Deux scale-up de la galaxie des drones vaudoise signent un partenariat

mercredi, 08.01.2020

Avec cette collaboration, Flyability et Pix4D visent à proposer un outil complet en modélisation 3D en intérieur.

Sophie Marenne

Elios 2 à l'œuvre dans un lieu confiné. Le lancement du module complémentaire de photogrammétrie s'accompagnera d'une nouvelle formation dédiée.

Bonne nouvelle pour l’industrie vaudoise des drones: deux de ses acteurs annoncent un partenariat. Le fabricant de drones anticollisions basé à Paudex, Flyability, et le concepteur de logiciels de traitement et transformation d'images aériennes situé à Prilly, Pix4D, unissent leurs forces dans un package commun. Cette offre joint un module de photogrammétrie Pix4Dmapper – la solution leader du secteur – au robot d’inspection en terrain difficile Elios 2, reconnaissable à sa cage en carbone protectrice.

Entre voisins

La proximité des deux entreprises a pesé dans la balance. Marc Gandillon, responsable marketing chez Flyability raconte: «Nous sommes en contact avec Pix4D depuis nos débuts, mais nous avons commencé à discuter d’une possibilité de collaboration juste avant le lancement d’Elios 2, en mai dernier.» En effet, depuis le lancement de la nouvelle version de l’aéronef, la demande en outils de modélisation en milieu confiné ne cesse de croitre. Il poursuit: «Nous avons eu besoin de licences Pix4Dmapper afin de tester l’éventualité de la construction de modèles en 3D d'espaces intérieurs grâce à nos appareils.»

Le spin-off de l’Ecole polytechnique de Lausanne (EPFL) a répondu positivement aux sollicitations de Flyability et a même décidé de soutenir son voisin dans ses essais. Nikoleta Guetcheva, directrice marketing de Pix4D, ajoute: «L'outil innovant qu’offre la technologie de Flyability pour accéder aux endroits inaccessibles ou dangereux est unique. Ce drone ouvre des applications à nos logiciels qui étaient inconcevables auparavant.»

Aider à de meilleures décisions

Le résultat de ce partenariat est un produit destiné à tous ceux qui souhaitent s'attaquer à la modélisation 3D en intérieur. «Nous ciblons les professionnels de l’inspection visuelle qui cherchent à compléter leurs compétences à distance», précise Marc Gandillon. Pour rappel, Elios 2 a pour mission d’inspecter des mines, des centrales nucléaires, des carrières ou encore des sites  chimiques. La conception de modèles virtuels de tels actifs facilite grandement leur gestion.

Par rapport à un simple plan – pas toujours à jour – une visualisation à l’échelle permet à un industriel de déterminer la hauteur d’un échafaudage, le lieu où il lui faut creuser pour accéder à un caniveau cassé ou simplement mesurer s'il y a suffisamment d’espace autour d'un travailleur pour effectuer sa tâche. «Avec cette technique, on obtient de meilleures perceptions de la profondeur, ce qui est parfois nécessaire pour mieux évaluer un défaut», dit-il.  

Récemment, la Flyability a effectué la démonstration d’une telle utilisation auprès d’un client qui dirige une raffinerie. Face à une anomalie dans une canalisation, impossible d’en déterminer la gravité avec des images en 2D. La modélisation en 3D a permis de constater que le problème ne menaçait pas le fonctionnement de l'équipement et que la correction pouvait attendre la prochaine réfection. Dans ce cas précis, l'utilisation de cette technologie a littéralement sauvé cette firme de plusieurs jours d’arrêt. «Ainsi, les équipes de peuvent prendre des décisions plus éclairées et se doter de documents précieux sur des endroits qui étaient autrefois inaccessibles à l'œil humain», souligne Nikoleta Guetcheva.

Le sceau de la Drone Valley

Fondée en 2011, Pix4D emploie 130 collaborateurs dans son siège suisse et 75 dans ses bureaux à travers le monde: à Denver, Berlin, Madrid, Tokyo et Shanghai. La société Flyability est quant à elle née en 2014 et compte un effectif de 85 personnes. Elle exporte ses engins dans plus de 50 pays.

L’association entre ces scale-up voisines est une preuve du dynamisme de la Drone Valley vaudoise. Marc Gandillon décrit «Nous bénéficions certainement de cet écosystème florissant, notamment en matière de partage d’expériences et de soutien mutuel.» En écho, sa consœur ajoute: «La proximité des nombreuses entreprises de cette industrie en Suisse a créé un écosystème unique, favorisant les partenariats et l'innovation.»






 
 

AGEFI




...