La Morning note de Mirabaud Securities - Update de l'après-midi

mercredi, 23.11.2016

Aujourd'hui, la Morning note de Mirabaud Securities surveillera avec attention les indices manufacturiers allemands et de la zone euro, tout comme les commandes de bien durable aux Etats-Unis et les Minutes de la Fed.

John F. Plassard*

Commentaires américains Mirabaud Securities

Les futures sur les indices américains évoluent sans tendance à la veille de (presque) 4 jours fériés sur les marchés. Rappelons que selon la règle, les indices américains ne peuvent être fermés plus de 3 séances de suite (d’où la demi-journée ouverte vendredi).

Avant la salve des statistiques économiques aux Etats-Unis, il y avait ce matin une statistique intéressante en zone euro. On a appris que la croissance de l'activité privée avait progressé en novembre par rapport à octobre, atteignant son niveau le plus élevé depuis le début de l'année 2016.

En détail, l'indice s'est inscrit à 54,1 en novembre contre 53,3 en octobre, soit sa plus forte croissance mensuelle depuis décembre 2015.

La société Markit qui publie la statistique note que la hausse des carnets de commandes a incité les entreprises à recruter du personnel supplémentaire, le taux de création de postes atteignant ainsi son plus haut niveau depuis le début de l'année 2008.

À cela on peut ajouter que les données PMI sont conformes à une hausse du PIB de l'ordre de 0,4% au quatrième trimestre, l'expansion de la région étant portée par un rebond de la croissance allemande (0,5%).

Signalons que la France revient sur le devant de la scène en affichant ses meilleures performances depuis le début de l'année, avec une prévision de croissance trimestrielle de 0,2% à 0,3% pour le dernier trimestre.

Autre information importante du matin, le Yuan que l’on pensait lancé à toute vitesse après avoir récemment dépassé l’euro en terme des devises les plus utilisées vient de repassé derrière la monnaie unique…. La raison étant à mettre sur le ralentissement économique de la Chine. Les paiements en yuan ont décru de 22,44% en valeur en octobre par rapport au même mois 2015, tandis que toutes devises confondues, ils ont baissé de seulement 5,96%.

Depuis octobre 2013, les échanges commerciaux mondiaux libellés en yuan ont chuté de 66% en valeur, alors que, toutes monnaies confondues, le commerce international a enregistré une baisse de 35%, toujours en valeur.

Ce ralentissement explique aussi que la monnaie chinoise rétrograde à la sixième place (1.67%) pour les paiements internationaux au profit du dollar canadien (1.82%).

Finalement signalons que selon plusieurs sources au sein de l’Eurosystème que rapporte l’Agence Reuters ce matin, la Banque centrale européenne (BCE) étudierait les moyens d'augmenter ses prêts d'obligations souveraines pour éviter un gel du marché des financements à court terme. Ce marché est actuellement estimé à 5'500 milliards d’euros.

Pour prévenir de tels risques, la BCE voudrait faciliter l'emprunt par les banques des obligations qu'elle détient afin que ces titres puissent être utilisés comme collatéral pour des prêts repo.

Les changements à l'étude incluraient la réduction du coût de ces opérations de prêt en cas de retard dans la restitution des titres empruntés, l'acceptation de nouveaux collatéraux et l'extension de la durée des prêts. Le sujet serait débattu lors de la réunion de politique monétaire du 8 décembre, lors de laquelle le Conseil des gouverneurs doit décider d'une éventuelle prolongation des achats d'obligations au-delà de mars 2017.


Les indices américains ont fini une nouvelle fois en hausse, les 4 indices principaux affichant respectivement 4 nouveaux records historiques. Le Russel-2000 a d’ailleurs aligné une 13ème séance de hausse (du jamais vu depuis 1996 !) et un 7ème record absolu consécutif.

De manière symbolique le Dow Jones a clôturé au-dessus des 19'000 points et le S&P500 des 2'200 (qui se traite à près de 17,3 fois ses résultats sur les 12 mois à venir, nettement au-dessus de la médiane sur dix ans qui se situe à 14,7 fois, selon les données publiées de Reuters).

La dernière fois que les 4 indices ont touché un record historique, le Nasdaq était sur le point de perdre près de 4'000 points ! Mais vous me direz que c’était en l’année 2000….

