Jay Oberai se lance dans la gestion de fortune personnalisée de demain

jeudi, 16.08.2018

Avec Synergy Quantum, le fondateur de Synergy Asset Management veut établir sa plateforme mondiale à Genève et y préparer la plus grande ICO en wealth management.

Elsa Floret

Jay Oberai avec Synergy Quantum cible la population d’individus et de familles avec une valeur nette de 1 à 5 millions de dollars.

Jay Oberai veut rendre accessible la gestion de fortune et s’adresser aux millionnaires - dont la fortune est comprise entre 1 et 5 millions de dollars - et qui sont délaissés par les banques privées traditionnelles, pour des raisons de manque de rentabilité.

A la tête de Synergy Asset Management fondée à Genève en 1999 - nommée meilleure boutique de gestion de patrimoine multifamiliale en Suisse en 2018 par Wealth and Finance International – Jay Oberai, membre du groupe suisse des conseillers financiers indépendants, gère plus de 2,6 milliards de dollars d'actifs provenant de 150 clients.

Il vient de créer Synergy Quantum, dont l’ambition est de devenir la première banque privée au monde à combiner la blockchain avec ses modèles d'allocation d'actifs basés sur l'informatique quantique et sa modélisation de personnalité d'investissement, afin de proposer les produits d'investissement suisses les plus haut de gamme.

«J’ai conçu Synergy Quantum comme une extension de mon groupe de gestion d’actifs, visant à cibler la population d’individus et de familles avec une valeur nette de 1 à 5 millions de dollars. Ces millionnaires représentent près de 90% des millionnaires à l'échelle mondiale, mais ils ont longtemps été négligés et, par le passé, ils ont eu un accès limité aux produits et services financiers haut de gamme. Avec une valeur nette historique de 63.000 milliards de dollars, ce segment de marché a un énorme potentiel», souligne Jay Oberai.

ICO d’au moins 100 millions de dollars

Synergy Quantum prévoit de lancer une ICO (Initial Coin Offering) visant à collecter au moins 100 millions de dollars. Son intention est de générer 10 milliards de dollars d'actifs sous gestion d'ici cinq ans (lire encadré ci-dessous).

«Mon projet est de permettre à davantage de personnes de parvenir à la liberté financière et aux moyens de préserver et de développer leur richesse. Grâce à la technologie blockchain appliquée à la gestion d'actifs, je vois une vraie percée pour la gestion de fortune personnalisée en Suisse. J’ai choisi Genève alors que je pourrai lancer cette ICO à Singapour, San Francisco ou Zoug, mais Genève est le premier Etat à offrir un vrai écosystème pour les ICO. A cet effet, nous travaillons de concert avec la FONGIT, fondation soutenue par la Canton de Genève», détaille Jay Oberai.

Après un premier partenariat avec l’américain Millennium BlockChain, suivi d’un premier tour de table entre investisseurs privés internationaux, le CEO de Synergy Quantum prévoit de lancer son ICO à Genève dans les 6 prochains mois.

«La beauté dans l’ICO est qu’elle permet de démocratiser l’investissement privé - là où avant seuls les VC et les institutions financières entraient en matière – mais aussi de créer un marché secondaire, pour les actifs illiquides. Le Canton de Genève a bien compris ces enjeux et veut devenir une référence en ICO de premier rang. Cependant, un des critères de succès d’une ICO est la crédibilité de son management. Et c’est le cas ici, avec des experts comme Asher Dory, COO de Synergy Quantum, ex COO de Bancor et acteur clé dans l’ICO récent de Telegram ainsi que Michael Terpin, CEO de Transform Group, expert en crypto, qui a aidé à lancer plusieurs ICO avec une capitalisation importante», résume Antonio Gambardella, directeur de la FONGIT et qui figure aussi dans l’équipe de direction de Synergy Quantum.

Technologies de réseau neuronal

Depuis plus de trois ans, en partenariat et avec une participation dans la société Cambridge Quantum Computing (CQC), Synergy Asset Management a perfectionné l'art et la science de la modélisation de l'allocation d'actifs, en tenant compte de ses performances plutôt que de s'appuyer sur des relations.

«JANUS est notre IA ainsi que notre système d'informatique quantique, qui utilise les dernières recherches en technologies de réseau neuronal pour déterminer le meilleur modèle d’algorithme d'allocation d’actifs. Sa sophistication et ses performances exceptionnelles seront une référence pour l'industrie», ajoute Jay Oberai.

JANUS est construit par Synergy Asset Management en partenariat avec CQC, qui a été fondé par Stephen Hawking et Ilyas Khan, président de la Fondation Stephen Hawking et qui figure également parmi les membres du conseil consultatif de Synergy Quantum.

Synergy Quantum a été créé pour devenir le premier gestionnaire de patrimoine privé au monde sur une plateforme de type blockchain combinant les neurosciences et la gamification, afin de modéliser des personnalités d'investissement multidimensionnelles individuelles.

