La Morning note de Mirabaud Securities

jeudi, 24.11.2016

Aujourd'hui, les marchés américains étant fermés, la Morning note de Mirabaud Securities surveillera avec attention la croissance espagnole et l’IFO allemand.

John F. Plassard*

Les indices américains ont fini en en légère hausse hier soir avant un long week-end de (presque) 4 jours. Nouvelle séance et 3 nouveaux records historiques : Dow Jones, S&P500 et Russell 2000. Le secteur des petites et moyennes capitalisations connait sa 14ème journée de hausse consécutive (plus longue série depuis février 1996) et sa 8ème clôture sur un record (plus longue série depuis février 1996).

Le S&P 500 est resté une bonne partie de la séance dans le rouge plombé par la chute de l’action Eli Lilly (-10.5%).

Le secteur technologique a perdu 0,5%, notamment sous le coup du recul de 1,2% du titre Microsoft, du repli de 0,8% de l'action Intel ou encore de la baisse de 0,5% d'Apple

Au chapitre macro-économique, les demandes hebdomadaires d'allocations-chômage et les commandes de biens durables ont accrédité la thèse d'une poursuite de l'amélioration de l'économie américaine, dont la Réserve fédérale américaine (Fed) avait dit en novembre souhaiter quelques preuves supplémentaires pour resserrer sa politique monétaire.

Les Minutes de la Fed confirment quant à elle la très forte probabilité d'une hausse des taux d'intérêt en décembre prochain pour ne perdre en crédibilité (voir plus bas).

Les cours du pétrole ont terminé en très légère baisse hier, les investisseurs choisissant l'attentisme face au flou régnant sur une éventuelle réduction de l'offre par les principaux producteurs d'or noir.

Le dollar a fortement progressé en séance pour atteindre ses niveaux proches d’il y a 14 ans (102). Le Yuan face au Dollar a touché ses bas niveaux d’il y a 8 ans et le panier des devises émergentes a touché un plus bas historique (face au dollar).

L’or est revenu sur ses niveau d’il y a 10 mois en cassant les 1'200 dollars l’once.

Concernant le 10 ans américain qui est passé au-dessus des 2.40 en séance hier, plusieurs niveaux techniques ont été cassés ce qui pourrait l’amener rapidement à 2.50 et après directement à 2.90. C’est en tout cas ce que pensent les stratèges de la banque RBC….

À noter sans surprise que les volumes ont été très faibles.

Statistiques économiques

Pour cause de Thanksgiving il y avait hier une multitude de statistiques économiques américaines

Explosion des commandes de biens durable !

Les commandes de biens durables ont nettement augmenté en octobre. En détail on a pris connaissance d'un bond de 4,8% de ces commandes alors que le consensus attendait +1,1%, après une hausse de seulement 0,4% en septembre.

Cependant, hors transport, les commandes n'affichent qu'une hausse de 0,1%. Les commandes de biens d'équipement hors défense affichent elles une hausse de 5,2%. A noter que les commandes de biens d'équipements pour l'aéronautique civile ont grimpé à elles seules de plus de 94% le mois dernier ! Rappelons que Boeing a reçu le mois dernier une commande d'UPS pour la livraison de 14 nouveaux Boeing 747-8. Il convient donc de prendre ces chiffres avec des pincettes puisqu’il est dû au secteur très volatil de l'aéronautique civile.

Inscriptions au chômage plus élevées que prévues

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont augmenté plus fortement que prévu après être tombées au plus bas depuis 43 ans la semaine précédente. Le ministère a recensé le dépôt de 251'000 demandes d'allocations chômage pour la semaine close le 19 novembre, marquant une hausse de 18'000, leur plus forte hausse depuis le mois de mai 2016. Cette augmentation a quasiment totalement effacé le recul historique de la semaine précédente. Le consensus s'attendait à une modeste hausse de 8000. Pour les férus de statistiques signalons que les inscriptions au chômage se maintiennent ainsi sous la barre symbolique des 300'000 pour la 90ème semaine consécutive, soit la plus longue période sous ce seuil depuis 46 ans !

Accélération du secteur manufacturier

La croissance du secteur manufacturier des Etats-Unis accélère au mois de novembre selon l'indice PMI Markit qui s'établit à 53,9 ce mois-ci, contre 53,4 en octobre. La production manufacturière progresse ainsi à son rythme le plus rapide depuis mars 2015, tandis que les nouvelles commandes réalisent leur plus forte croissance depuis octobre 2015.