Plus rien ne semble arrêter la hausse pas même la vigueur du dollar qui a repris son ascension grâce à… aucune nouvelle spécifique. La hausse s’autoalimente dans une semaine qui sera écourtée aux Etats-Unis. On pourrait presque appeler cela un « Early Window Dressing », ces fameuses opérations faites d’habitude en fin d'année pour embellir les états financiers.

Les valeurs les plus shortées ont maintenant progressé 12 fois lors des 13 dernières séances soit le plus important short squeeze depuis les bais de mars 2009….

Neuf des dix grands secteurs du S&P ont fini dans le vert, l'indice de la santé, qui a beaucoup profité de l'effet Trump, ayant fait exception avec une perte de 1,4%.

L'annonce en séance que les reventes de logements aux Etats-Unis ont atteint en octobre leur plus haut niveau en neuf ans et demi, ce qui confirme l'accélération de la croissance au quatrième trimestre, a conforté les anticipations de hausse des taux de la Réserve fédérale le mois prochain.

Le marché obligataire reculait légèrement et le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,31%.

Concernant l’évolution du prix du baril de pétrole intéressant de voir les conclusions des stratèges de la Bank of America Merrill Lynch. Ces derniers pensent qu’en cas d’accord la semaine prochaine, le prix du baril de pétrole pourrait toucher les 59 dollars.

Si l’inverse devait se produire, c’est plutôt les 40 dollars qui devraient être en vue. Le grand écart donc….

Sourions finalement un peu en indiquant (très sérieusement) que l'outil FedWatch fait ressortir une probabilité supérieure à 100% (100,2% pour être précis) que la Fed relève ses taux d'un quart de point le 14 décembre, à l'issue de la prochaine réunion FOMC. La probabilité d'un statu quo monétaire est quant à elle négative de -0,2%, selon ce même indicateur FedWatch, basé sur les prix des futures sur les fonds fédéraux.

Statistiques économiques

Enfin des statistiques économiques à se mettre sous la dent aux Etats-Unis !

Hausse des ventes de logements anciens !

Contrairement aux attentes, les ventes de logements anciens ont une nouvelle fois augmenté le mois dernier aux Etats-Unis, pour s'établir à 5,6 millions. Le chiffre d'octobre a été légèrement révisé à la hausse, de 5,47 à 5,49 millions.

Le consensus tablait à l'inverse sur un recul en rythme séquentiel à 5,44 millions.

Les ventes reviennent donc à leur niveau de février 2007. L’explication principale est bien évidemment à mettre sur le fait que les américains se « ruent » sur les achats de maison avant une hausse des taux hypothécaire suite à la hausse des taux d’intérêt américains en décembre prochain.

L’indice manufacturier de Richmond repasse dans le vert

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Richmond pour le mois de novembre 2016 est ressorti positif de 4 points, contre +1 pt de consensus et -4 points un mois auparavant. L’indicateur sort donc de sa zone négative et pourrait revenir sur ses niveaux de juillet (10) assez rapidement.

Les Trumpsecteurs prennent leur respiration

Très intéressant de voir les rotations sectorielles qui ont eu lieu juste après l’élection de Donald Trump. En effet les secteurs de l’infrastructure et de la biotechnologie en premier lieu, le 10 ans américain, la pentification de la courbe des taux, le dollar et les moyennes capitalisations se sont littéralement envolés dans les jours qui ont suivi l’élection surprise du républicain.

Aujourd’hui, si d’autres thèmes ont quelque peu pris le relais (on songe notamment au secteur bancaire et au secteur technologique), les Trumpsecteurs sont en train de se consolider.

Comme le rappelle très justement l’agence Bloomberg, un panier de valeurs composé de valeurs tels que AECOM, Chicago Bridge & Iron Co., Fluor Corp., Jacobs Engineering Group Inc., Martin Marietta Materials Inc., Vulcan Materials Co. et de U.S. Steel Corp après une performance fantastique entamée depuis le 9 novembre prend maintenant quelque peu son souffle.

Le secteur de la biotechnologie vient aussi de subir une « saine » prise de bénéfice après sa forte progression suite à l’élection de Donald Trump. Les investisseurs craignaient que l’élection de Hillary Clinton ne bride immédiatement le secteur.

