Santésuisse demande des prix plus bas pour certains appareils médicaux

vendredi, 21.04.2017

Avec des prix plus bas, santésuisse table sur un potentiel d'économies de 34 millions de francs par an. La faîtière a comparé les prix à ceux pratiqués en Allemagne, en France, en Italie, aux Pays-Bas et en Autriche.

Avec des prix plus bas, santésuisse table sur un potentiel d'économies de 34 millions de francs par an. La faîtière a comparé les prix à ceux pratiqués en Allemagne, en France, en Italie, aux Pays-Bas et en Autriche.

Les assurances maladie veulent faire baisser les prix des appareils de mesure de la glycémie, des appareils respiratoires et des aides en cas d'incontinence. La faîtière santésuisse demande à la Confédération de baisser les prix de ces produits au 1er juillet.
Avec des prix plus bas, santésuisse table sur un potentiel d'économies de 34 millions de francs par an, peut-on lire sur son site vendredi. Les patients ne doivent pas pâtir d'une perte de qualité. Si l'Office fédéral de la santé (OFSP) baisse les montants maximaux remboursables, les payeurs de primes ne devront plus "s'acquitter inutilement des prix surfaits".

La faîtière a comparé les prix à ceux pratiqués en Allemagne, en France, en Italie, aux Pays-Bas et en Autriche portant sur des "produits identiques".

Concernant les aides pour l'incontinence (protections et cathéters), le potentiel d'économies s'élèverait à 16,9 millions de francs si la Suisse s'alignait sur les prix européens, selon santésuisse. En 2015, les caisses maladie ont remboursé 70 millions de francs sur ces produits.

Les appareils servant à mesurer la glycémie ont coûté 107 millions aux assurances maladie en 2015. La faîtière entrevoit des économies à hauteur de 13,4 millions de francs.
Aux yeux de santésuisse, les prix de location des appareils respiratoires sont trop élevés: les coûts incombant aux caisses maladie ont atteint 10 millions de francs en 2015. Il serait possible d'économiser jusqu'à 3,2 millions de francs grâce à une diminution des prix.

Les assureurs maladie sont tenus de ne prendre en charge que les produits et appareils achetés en Suisse. Des montants maximaux remboursables sont fixés par la Confédération. Au total, les caisses maladie remboursent environ 550 millions de francs par an pour les moyens et appareils médicaux prescrits sur ordonnance.

L'OFSP avait annoncé il y a une année qu'elle allait revoir la liste du matériel médical remboursé par l'assurance maladie de base (LiMA). Un porte-parole avait alors dit à la télévision alémanique SRF que certains prix avaient été adaptés, mais que la liste complète n'avait jamais été examinée en détail.
Une révision de cette liste a été lancée en décembre 2015. Les modifications entrent en vigueur entre 2016 et 2019, indique l'OFSP sur demande de l'ats. L'office fédéral voit toutefois moins de potentiel d'économie que les caisses, soit environ 10 millions de francs.
D'ici la fin 2017, l'OFSP veut étudier les produits qui engendrent deux tiers des coûts des moyens et des appareils. Les produits pour les diabétiques, le matériel de pansement et les serviettes pour incontinence font partie de cette catégorie.

Les tarifs de rétribution pour les produits qui ont le plus fort chiffre d'affaires ont déjà été diminués, écrit l'OFSP. Il n'y a que peu de potentiel d'économies.
Les autres produits de la liste sont des groupes plus petits. A l'étranger, le prix est parfois plus élevé, parfois moins élevé que les montants maximaux de remboursement. En conséquence, les plafonds de remboursement peuvent donc augmenter ou diminuer lors de la révision de la liste LiMA.

Les premières analyses en vue de cette révision indiquent que ces montants maximaux de remboursement suisses ne sont pas systématiquement plus élevés que les prix à l'étranger.(awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...