Le chef économiste du bureau Markit relève que ce tableau est encourageant pour l'économie manufacturière et renforce la conviction que la Fed va relever ses taux d'intérêt lors de sa réunion du 14 décembre…. On en doutait pas.

Hausse du moral des ménages

Le moral des ménages américains s'est amélioré plus nettement que prévu en novembre pour atteindre son plus haut niveau depuis le mois de mai selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan.

Son indice de confiance est en hausse à 93,8 après une première estimation à 91,6 et 87,2 en octobre.

La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a augmenté à 107,3 contre 105,9 en première estimation et 103,2 le mois précédent. Celle des anticipations des consommateurs a progressé à 85,2, son plus haut niveau depuis juin 2015, contre 82,5 en première estimation et 76,8 en octobre.

L'Université du Michigan précise que ces chiffres incluent la réaction initiale des consommateurs au résultat de l'élection présidentielle du 8 novembre. Ce qui est assez étonnant en soit.

Baisse des stocks US

Les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont baissé de 1,3 million de barils lors de la semaine close au 18 novembre, à 489 millions de barils. Les stocks d'essence ont pour leur part augmenté de 2,3 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont progressé de 0,3 million de barils.

Les Minutes de la Fed

Si les Minutes de la Fed d’hier soir n’étaient pas à même de changer les estimations (100%) des investisseurs concernant une hausse des taux d’intérêt le 14 décembre prochain, il était cependant très intéressant de « sentir l’ambiance » des membres votants et non votants. Rappelons que trois semaines après chaque réunion sont publiées les Minutes qui contiennent un résumé des débats ainsi que le décompte nominatif des votes pour chaque résolution délibérée.

Conclusion en lisant entre les lignes : Même si les membres sont divisés la Réserve fédérale américaine (Fed) va monter ses taux d’intérêt en décembre prochain pour ne pas perdre sa crédibilité.

Officiellement selon les Minutes, les responsables de la Fed ont estimé lors de la réunion de novembre (1-2 novembre) qu'une hausse des taux était envisageable relativement bientôt si les indicateurs continuaient de montrer une amélioration de l'économie américaine.

Certains membres du comité de politique monétaire de la banque centrale ont même évoqué textuellement un relèvement des taux en décembre prochain.

Les responsables de la Fed demeurent cependant divisés. D'après les Minutes, certains ne souhaitaient pas relever les taux avant de nouveaux progrès sur les fronts de l'emploi et de l'inflation, alors que d'autres plaidaient pour un resserrement de la politique monétaire dès novembre.

Certains ont estimé que la récente hausse de l'inflation ne résultait peut-être que de facteurs conjoncturels, alors que d'autres n'ont pas exclu que l'inflation atteigne plus rapidement que prévu l'objectif de 2% souhaité par la Fed.

L'environnement économique a considérablement changé depuis la dernière réunion du FOMC, qui s'est déroulée une semaine avant l'élection présidentielle américaine.

Les derniers indicateurs économiques sur l'emploi, les ventes de détail et l'immobilier, publiés après la réunion de novembre du FOMC, ont par ailleurs montré un renforcement de l'économie des Etats-Unis.

98,2% des investisseurs estiment maintenant que la Fed relèvera ses taux en décembre, d'après le baromètre FedWatch de CME Group. 88% des investisseurs pensent aussi qu’il y aura au minimum 1 hausse des taux en 2017….

Rappelons que la Réserve fédérale avait relevé ses taux pour la dernière fois le 16 décembre 2015, dans une fourchette de 0,25% à 0,50%.

La Russie se place de plus en plus

Nous nous répétons en affirmant que d’un point de vue politique et économique c’est une erreur de se mettre à dos la Russie. Nous avons entre autres affirmé que Moscou pourrait être de plus en plus tenté d’aller « vers l’est » ce qui pourrait à terme modifier l’échiquier économique international.

L’élection surprise de Donald Trump le 8 novembre et la potentielle victoire de François Fillon lors des élections présidentielles françaises en 2017 pourrait cependant changer la donne et potentiellement accélérer la « réhabilitation » de la Russie.

Quel rapport cependant entre le républicain américain et le Républicain français ? Les deux hommes semblent avoir les faveurs du Président Vladimire Poutine.

Si on savait que le président russe espérait une victoire de Donald Trump avec qui il semble avoir des accointances, le ralliement à François Fillon est tout sauf une surprise.

En effet, François Fillon est depuis longtemps considéré comme un « pro-russe » et milite depuis longtemps pour un rapprochement avec la Russie au Moyen-Orient et en Europe.