Le dollar américain a aussi pris un peu de recul après 8 séances de hausses consécutives qui ont suivi l’élection de Donald Trump.

Même remarque pour la surperformance du Russell 2000 (valeurs plus domestiques qui devraient plus bénéficier d’une potentielle baisse des taxes sur les entreprises) par rapport au S&P500.

Le 10 ans américain qui s’est littéralement envolé après que les investisseurs aient pris connaissance des mesures potentiellement inflationnistes du nouveau président, a aussi décidé de faire un pause.

Finalement, le constant est aussi le même pour l’évolution de la courbe des taux américain.

Toutes les corrections sur ces thèmes pourraient bien être des bonnes opportunités d’investissement à moyen terme.

Y a-t-il un scandale TPP ?

Scandale aux Etats-Unis ! Le futur président américain a annoncé dans une vidéo ses six mesures phares pour ses 100 premiers jours au pouvoir, toutes basées sur un «principe fondamental: l'Amérique d'abord».

La première : retirer les États-Unis du TPP (Traité commercial transpacifique), signé par Barack Obama.

Concrètement au premier jour de sa présidence, Donald Trump engagera donc le retrait des États-Unis du TPP, signé en 2015 par douze pays de la région Asie-Pacifique, mais sans la Chine.

Pour entrer en vigueur, ce partenariat porté par le président sortant devait encore être approuvé par le Congrès américain, dominé par les républicains.

Sa remise en cause inquiète les pays de cette région, grande priorité géostratégique et économique de l'administration démocrate. À la place, Donald Trump veut négocier des traités «bilatéraux» qui selon lui «ramèneront les emplois et l'industrie sur le sol américain».

Protectionniste ? Nationaliste ? et que sais-je, tous les noms d’oiseaux y sont passés. Cependant qui connait vraiment la portée du TPP.

Quelles sont les impacts précis sur l’emploi et l’économie américaine ?

Nous avons mené notre propre étude en nous basant sur des études objectives et notamment celle publiée par le CEIM (centra d’étude sur l’intégration et la mondialisation) intitulée « Débat d’expert sur les impacts économiques du TPP (Volume 9, mars 2016).

Quels en sont les conclusions ? Le président américain controversé n’aurait peut-être pas si tort que cela !

La croissance

L’étude du Peterson Institute, réalisée par Peter A. Petri et Michael G. Plumme estime les effets en utilisant un modèle quantitatif exhaustif.

Elle estime que le TPP provoquera une augmentation des revenus annuels réels des Etats-Unis de 0.5%, soit la plus faible augmentation avec l’Australie (0.6%) mais bien loin des 8.1% du Vietnam.

L’emploi

Une autre étude cette fois-ci présentée par Jeronimo Capaldo et Alex Izutieta utilisant le modèle GPM des Nations Unies (United Nations Global Policy Model) affirme que l’impact du TPP sur le croissance et l’emploi aux Etats-Unis serait des plus dommageable. Le PIB des Etats-Unis serait impacté de -0.54%, soit le seul pays impacté négativement (si on exclut le Japon à -0.12) alors qu’un pays comme le Pérou aurait un gain de 2.84%.

En termes d’emplois cela se complique aussi puisque les pertes américaines seraient de près de 450'000 emplois.

Signalons pour l’anecdote que des pays tels que la Chine, l’Inde, l’Indonésie et d’autres économies asiatiques en développement qui ne participent pas au TPP devraient, quant à elles, perdre 4.5 millions d’emplois….

Conclusion

Il est probable que si le TPP devait être annulé il ne ferait plus de sens. Sentant le vent tourner, le premier ministre Shinzo Abe, qui a été le premier dirigeant étranger à rencontrer Donald Trump a affirmé que. « Le TPP sera dénué de sens si les États-Unis n’y participent pas ». Un mal pour un bien ?

L’Inde sous tension

L'agence de notation Fitch a annoncé tabler désormais sur une croissance faible en Inde pour le trimestre octobre-décembre. Information et annonce assez surprenante si l’on en croit les dernières statistiques de la croissance indienne (le taux de croissance indien s'est établi à 7,1% sur un an au premier trimestre (avril-juin) de l'année budgétaire 2016-2017, contre 7,9% au trimestre précédent, soit l'une des croissances les plus rapides des principales économies de la planète).

