Présidentielles américaines: le duel est serré et l'incertitude demeure, l'essentiel

mercredi, 04.11.2020

Aux Etats-Unis, Trump et Biden sont au coude-à-coude, le suspense est total. Le raz-de-marée démocrate ne s’est pas produit. Trump gagne dans les Etats du Sud. Notre résumé

SM/MI avec ATS/AWP

Le président américain sortant Donald Trump a conservé la Floride, Etat crucial pour sa réélection que son rival Joe Biden espérait lui arracher. Il faudra encore du temps avant d'avoir un résultat définitif, notamment vu le nombre de votes anticipés. (Keystone)

Donald Trump et Joe Biden étaient engagés dans un duel extrêmement serré qui se prolongeait dans la nuit, sans qu'un vainqueur se dessine entre ces deux candidats aux visions opposées de l'Amérique.

16h45:  Trump dénonce des fraudes, Biden veut compter tous les bulletins

Le président américain Donald Trump a cherché à semer le doute mercredi sur les opérations de dépouillement en cours dans plusieurs Etats-clés pour l'élection présidentielle de la veille, évoquant des fraudes sans fournir de preuve. Joe Biden promet pour sa part une lutte pour que "chaque bulletin soit compté". 

"Hier soir j'avais une bonne avance, dans de nombreux Etats-clés", a tweeté Donald Trump. "Puis, un par un, ils ont commencé à disparaître magiquement avec l'apparition et le comptage de bulletins surprise".

Il s'agit en réalité du dépouillement de bulletins arrivés par courrier, qui pourraient mettre plusieurs jours à être comptés dans certains Etats. Dans la nuit, le comptage de ces bulletins a réduit l'avance de M. Trump dans le Michigan et le Wisconsin, deux des Etats-clés dont dépend l'issue de l'élection, et ce comptage menaçait d'effacer son avance en Pennsylvanie dans les prochains jours.

Les sondeurs se sont trompés

Il a aussi souligné que les sondeurs s'étaient trompés pour cette élection de façon "historique". Peu après, son adversaire démocrate Joe Biden a promis une lutte "sans répit jusqu'à ce que chaque bulletin soit compté", également sur Twitter.

Les équipes de campagne des deux hommes ont chacune tenté de convaincre que leurs candidats allaient l'emporter, lors de conférences téléphoniques avec la presse.

"Si nous comptons tous les bulletins légaux, nous pensons que le président gagnera", a déclaré Bill Stepien, le directeur de campagne de Donald Trump.

Recomptage des voix

Mais il a souligné que les marges semblaient suffisamment minces dans le Wisconsin, l'un des Etats les plus disputés, pour justifier un recomptage des voix - une éventualité qui repousserait de plusieurs jours ou plusieurs semaines tout résultat certifié.

De son côté, la directrice de campagne de M. Biden, Jen O'Malley Dillon, a souligné que le démocrate était en avance dans suffisamment d'Etats pour atteindre les 270 grands électeurs nécessaires pour qu'il devienne le 46e président des Etats-Unis.

"C'est une conclusion assurée", a-t-elle déclaré.