Le 21 novembre 2016, cela ne s’invente pas, François Fillon twittais mot pour mot la théorie que nous avançons depuis 2012 : « La Russie est le plus grand pays du monde et l’on ne cesse de la repousser vers l’Asie (…) @FrançoisFIllon ».

Très officiellement, François Fillon rencontre régulièrement le président russe depuis 2008, à titre officiel ou privé.

Le potentiel prochain président français a notamment rappelé lors du troisième débat télévisé avant les primaires qu’il entendait unir ses efforts à ceux de la Russie pour protéger les chrétiens d’Orient sur les théâtres syriens et au-delà.

Dans cette perspective, l’ennemi commun est le terrorisme d’inspiration sunnite ainsi que leurs soutiens dans la région.

Certain dirait qu’il y a du général de Gaulle dans François Fillon puisqu’il pourrait aussi chercher à développer les liens entre la France et l’URSS avec un retrait des structures de commandement de l’Otan, un développement d’une force de dissuasion nucléaire indépendante ainsi qu’un accroissement des échanges culturels et commerciaux.

On comprend mieux pourquoi dans une allocution officielle le président russe Vladimir Poutine s'est félicité de l'intention de François Fillon, arrivé en tête du premier tour de la primaire de la droite française, d'améliorer les relations entre Paris et Moscou.

Rappelons que mardi, déjà, le porte-parole de la présidence russe avait déclaré que Vladimir Poutine entretenait plutôt de bonnes relations avec François Fillon et indiqué que Moscou suivait de près le processus de désignation du candidat de la droite à l'élection présidentielle française….

Une lueur d’espoir pour le luxe ?

Il est toujours très intéressant de lire les chiffres et les conclusions Global Blue le spécialiste de la détaxe car c’est souvent un indicateur avancé pour le secteur du luxe.

Ce dernier groupe indique qu’en octobre les achats de produits de luxe effectués par les touristes russes dans le monde se sont redressés en octobre pour la première fois depuis près de trois ans, tandis que ceux de la clientèle chinoise ont limité leur recul.

En revenant sur les achats russes, Globale Blue signale qu’en baisse continue depuis janvier 2014 pour cause de crise économique et de baisse du rouble, les achats des touristes russes ont progressé de 2,9% le mois dernier, laissant entrevoir une possible reprise de la confiance de ces consommateurs. A l'inverse, la tendance est restée baissière pour la cruciale clientèle chinoise (près de 40% du marché mondial du luxe) mais dont le recul a été limité à 7,6% (après des chutes de plus de 14% au cours des deux mois précédents). La fameuse « golden week » chinoise étant passée par là.

En terme de comportement, les Chinois achètent davantage dans leur pays, incités par la réduction des écarts de prix avec l'Europe et par les taxes et les contrôles mis en place par Pékin pour lutter contre le marché parallèle.

En Europe, la flambée des achats opérée au Royaume-Uni s'est poursuivie (+34,7%), portée par le recul de la livre sterling, et la baisse a atteint 8,7% en Italie, après -8% en septembre.

Si les chiffres de Global Blue ne prennent pas en compte les dépenses effectuées aux Etats-Unis, à Hong Kong et à Dubaï, où les opérations de détaxe n'existent pas, ils contredisent les dernières très mauvaises statistiques des exportations horlogères suisses.

Le marché serait-il mûr pour un rebond ?

Aujourd’hui

Les marchés américains étant fermés, nous nous focaliserons sur la croissance espagnole et l’IFO allemand.

Les indices européens devraient ouvrir sans réelle tendance ce matin mais pourraient profiter de Thanksgiving pour prendre l’ascendant comme cela est souvent le cas.

Tendance asiatique

Les indices asiatiques évoluent en légère hausse ce matin (le Nikkei rattrapant sa journée fermée d’hier en atteignant ses hauts niveaux d’il y a 10 mois et sa 6ème séance de hausse consécutive) dans le sillage des nouveaux records des indices américains. Les volumes sont néanmoins en dessous la moyenne suite à la fermeture des marchés américains.

En termes de statistiques on a appris que l'activité dans le secteur manufacturier au Japon avait progressé en novembre à un rythme moins soutenu que le mois précédent, affectée notamment par une plus faible croissance des nouvelles commandes, d'après l'indice Markit/Nikkei des directeurs d'achat (PMI).

L'indice Flash s'établit en novembre à 51,1 sur une base ajustée des variations saisonnières contre 51,4 dans sa version définitive en octobre.

Signalons les premières tensions entre la Chine et les Etats-Unis puisqu’un responsable du ministère chinois du Commerce Pékin a déclaré qu’il défendra ses droits devant l'Organisation mondiale du Commerce si le futur président américain, Donald Trump, tenait ses promesses de campagne et relevait les droits de douanes sur les produits importés de Chine.