La raison de ce changement de ton est à mettre sur le compte des problèmes créés par la démonétisation soudaine de 24 milliards de billets de banque.

Explication

Le premier ministre indien Narendra Modi a décidé de retirer de la circulation les gros billets pour tenter d’enrayer l’évasion fiscale début novembre 2016. Des millions d’Indiens se sont rendus dans les établissements bancaires pour tenter d’échanger les billets de 500 et de 1'000 roupies, soudainement devenus inutilisables car démonétisés sur décision du gouvernement, contre de petites coupures ou la nouvelle coupure de 2'000 roupies. Les deux valeurs faciales retirées représentent plus de 85 % de la monnaie en circulation, et la période de transition laisse des millions de personnes sans argent liquide et menace de paralyser provisoirement une économie fortement dépendante des liquidités. Le gouvernement a demandé à la population de restituer les billets démonétisés d’ici au 30 décembre.

Un fléau évident

87 % des transactions sont réalisées en liquide dans le pays et beaucoup de commerces ne déclarent souvent pas ces paiements, ce qui leur permet d’éviter de payer des impôts, quitte à garder des montagnes de billets dans leurs coffres. On estime que cet «argent noir» représente 20 % du PIB de l’Inde, soit l’équivalent de celui de la Thaïlande.

Arrêt brutal de la consommation

En raison de la pénurie de billets, les consommateurs vont restreindre leurs achats, les chaînes d'approvisionnement pourraient être perturbées et les fermiers dans l'incapacité d'acheter des semences. Faute de demande, le prix des légumes a chuté de moitié dans le plus grand marché du nord de l’Inde et les agriculteurs, dont beaucoup n’ont pas de compte en banque, craignent ne pas pouvoir acheter les graines et engrais pour la semaison d’hiver. Plus globalement c’est l'activité économique qui pourrait être bridée. Fitch pense que l'impact sur le PIB se fera d'autant plus sentir que cette crise devrait durer. L’agence revoit déjà à la baisse ses estimations pour refléter ce qui sera certainement un faible troisième trimestre de l'exercice budgétaire 2017/2017 (clos fin mars).

Cet arrêt brutal n’est pas sans nous déplaire alors que l’horizon politique semblait plutôt dégagé.

Aujourd’hui

Aujourd’hui ce sont les indices manufacturiers allemands et de la zone euro qui seront intéressant à surveiller tout comme les commandes de bien durable aux Etats-Unis et les Minutes de la Fed.

Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse dans le sillage des nouveaux records enregistrés hier soir aux Etats-Unis et à la veille d’un jour et demi de répit sur les marchés (américains) pour cause de Thanksgiving.

Tendance asiatique

Les indices asiatiques sont légèrement dans le vert ce matin dans le sillage des nouveaux records pour les indices américains. Les volumes, comme on peut l’imaginer, sont faibles et les nouvelles assez pauvres ce matin. Preuve en est, les devises sont quasi toutes stables. Notons que le Nikkei est fermé ce matin.

Actualité

Le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, va annoncer aujourd’hui une augmentation du salaire minimum pour les salariés âgés de 25 as et plus à compter d'avril, a dit le Trésor. Le salaire minimum s'élèvera alors à 7,50 livres (8,77 euros) au lieu de 7,20 livres actuellement, a précisé le Trésor.

Le Portugal a remboursé avant terme deux milliards d'euros au Fonds monétaire international (FMI), soit deux tranches de l'emprunt accordé dans le cadre de son plan d'aide internationale, a annoncé le ministère des Finances. Le Portugal espère ainsi réduire les charges liées aux taux d'intérêt élevés des prêts du FMI, qui se montent à 4,3% alors que le pays emprunte à présent sur les marchés à un taux de 3,6% à dix ans.

Donald Trump a adouci sa position sur le changement climatique. Il s'est dit "ouvert" au sujet de l'accord de Paris, après avoir promis pendant toute sa campagne de revenir sur l'engagement des Etats-Unis.

Energie / Utilities   

►               Le renflouement du futur Areva n'est pas encore bouclé et les discussions se poursuivent avec des partenaires susceptibles d'entrer au capital du groupe nucléaire, a indiqué à l'AFP une source proche de Bercy. Cette source a démenti des informations de BFM Business qui évoquait sur son site internet une prise de participation totale de 33% dans le futur Areva par le chinois CNNC, le japonais Mitsubishi Heavy Industries et le kazakh Kazatomprom.