15h30: le dépouillement pourrait durer des jours

Comme dans un flash-back de l’année 2000 et du duel Bush VS Gore, les Américains ne connaissent toujours pas le nom de leur prochain président, après un vote à la participation record et dont le dépouillement se poursuit dans la majorité des Etats-clés. La situation rendue encore plus tendue par la revendication de victoire de Donald Trump contre le démocrate Joe Biden.
Au terme d'une longue campagne d'une virulence exceptionnelle, perturbée par la pandémie, les résultats partiels montrent que le président républicain n'a pas subi la répudiation électorale que les sondages présageaient, prouvant que, même s'il était battu, sa base d'électeurs lui reste largement fidèle.
Jamais autant d'Américains n'avaient participé à l'élection présidentielle depuis que les femmes ont le droit de vote: 160 millions d'électeurs ont voté, soit une participation estimée à 66,9%, contre 59,2% en 2016, selon le US Elections Project, plus encore qu'en 2008 quand Barack Obama avait été élu.
Nombre d'Etats ont été débordés par le déluge de bulletins envoyés par correspondance, encouragés en raison de la crise sanitaire. Ouvrir les enveloppes et scanner ces bulletins pourrait, dans certaines villes, prendre plusieurs jours."Si tout continue à ce rythme, nous aurons les résultats totaux dans les deux prochains jours", a dit par exemple mercredi matin Al Schmidt, responsable de la ville de Philadelphie, grand réservoir de voix démocrates dans l'Etat-clé de Pennsylvanie, sur CNN.
Et si la justice s'en mêlait, comme en 2000, "cela pourrait durer des semaines", a dit mercredi à l'AFP Ed Foley, spécialiste du droit électoral à l'Ohio State University. Selon lui, l'expérience a montré que la majorité des bulletins envoyés par courrier devrait porter le nom de Joe Biden, mais aucun média ne se risquait à faire de pronostic.

11h00: Le dollar va continuer à se déprécier par rapport au franc suisse

«Le franc suisse va rester une devise forte», affirme Gero Jung, actuel chef économiste de la banque Mirabaud lors d'une conférence en ligne mercredi matin au sujet des élections américaines. «L’EUR/CHF n’a pas vraiment bougé, il reste autour des 1,06, 1,07, ou 1,08 maximum pour un euro. D’ailleurs, la BCE, a laissé entrevoir des mesures à venir, ce qui va avoir des effets sur l’euro. C’est pourquoi on ne s’attend pas à ce que l’EUR/CHF augmente fortement, mais prévoyons plutôt un mouvement latéral. Quant au dollar, il va continuer à se déprécier par rapport au franc suisse. Nous gardons cette ligne principale d’un franc fort», assure le spécialiste financier.

Les investisseurs suisses appelés à la patience

Du côté de Credit Suisse, les analystes s’attendent à ce que la volatilité reste élevée. «Bien que les futures sur  actions indiquent une ouverture de la Bourse en hausse, nous nous attendons à ce que la volatilité reste élevée. En raison de manque de visibilité, il faut rester patient», indique Michael Strobaek, le CIO global de Credit Suisse dans une note matinale.

L’incertitude règne. «La course à l'élection présidentielle américaine reste trop serrée, bien plus que ce que nous n’imaginions, avec des résultats peu clairs dans plusieurs États clés», avertit le responsable des investissements de la banque zurichoise. Il conseille dès lors de conserver une allocation neutre d’actions dans les portefeuilles et de «ne pas prendre parti sur le résultat final» qui tombera «probablement vendredi», écrit-il encore. 

10h30: le comportement de Trump est une «invitation à descendre dans la rue»

L'attitude de Donald Trump se déclarant vainqueur de l'élection alors que le décompte des voix se poursuit n'est «pas présidentielle» pour le politologue helvetico-américain Daniel Warner. Le spécialiste des relations internationales et notamment des Etats-Unis souligne que ce pays n’est «plus un exemple de démocratie pour le monde», sur les ondes de la RTS il y a quelques minutes.

La déclaration du Républicain, en pleine soirée électorale et alors que les résultats définitifs ne sont de loin pas encore connus est «une invitation aux gens à descendre dans la rue», a réagi l'ancien adjoint du directeur à l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève (IHEID).

L'expert proche du parti démocrate estime toutefois que, si l'élection devrait se jouer devant les tribunaux en cas de résultat très serré et de demande de recomptage, les démocrates sont mieux préparés qu'en 2000 lorsqu'ils avaient finalement abandonné la bataille juridique entre George W. Bush et Al Gore en Floride. Leur équipe de juristes est plus importante.

Les sondages dans leur ensemble n'arrivent d'ailleurs toujours pas ou plus à lire la population américaine, selon lui. «Les sondeurs, les politologues, les intellectuels ne comprennent toujours pas l'homme de la rue».