Actualité

Le gouvernement britannique devra emprunter 16 milliards de livres de plus au cours des cinq prochaines années pour amortir l'impact de la baisse de l'immigration imputable au Brexit, a estimé l'Office for Budget Responsibility (OBR), l'organisme public qui établit les prévisions économiques servant de base au budget.

L'économie américaine devrait enregistrer au quatrième trimestre une croissance de 3,6% en rythme annualisé, le rebond des commandes de biens durables en octobre étant compensé par un recul inattendu des ventes de logements neufs ce même mois, montre le modèle GDP Now de la Réserve fédérale d'Atlanta.

Pour le président de la Banque nationale suisse Thomas Jordan, il est encore trop tôt pour parler d'un revirement de tendance en matière de taux d'intérêt. De nombreux facteurs ne vont pas dans le sens d’une hausse, fait valoir Thomas Jordan lors d'un entretien avec les journaux alémaniques bâlois Basler Zeitung, zurichois Tages-Anzeiger et bernois Bund. Il y a encore un peu partout des problèmes structurels, qui maintiennent l'inflation et la croissance à bas niveau, note-t-il

Energie / Utilities   

►               L'association de défense de l'environnement Greenpeace a annoncé avoir déposé plainte auprès du parquet national financier contre EDF ainsi que son PDG, Jean-Bernard Levy, pour délits boursiers, leur reprochant un bilan inexact et la diffusion d'information trompeuses.

►               L'énergéticien polonais Enea aurait proposé à Engie de lui racheter sa centrale de Polaniec pour 1 milliard de zlotys, soit environ 226 millions d'euros, selon le journal local des affaires 'Parkiet'. La Pologne pousse assez fort pour que son champion récupère cet actif. Le problème, c'est qu'il serait un peu pingre. Des rumeurs laissent penser qu'Engie aurait une proposition à 1,8 milliard de zlotys sur la table (environ 407 ME). Reuters avait déjà évoqué le montant de 1 MdPLN pour Enea.

Prix du baril

Le prix du baril de pétrole évoluent sans tendance ce matin en Asie au lendemain de la publication des stocks de brut américain et à moins d’une semaine de la réunion de Vienne.

Industrie / Minières / Automobile

►               Lufthansa a annoncé l'annulation de 912 vols prévus pour aujourd’hui, après environ 900 vols supprimés hier, tandis que le syndicat des pilotes, Vereinigung Cockpit (VC) a appelé à prolonger le mouvement avec un nouveau débrayage demain. "En raison de la prolongation de la grève, environ 115.000 passagers seront touchés demain par l'annulation de 912 vols, dont 82 vols long-courriers", a indiqué la compagnie allemande dans un communiqué, appelant de nouveau Cockpit à accepter une procédure d'arbitrage pour mettre fin à un conflit salarial qui s'enracine.

►               Le procureur général d'Israël, Avichai Mendelblit, a ordonné à la police d'enquêter sur un contrat passé par le gouvernement avec l'Allemagne et portant sur l'achat de trois sous-marins et d'autres bâtiments de marine, a fait savoir le ministère de la Justice. L'affaire est sous les feux de l'actualité en Israël depuis qu'il est apparu que l'avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, David Shimron, représentait aussi l'agent local de ThyssenKrupp Marine Systems , qui doit livrer les navires en question

►               Thyssenkrupp a dit prévoir une croissance de son bénéfice d'exploitation annuel inférieure aux attentes en insistant sur la nécessité de réduire les coûts dans un contexte de volatilité des cours des matières premières. Thyssenkrupp dit s'attendre à un bénéfice avant intérêts et impôts ajusté d'environ 1,7 milliard d'euros sur l'exercice à septembre 2017, à comparer à un consensus moyen de 1,89 milliard établi par une enquête Reuters. Le groupe confirme par ailleurs sa prévision à long terme d'un Ebit ajusté d'au moins 2 milliards d'euros, nécessaire selon lui au versement d'un dividende significatif. Pour 2015-2016, il propose un dividende inchangé de 0,15 euro, inférieur aux attentes

►               FMC Technologies, Inc. et Technip ont annoncé que l'opération de rapprochement en cours entre les deux sociétés a reçu l'autorisation de la Commission Européenne

►               Vinci a annoncé porter plainte contre X pour la diffusion la veille de faux communiqués usurpant l'identité du groupe et qui ont fait dévisser son cours de Bourse.