►               L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a reçu d'EDF un dossier complet concernant les tests réalisés sur ses centrales nucléaires à l'arrêt et estime à un mois environ le temps nécessaire pour autoriser ou non leur redémarrage, déclare au Figaro le président de l'ASN. Pierre-Franck Chevet indique aussi au quotidien qu'il faut attendre un mois avant que les réacteurs à l'arrêt redeviennent opérationnels, puis atteignent leur pleine puissance en janvier 2017

►               Enel a annoncé qu'il se concentrerait, dans le cadre de son plan stratégique 2017-2019, sur la digitalisation avec un investissement de 4,7 milliards d'euros, et l'attention portée à sa base de clients, afin de soutenir sa croissance. Le groupe a revu légèrement à la baisse ses prévisions d'investissements pour la période par rapport au plan annoncé un an plus tôt, à 20,9 milliards d'euros (contre 21,2 milliards). Sur ces 20,9 milliards, 4,7 milliards seront consacrés à "la digitalisation de la base d'actifs d'Enel, ses opérations et processus, et à l'amélioration de la connectivité". Cela se fera via des réseaux et compteurs intelligents, des équipements contrôlés à distance ou davantage de digitalisation dans la relation clients. Le groupe vise un milliard d'économies en 2019 par rapport à 2016 (contre 500 millions dans le précédent plan), grâce à une réduction des dépenses d'exploitation tirée par ce processus de digitalisation. L'autre pilier de sa stratégie est l'attention portée à ses plus de 60 millions de clients dans le monde.

►               Shell a contesté devant la Haute Cour de Londres le recours engagé par des milliers de Nigérians qui l'accusent de pollution, affirmant que l'affaire devrait être jugée au Nigeria.

Prix du baril

Le prix du baril de pétrole marque quelque peu le pas ce matin en Asie. C’est la prise de bénéfice qui est à l’ordre du jour à une semaine de la réunion de Vienne.

Industrie / Minières / Automobile

►               Le syndicat allemand des pilotes, Vereinigung Cockpit (VC), a annoncé son intention de prolonger de 24 heures la grève prévue à la compagnie aérienne Lufthansa pour demander une revalorisation des salaires.

►               Air France KLM va quitter l'indice STOXX 600 le 19 décembre prochain, a fait savoir le STOXX.

►               L'Agence des participations de l'Etat (APE) a annoncé que L'Etat avait cédé 1,39% du capital du motoriste et équipementier aéronautique Safran et récolté environ 365 millions d'euros à l'issue de l'opération. L'APE avait annoncé un peu plus tôt dans la journée la mise en oeuvre d'un placement institutionnel accéléré pour la cession de cette participation représentant 5,8 millions d'actions Safran.

►               Toyota va rappeler près de 750'000 voitures de type monospace aux Etats-Unis en raison d'un risque d'ouverture inopinée de la porte latérale, a-t-il annoncé. Il s'agit de 744'000 Toyota Sienna fabriquées entre 2011 et 2016. Le moteur de la porte latérale électrique peut surchauffer et déclencher le mécanisme d'ouverture de la porte si celle-ci n'est pas verrouillée, y compris lorsque le véhicule est en marche.

►               Airbus a annoncé avoir reçu l'autorisation du gouvernement des Etats-Unis pour l'exportation de plus de 100 avions en Iran, en dépit des tentatives de certains parlementaires américains d'empêcher de telles opérations avec la République islamique.

►               La réorganisation d'Airbus va coûter "des centaines d'emplois", révèlent ce matin 'Les Echos', sur la base des chiffres fournis par la CFTC après les comités d'entreprise tenus récemment. Le compte atteindrait 780 personnes, principalement des "cols blancs".

►               Le ministère australien de la défense a commandé à Thales une mise à niveau du sonar des sous-marins de classe Collins, dans le cadre d'un contrat qui représente 100 millions de dollars australiens, soit environ 69,5 millions d'euros.

