La banque Cler plombé par son changement de marque en 2017

jeudi, 08.02.2018

Banque Cler a vu ses charges prendre l'ascenseur l'année dernière, en raison de son changement de nom et des frais qui ont accompagné cette transformation. Le bénéfice net s'est établi à 38,3 millions de francs, soit une chute de 16,2% sur un an.

Le bénéfice net s'est établi à 38,3 millions de francs. (Keystone)

L'ancienne Banque Coop, propriété de la Banque cantonale de Bâle, a crû dans son activité principale, à savoir les crédits. Les résultats ont reculé fortement mais le dividende restera stable.

Le bénéfice net s'est établi à 38,3 millions de francs, soit une chute de 16,2% sur un an, indique jeudi Banque Cler. Le recul est encore plus marqué pour le résultat opérationnel, qui a plongé de 38% à 48,4 millions de francs.

Cette contraction spectaculaire s'explique par un bond de 22,9% des charges d'exploitation à 198,0 millions. Les coûts engendrés par le changement de marque et la campagne de marketing associée ont pesé sur cet indicateur.

L'assemblée générale du 6 avril devra se prononcer sur un dividende inchangé de 1,80 franc.

Les frais de personnel ont également grimpé sensiblement suite à une charge extraordinaire de 10,3 millions de francs. Cette somme est destinée à consolider la caisse de pension du personnel commune avec la Banque cantonale de Bâle (BKB).

Le produit d'exploitation a par contre crû de 4,5% à 256,4 millions de francs, grâce à une progression de 7,5% du résultat net des opérations d'intérêt à 186,9 millions de francs.

Hypothèques en progression

Les activités de commissions et de prestations de service ont reculé de 3,5% à 54,8 millions de francs. Dans son communiqué, l'établissement explique cette baisse par la diminution du produit des cartes, les clients ayant profité d'offres avantageuses dans le cadre des paquets bancaires. Les solution de placement maison ont en revanche progressé. Le produit des opérations de négoce affiche une hausse de 3,1% à 11,5 millions de francs.

Les créances hypothécaires se sont enrobées de 3,9% à 14,64 milliards de francs, tandis que les dépôts clientèle ont stagné (+0,7%) à 11,97 milliards. La somme au bilan s'est étoffée de 3,7% à 17,51 milliards.

L'ex-Banque Coop a changé de nom en mai dernier, devenant Banque Cler. Cette transformation a été suivie par d'importants frais, notamment pour adapter le réseau de succursales du groupe. Afin de clarifier la structure du capital, la BKB a racheté dans la foulée les quelque 10% actions encore détenues par Coop et monté sa participation à plus de 75%.

La vague de renouvellement a également touché les instances dirigeantes, notamment le conseil d'administration. Par ailleurs, Sandra Lienhart a été nommée à la tête de l'institution en juin en remplacement du directeur général (CEO) Hanspeter Ackermann, parti en raison de divergences de vue stratégiques.

Pour 2018, Banque Cler table sur une diminution des dépenses, une stabilisation des recettes et une légère augmentation des bénéfices malgré les investissements prévus. L'établissement bâlois va continuer de transformer ses succursales et d'étendre son offre numérique.

A 9h35, le titre Banque Cler perdait 0,5% à 42,50 CHF, dans un SPI oscillant autour de l'équilibre (-0,06%). (awp)






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...