et d’informatique, destiné à des informaticiens, qui veulent s’ouvrir à la finance et contribuer aux changements en cours dans cette industrie si importante pour la Suisse
 
En 2018 débutera un master en e-fashion et communication, en partenariat avec Paris 1 Sorbonne.
 
La faculté de sciences biomédicales de l’USI, proposera un master en médecine en 2020. En lien avec les hôpitaux, les instituts de recherche et avec comme partenaire académique principal partenariat l’ETH.






 
 

AGEFI



...