►               Comet a confirmé ses objectifs de croissance et de rentabilité pour l'exercice en cours ainsi qu'à moyen terme. Dans un communiqué, le groupe anticipe d'ici la fin de l'année un chiffre d'affaires de 300-320 mio CHF pour une marge brute d'exploitation située entre 11 et 13%. Comet a également réaffirmé ses objectifs à l'horizon 2020, à savoir des recettes à hauteur de 500 mio CHF et une marge Ebitda entre 16 et 18%, à périmètre constant et basé sur un taux de change USD/CHF de 0,95 et EUR/CHF de 1,05. Le moteur de croissance d'ici à 2018 devrait être la division Plasma Control Technologies (PCT), acquise au printemps 2015, qui profite de la forte demande dans le domaine des semi-conducteurs. Au 1er semestre, les ventes de Comet avaient progressé de 15,1% sur un an, à 149,8 mio CHF, pour une marge Ebitda à 11,1%. Tous les segments avaient contribué à cette performance, la progression la plus marquée ayant été celle des activités X-Ray Systems (IXS), spécialisée dans les systèmes de tomodensitométrie.

Financières

►               Atlante compte bien présenter une offre de rachat des créances douteuses de trois petites banques qui ont été renflouées il y a un an, a affirmé le responsable du fonds de sauvetage des banques italiennes, rejetant les craintes qu'il ne soit à court de trésorerie pour mener à bien sa mission. Atlante doit racheter 2,5 milliards d'euros de prêts à risque détenus par Banca Etruria, Banca Marche et CariChieti, ce qui ouvrirait la voie à une offre de rachat des trois banques par UBI Banca, la cinquième banque italienne.

►               Giuseppe Guzzetti, président de Fondazione Cariplo, l'un des principaux actionnaires d'Intesa Sanpaolo, a déclaré être au courant que de potentiels investisseurs intéressés par Banca Monte dei Paschi di Siena et d'autres banques italiennes, attendaient l'issue du référendum constitutionnel prévu en Italie au début décembre pour décider d'investir ou non dans ces établissements.

►               Swissquote lance un avertissement sur bénéfice pour 2016. Elle table désormais sur une progression de 2,5% à 150 mio CHF de ses recettes cette année, si bien que la croissance de 10% visée ne sera pas atteinte, a-t-elle précisé dans un communiqué. Fin juillet lors de la présentation des résultats semestriels, Swissquote avait indiqué attendre des recettes totales d'environ 160 mio CHF. La marge de bénéfice avant impôts est désormais attendue à 15% environ. Bien que les marchés se soient révélés plus ou moins stables depuis le milieu de l'année, l'incertitude générale a laissé des traces dans la propension des clients de Swissquote à réaliser des transactions. Le vote du Brexit en Grande-Bretagne, l'élection présidentielle américaine et la situation politique en Turquie sont autant de facteurs d'incertitudes. Cela s'est en particulier reflété dans la faiblesse du négoce dans le domaine de l'eForex.

►               Pour riposter aux mesures prises aux Etats-Unis, la Commission européenne compte imposer des règles plus strictes pour les grandes banques étrangères établies dans l'Union européenne, a indiqué à l'AFP une source proche de l'exécutif européen. Cette proposition, qui doit être présentée mercredi par la Commission (dans le cadre plus large d'un grand paquet bancaire), pourrait également compliquer la donne pour le Royaume-Uni en cas de Brexit.

►               Cembra Money Bank va intégrer le 19 décembre l'indice Stoxx Europe 600. En revanche, l'action de GAM en sera éjectée.

Informations et Technologies

►               AppDynamics a décidé de reporter au moins jusqu'à janvier son projet d'introduction en Bourse (IPO), initialement prévu pour décembre, en raison des incertitudes liées à la victoire inattendue de Donald Trump à l'élection présidentielle, selon des sources proches du dossier. La société projetait de céder des titres sur le Nasdaq au cours de la troisième semaine de décembre, après avoir enregistré son projet d'IPO auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) de façon confidentielle, d'après des proches du dossier.

►               Apple va se plier à la tradition des promotions du "Black Friday" cette année pour stimuler ses ventes d'Apple Watch et autres appareils numériques. Le fabricant de l'iPhone a envoyé un courriel promotionnel à ses clients illustré avec une photo d'une montre numérique Apple Watch et intitulé "Vivement Vendredi". Pour entretenir le mystère habituel, Apple n'a pas spécifié le nom des produits qui seraient proposés en promotion ou l'ordre de grandeur de la remise potentielle. Le groupe a simplement indiqué qu'il proposerait une journée de vente unique, une livraison en deux jours et une possible extension des heures d'ouverture de ses magasins.