09h20: le scrutin américain pèse sur les Bourse européennes

Les Bourses européennes reculaient nettement à l'ouverture face à l'incertitude de l'élection américaine, et à la proclamation de sa victoire par Donald Trump alors que le dépouillement est encore en cours dans certains Etats.

Après les premiers échanges, les places européennes se coloraient en rouge: Francfort perdait 1,89%, Milan 2,1%, Paris 1,31% et Londres 1,11%. Elles avaient bien débuté la semaine, affichant des gains notables lundi et mardi.

09h00: Trump affirme avoir gagné l'élection malgré le décompte en cours

Le président américain Donald Trump a revendiqué mercredi avoir "gagné" l'élection présidentielle face à son rival démocrate Joe Biden. Le décompte n'est pourtant pas achevé dans plusieurs Etats-clés.

"Honnêtement, nous avons gagné l'élection", a déclaré Donald Trump lors d'une brève allocution depuis les salons de la Maison Blanche. Evoquant une "fraude" et une "honte", il a assuré qu'il entendait saisir la Cour suprême pour arrêter les comptages de votes.

"Nous étions prêts à célébrer quelque chose de magnifique", a-t-il encore affirmé. Pour l'emporter, un candidat doit obtenir au moins 270 des 538 grands électeurs attribués au niveau des Etats. A ce stade de la nuit, le président sortant (213) est au coude-à-coude avec Joe Biden (224).

07h00: Joe Biden se dit en "bonne voie" de gagner

Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a affirmé dans la nuit de mardi à mercredi qu'il était "en bonne voie de gagner" la présidentielle contre Donald Trump. Ce dernier a rétorqué en accusant les démocrates de "voler" l'élection".

"Gardez la foi, nous allons gagner!" a lancé l'ancien vice-président américain devant des partisans réunis en "drive-in" dans son fief de Wilmington, dans le Delaware. "Nous pensons que nous sommes en bonne voie de gagner cette élection", a-t-il déclaré sous les klaxons enthousiastes.

"Nous sommes confiants pour l'Arizona. Nous restons dans la course en Géorgie. Nous sommes confiants pour le Wisconsin et Michigan. Nous allons gagner en Pennsylvanie. Ce n'est pas à Donald Trump ou moi de dire qui va gagner. Il faudra attendre jusqu'à demain matin pour avoir tous les résultats", affirme Joe Biden.

Le candidat démocrate a remercié ses partisans "à travers tout le pays" et les a appelés à être patients. "Il faut attendre que tous les votes soient comptabilisés. Le dépouillement des votes prendra encore un certain temps", selon lui.

"On est loin devant"

Donald Trump a réagi en prédisant une "grande victoire". "On est devant et de loin, mais ils essaient de voler l'élection. Jamais nous ne les laisserons faire. Les bulletins ne peuvent pas être déposés après la fermeture du scrutin", a tweeté le président, qui a promis de s'exprimer dans la nuit.

Twitter a mis en garde ses utilisateurs mercredi contre ce message. "Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce Tweet est contestée et susceptible d'être trompeuse quant au mode de participation à une élection ou à un autre processus civique", a écrit le réseau social. 

06:00 Trump a remporté la Floride et l'Iowa, Biden le Minnesota

Le président américain sortant Donald Trump a conservé la Floride, Etat crucial pour sa réélection que son rival Joe Biden espérait lui arracher, selon Fox, NBC et CNN. Le républicain a également remporté l'Etat de l'Iowa et du Montana. Le candidat démocrate a, lui, gagné le Minnesota, selon les médias américains.

05h00: Trump a remporté l'Ohio, un des Etats très disputés

Le président américain sortant Donald Trump a remporté l'Ohio, un des Etats très disputés et qui était susceptible de basculer dans le camp des démocrates, selon Fox et NBC. (ATS)

 






 
 

AGEFI



...