«C'est le premier gestionnaire de patrimoine privé au monde à utiliser la technologie d'informatique quantique et les réseaux neuronaux pour fournir des modèles d'allocation d'actifs personnalisés à chaque client», conclut Jay Oberai, qui a engagé Roger Pfund pour concevoir son billet crypto intitulé le billet Synergy BANQ.


Né en 1943 à Berne et résidant à Genève, Roger Pfund, est un peintre, graphiste et designer, illustrateur du passeport suisse disponible depuis 2003.

Modèle de revenu et évaluation projetée de Synergy Quantum

Synergy Quantum projette de créer la plateforme de banque de fortune, pour laquelle Jay Oberai estime être en mesure de lever plus de 10 milliards de dollars de richesse privée, au cours des cinq prochaines années et d’atteindre un niveau de rentabilité parmi les meilleurs au monde.

«Concrètement, notre projet se fera par l'acquisition directe d'actifs bancaires de 4 milliards de dollars. Sur le marché de nombreuses petites banques privées sont en vente, car elles n’ont pas la masse critique nécessaire à leur rentabilité. Les 6 milliards de dollars supplémentaires proviendront des clients en ligne. C’est la partie la plus onéreuse: au moins 80 millions de dollars sur les 100 attendus seront utilisés à cette fin uniquement; environ 50 millions de dollars pour l’acquisition d’une banque plateforme avec 4 milliards de dollars de clientèle et environ 30 millions de dollars pour l'acquisition de clients en ligne», projette Jay Oberai, qui pourra allouer des fonds supplémentaires pour consolider et acquérir des banques et des actifs supplémentaires, en attirant des investissements plus importants.

Pendant l’ICO, Synergy Quantum projette de planifier une émission d’un maximum de 750 millions de jetons (Token) appelés Synergy BANQ, dont 450 millions de jetons BANQ seront proposés à la vente au prix de 45 cents (non compris les remises pour les investisseurs prévente et institutionnels). Le BANQ sera un jeton d'investissement émis sous Synergy Quantum, une société suisse enregistrée.

Si l’objectif de 10 milliards de dollars d’actifs sous gestion est atteint, les frais de gestion s’élèveront à 100 millions de dollars (1% de frais de gestion). Cela générerait plus de 41 millions de dollars de bénéfices nets pour la distribution, dont 50% seraient distribués à parts égales aux 450 millions de jetons. Cela voudrait dire 4,55 cents de dividende distribué par jeton. Pour les détenteurs publics du token Synergy BANQ, en achetant les jetons à 45 cents, cela signifierait un dividende de plus de 10%.

L’ICO prévue par Jay Oberai est une ICO distribuant des jetons d'investissement (security tokens) avec une vente d’actions. Les détenteurs de ces jetons pourront bénéficier des droits typiques associés aux actions, comme le droit de vote et aussi celui de recevoir des dividendes. Ils auront donc tous les droits des actionnaires, par le biais de security tokens enregistrés sur la blockchain.

«Qui va acheter ces tokens? L’objectif de cette ICO de premier rang, est donc d’attirer des investisseurs intéressés à faire partie d’un projet financier ambitieux de très haut niveau. De plus, Synergy Quantum s’attend à ce que la plupart des investisseurs, qui participeront à cette ICO, le fassent avec un versement en monnaie traditionnelle, alors que seulement une minorité participera en crypto-monnaies», commente Antonio Gambardella.

Cette tendance s’avère être de plus en plus forte parmi les ICO de qualité et cela démontre une meilleure confiance de la part des investisseurs, ainsi qu’une certaine maturité du secteur.

«En particulier, cette ICO, grâce à la possibilité d’ouvrir Synergy Quantum à un actionnariat diffusé, favorisera naturellement l’acquisition accélérée de nouveaux clients, ainsi que leur rétention sur le long terme», explique Antonio Gambardella, qui ajoute qu’à terme ces jetons pourront être échangés sur une plateforme d’échange de crypto-actifs, comme celle proposée d’ici quelques mois par la société genevoise Taurus Group.

La taille du marché mondial des ICO a atteint plus de 4 milliards de dollars en 2017 et, à ce rythme, dépassera en 2018 le montant total du financement seed dans le monde.

La Suisse - notamment grâce au travail de la Finma - est le pays le plus avancé pour devenir la référence en matière d’ICO, avec une approche très judicieuse, en comparaison avec d’autres pays comme le Panama ou Singapour. La structure, qui se met en place à Genève, sous l’égide de Pierre Maudet – notamment la publication d’un guide inédit mis à disposition par les autorités cantonales, qui s'inscrit dans la continuité de celui proposé tout récemment par le régulateur helvétique des marchés financiers (Finma) - permettra de réaliser plusieurs ICO d’envergure dans ces prochains mois, dont celle de Synergy Quantum.






 
 

AGEFI




...