►               HP a annoncé un bénéfice ajusté du premier trimestre en cours nettement inférieur aux prévisions des analystes dû à une contraction de la demande d'imprimantes. L'action perd 2,2% dans les échanges après-Bourse. HP s'attend à un bénéfice ajuste de 35 à 38 cents par action au premier trimestre. Les analystes tablaient en moyenne sur 38 cents par action, selon le consensus. Le chiffre d'affaires de l'activité imprimante au quatrième trimestre a chuté de 8,2% percent par rapport à l'an dernier. Pour relancer cette activité, HP a annoncé en septembre qu'il rachèterait les divisions de Samsung Electronics dans le secteur dans le cadre d'une transaction valorisée à 1,05 milliard de dollars. Le bénéfice net d'HP a chuté à 492 millions de dollars, soit 28 cents par action, sur le trimestre au 31 octobre, contre 1,32 milliards, soit 73 cents par action, un an auparavant. Hors exceptionnels, le bénéfice du quatrième trimestre a été de 36 cents par action, conforme aux attentes des analystes. Son chiffre d'affaires net a augmenté de 2% à 12,51 milliards de dollars. Les analystes attendaient 11,9 milliards.

►               Les bureaux de Samsung ont fait l'objet d'une perquisition ce matin dans le cadre de l'enquête pour trafic d'influence autour d'une amie de la présidente sud-coréenne, a-t-on appris de source judiciaire.

►               Vivendi dit détenir 23.15% des actions ordinaires de Telecom Italia

►               Infineon a relevé son objectif de marge à moyen terme, le portant de 15% à 17%, comptant tirer parti de la vigueur du dollar et des synergies dégagées de par l'acquisition d'International Rectifier. Le fondeur a annoncé sinon une baisse de 2% de son résultat d'exploitation sur le quatrième trimestre clos fin septembre, à 280 millions d'euros. C'est un peu inférieur au consensus qui le donnait à 285 millions d'euros, les estimations des analystes variant de 272 à 293 millions d'euros. Infineon anticipe pour le premier trimestre une baisse de 4% du chiffre d'affaires, par rapport au trimestre antérieur, et une marge d'exploitation de 14%. Au quatrième trimestre de l'exercice 2015-2016, le C.A. a augmenté de 5% à 1,675 milliard d'euros, un peu inférieur au consensus qui était de 1,69 milliard. Sur l'ensemble de l'exercice 2016-2017, il anticipe une hausse du C.A. de l'ordre de 6% et une marge d'exploitation de quelque 16%.

Consommation

►               Cafom annonce avoir réalisé un chiffre d'affaires de 390,3 millions d'euros sur son exercice 2016, en croissance de +1,5% : le groupe de distribution atteint ainsi son objectif de réaliser un nouvel exercice de croissance. Le chiffre d'affaires du pôle distribution traditionnelle en Outre-Mer ressort ainsi à 184,2 millions d'euros, en croissance de +5,9%. A périmètre constant, le pôle progresse de +2,3%. Le pôle Habitat a réalisé un chiffre d'affaires annuel de 125,2 millions d'euros contre 130,1 millions un an plus tôt (-3,8% en données publiées et -5,8% à périmètre constant). Le pôle e-Commerce enregistre une performance commerciale sur le second semestre 2016 (+8,9% à 41,5 millions) qui permet de compenser un début d'exercice poussif. Au final, le pôle a réalisé 80,9 millions de chiffre d'affaires, en progression de +0,6%.

Pharmaceutique

►               Cellectis a publié ses résultats financiers du troisième trimestre 2016 et des neuf premiers mois de l’année 2016. Il en ressort que la Phase 1 de l’étude clinique UCART19 en cours, le succès dans la production BPF des lots d’UCART123, une solide position de trésorerie avec 295 M$1 au 30 septembre 2016, la délivrance d’un nouveau brevet couvrant les technologies d’ingénierie des génomes les plus actuelles, un chiffre d’affaires et autres revenus de 12 M$2 pour le troisième trimestre 2016 et une perte ajustée attribuable aux actionnaires3 de 0,6 M$ 2 pour le troisième trimestre 2016

La statistique du jour

* Mirabaud Securities LLP


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...