►               La Commission européenne a donné son feu vert sous conditions à la fusion de Hapag-Lloyd avec United Arab Shipping Company (UASC).

►               Rio Tinto va céder sa fonderie d'aluminium écossaise de Fort William pour 410 millions de dollars à la multinationale Simec, dans le cadre de ses efforts de réorganisation dans le contexte de la chute des matières premières.

►               Fitch Ratings a confirmé la notation crédit "BBB-" d’AccorHotels, assortie d'une perspective stable. "BBB-" est le niveau le plus bas de la catégorie d'investissement. L'agence explique que ce niveau reflète la solide position du groupe en tant que numéro un européen du secteur, soutenue par sa diversification géographique et de gamme. Pour le spécialiste, les résultats du premier semestre illustrent parfaitement l'importance de la diversification géographique, car les activités dynamiques dans la région Asie-Pacifique et du Nord de l'Europe ont permis de compenser le ralentissement en France et au Brésil.

►               Les bureaux des conglomérats sud-coréens Lotte Group et SK Group et d'agences gouvernementales ont été perquisitionnés dans le cadre de l'enquête pour trafic d'influence qui implique la présidente sud-coréenne.

Financières

►               Des membres démocrates de la Chambre des représentants aux Etats-Unis ont averti les autorités fédérales que le président élu, Donald Trump, pourrait être tenté d'accorder un traitement préférentiel à Deutsche Bank, la seule grande banque de Wall Street qui lui prête de l'argent

►               Athene Holding prévoit de s'introduire en Bourse (IPO) en décembre à Wall Street, sur la base d'une valorisation de plus de 7 milliards de dollars, selon des personnes proches du dossier. Athene Holding, qui est actuellement détenu par le fonds d'investissement Apollo Global Management, envisage de lever 1 milliard de dollars ou plus lors de cette IPO

Informations et Technologies

►               UPC veut débrancher la radio analogique au cours des prochaines années. Le nouveau standard digital DAB+ doit, peu à peu, remplacer la transmission FM sur le réseau câblé, indique l'ex-Cablecom sur une page Internet cachée.

►               Carlo Gavazzi a vu bondir son bénéfice net au premier semestre (clos à fin septembre) de son exercice 2016/17. Il est passé de 3,8 millions de francs pour la même période de l'exercice précédent à 6,3 millions (+65,8%). Le chiffre d'affaires net s'affiche aussi en hausse sur six mois, à 66,2 millions de francs, contre 64,7 millions l'année passée (+2,3%), a indiqué jeudi l'entreprise. Progression également pour le résultat avant intérêts et impôts, qui s'est élevé à 7,9 millions, en hausse de 25,4% d'une année sur l'autre. L'entreprise explique ces résultats par des progrès opérationnels hors Europe, des effets de change favorables et des revenus uniques provenant d'une procédure d'arbitrage.

Consommation

►               Le conseil d'administration de GPA, le numéro un brésilien de la grande distribution contrôlée par Casino, a donné son feu vert à la direction du groupe pour qu'elle lance la procédure de vente de sa participation de contrôle dans Via Varejo. La cession par GPA de sa filiale de distribution de produits électroniques et électroménagers entre dans le cadre de la volonté du groupe de se reconcentrer, dans un contexte de récession sévère au Brésil, sur son activité de distribution alimentaire.

►               Rémy Cointreau a fait état d'un résultat opérationnel courant en forte hausse au premier semestre de son exercice décalé, porté par les solides performances de son cognac Rémy Martin, son principal centre de profits. Le groupe de spiritueux a dégagé un résultat opérationnel courant (ROC) de 123,9 millions d'euros au premier semestre clos le 30 septembre, en progression de 15,9% en données publiées et de 7,0% à périmètre et taux de change constants. Rémy Martin, dont les ventes ont brillé aux Etats-Unis et signé un retour à la croissance en Chine, a vu son résultat grimper de 9,1% et sa marge prendre 110 points de base à 31,6%. Le groupe a réitéré sa prévision d'une hausse de son ROC pour l'ensemble de son exercice en données constantes. A la mi-octobre, son directeur financier s'était dit "à l'aise" avec le consensus des analystes tablant alors sur une progression de 8% du ROC 2016-2017.  Le résultat net part du groupe progresse quant à lui de 5,4% en organique à 76,0 millions d'euros et de 2,7% hors éléments exceptionnels à 76,6 millions.

Pharmaceutique

►               La Commission européenne a donné son accord sous conditions à l'offre de 25 milliards de dollars de Abbott Laboratories sur St Jude Medical.

La statistique du jour

* Mirabaud Securities LLP


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...