Petites entreprises, rendements supérieurs

dimanche, 14.06.2020

BELLEVUE ASSET MANAGEMENT. Les performances de son fonds concentré sur les PME suisses illustrent la fiabilité du facteur «taille» en tant que source de risque systématique.

Levi-Sergio Mutemba

La famille constitue une source de rendements supérieurs. Une prime de risque particulièrement attractive. Une autre façon de dire que les petites et moyennes entreprises, généralement dirigées par des familles, sont plus dynamiques, plus agiles et, par conséquent, plus performantes que les grandes multinationales.

Sur le long terme... Ce que la recherche académique, notamment l’EDHEC via son spin-off Scientific Beta, a en effet depuis longtemps établi. Ceci serait également valable dans le cas des PME suisses cotées. Au cours des cinq dernières années écoulées au vendredi 12 juin, c’est-à-dire en tenant compte du sell-off dû au covid-19, l’indice SPI affiche une performance cumulée de 35% environ contre 10% pour l’indice des blue chips SMI.

Le fonds activement géré BB Entrepreneur Switzerland (ticker Bloomberg SWENTEQ.SW) investit dans les entreprises de petite, moyenne et grande taille cotées à la bourse suisse et contrôlées par des familles et/ou les fondateurs détenant au moins 20% des droits de vote. 

D’après ses gérants, les qualités de ces entreprises résident dans un modèle d’affaire bien orientée sur ses cœurs de métiers, un processus de décision rapide, ainsi qu’une forte culture d’entreprise. Autant de qualités qui se traduisent par une innovation efficiente, une grande qualité des produits et une importante loyauté des clients.

Les gérants suivent une approche bottom-up ou ascendante, où ceux-ci tentent d’identifier les entreprises exceptionnelles mais sous-valorisées par le marché. Au total, le fonds, relativement concentré et dont les actifs totaux s’élèvent à environ 70 millions de francs, ne comporte qu’une quarantaine d’actions reflétant les convictions fortes des managers. À fin mai 2020, la performance cumulée du fonds depuis son lancement en avril 2006 est de plus de 140% contre 98% pour le SPI Index.

Avec une performance de 6,9% durant le mois de mai, BB Entrepreneur Switzerland bat son benchmark de 330 points de base sur cette période. Notamment grâce au fabricant suisse de matériel informatique Logitech (+21,9% en mai), au grossiste pharmaceutique en ligne Zur Rose (+21,8%) ou encore au fabricant d’appareils auditifs Sonova (+20,8%). Des entreprises qui devraient bénéficier du plan de soutien économique de la Confédération, estimé à 65 milliards de francs, offrant plus largement un appui aux secteurs cycliques que sont les technologies, l’industrie ou les matériaux de base.

Reprise en «V» ou en «U», peu importe

Selon Birgitte Olsen, lead portfolio manager du fonds BB Entrepreneur Switzerland et également du fonds de petites capitalisations européennes BB Entrepreneur Europe Small Fund, les petites et moyennes entreprises pourraient ressortir encore plus fortes qu’elles ne l’étaient avant la crise du coronavirus. «Ces entreprises ont un long historique de surperformance, alimentée par leur capacité indéniable à générer des taux de croissance bénéficiaire au-dessus de la moyenne», explique Birgitte Olsen dans son commentaire de marché publié jeudi. «Ce qui fait d’elles une proposition d’investissement intéressante dans l’environnement actuel de taux bas et de faible croissance économique.»

Mais l’experte prévient: la sélection sera déterminante «en ce qui concerne la qualité» de ces entreprises. Il s’agira notamment de ne pas trop s’exposer aux petites et moyennes sociétés partenaires de grandes multinationales qui, elles, seraient fortement corrélées au cycle global. La qualité consiste ici notamment en un bilan solide, un faible endettement et un historique de gestion des coûts éprouvée. S’agissant de la dette, la gérante précise que les entreprises dont les ratios d’endettement sont trop élevés ne sont pas en mesure de déployer du capital pour des investissements stratégiques.

Enfin, «que l’économie récupère en forme de V ou de U importe peu, l’essentiel étant que ces entreprises demeurent capables de maintenir leur taux de croissance élevé et une plus grande flexibilité, ce qui devrait finalement se traduire par des performances positives de leurs titres», insiste Birgitte Olsen. Qui a initié de nouvelles positions sur les actions du consultant informatique SoftwareOne, du fournisseur de composants pour la construction Arbonia, ainsi que du fabricant de motos Pierer Moility.






 
 

AGEFI



...