Basilea accélère sa combustion de liquidités

mardi, 14.08.2018

Les revenus du laboratoire rhénan Basilea ont pris l'ascenseur au premier semestre.

Basilea a plus que doublé ses dépenses en recherche et développement sur les six premiers mois de l'année. (keystone)

Le laboratoire rhénan Basilea a plus que doublé ses dépenses en recherche et développement sur les six premiers mois de l'année à 57,8 millions de francs, faisant passer la facture totale à 80 millions contre 65,3 millions un an plus tôt. Le déficit net s'est subséquemment creusé à 22,5 millions, contre 20,6 millions sur la période de comparaison.

Les revenus ont pris l'ascenseur, sous l'influence essentiellement du produit des collaborations et malgré une baisse des ventes de produits attribuée à l'introduction en 2017 d'un nouveau modèle de commercialisation en Europe. Le chiffre d'affaires s'est étoffé de près d'un tiers à 59,9 millions de francs, détaille le compte-rendu publié mardi.

Fin juin, le troisième mousquetaire de l'industrie pharmaceutique rhénane disposait encore de 247,3 millions en liquidités et équivalent, contre 310,7 millions six mois plus tôt. Basilea s'est notamment acquitté d'un versement initial de 10 millions de dollars pour l'acquisition auprès de l'américain Arqule des droits sur l'anticancéreux expérimental derazantinib.

Ambitions rehaussées

La direction prévoit d'accroître sur la seconde moitié de l'année le produit des ventes de l'antifongique Cresemba et de l'antibiotique Zevtera, par le biais notamment de lancements sur de nouveaux marchés. Les jalons en matière de recettes pour 2018 ont dans la foulée été relevés d'une quinzaine de millions entre 120 et 130 millions de francs, dont 75 à 85 millions pour les deux principales sources de revenus du groupe.

Les investissements réalisés ou prévus ne permettront pas au groupe de franchir cette année le seuil de rentabilité et la perte d'exploitation est devisée entre 25 et 35 millions de francs. "Nous anticipons sur l'ensemble de l'année sur un rythme mensuel de combustion de liquidités de quelque 7 millions, ce qui implique un sérieux ralentissement sur la seconde moitié de l'année", a précisé en conférence de presse le directeur général David Veitch.

Baader Helvea calcule qu'au rythme actuel, les réserves ne permettraient d'assurer le fonctionnement de l'entreprise que pendant deux ans. Le courtier genevois doute par ailleurs que la direction parvienne à en limiter l'utilisation tout en investissant dans l'accroissement des revenus de l'entreprise. Sur le front des recettes également, les analystes jugent plutôt maigres les commissions collectées sur les ventes du Cresemba, qu'ils ne voient pas prendre l'ascenseur aussi rapidement que Basilea le souhaiterait.

Les détenteurs de capitaux tendaient à s'aligner sur ces critiques et la nominative Basilea cédait en début d'après-midi 2,8% à 66,60 francs, dans un SPI en hausse de 0,29%. (awp)






 
 

AGEFI




...