La Morning note de Mirabaud Securities

vendredi, 14.10.2016

Aujourd'hui, la Morning note de Mirabaud Securities surveillera avec attention la suite de la publication des résultats des entreprises américaines et notamment de banques telles que Citigroup, JP Morgan et Wells Fargo. Les ventes au détail, l’IPP et le sentiment de l’université du Michigan seront aussi dans le viseur.

John F. Plassard*

Les indices américains ont fini en baisse hier soir affectée par des mauvaises statistiques économiques chinoises (import/export) et par la perspective d'une hausse des taux de la Réserve fédérale en fin d'année (après les Minutes de la Fed), mais les principaux indices ont réduit leurs pertes en fin de séance grâce au rebond des cours du pétrole.

En séance, le Dow Jones et le S&P-500 ont perdu plus de 1%, touchant des creux de trois mois.

Malgré cette remontée, le S&P-500, le S&P500, est resté sous le niveau de 2’140, sa moyenne mobile sur 100 jours qui faisait office de support technique depuis un mois avant d'être franchie à la baisse en milieu de semaine.

C’est la 3ème séance de suite que le S&P500 navigue sous cette moyenne, ce qui n’était plus arrivé depuis février 2016….

Au niveau des secteurs, 6 des 11 grands indices sectoriels S&P ont fini en territoire positif mais seul celui des services aux collectivités (Utilities) a affiché une progression sensible, de plus d’1%, profitant de son profil défensif.

Les cours du pétrole ont terminé en petite hausse hier soir à New York, soutenus par l'affaiblissement du dollar et après des stocks américains en demi-teinte.

La volatilité (VIX) a rebondi de jusqu'à 13%, à un plus haut d'un mois, puis est retombé pour n'afficher en clôture qu'une hausse de moins de 5%.

Statistiques américaines

Il y avait enfin des statistiques économiques américaines hier, voici ce que nous avons retenu :

Hausse des prix à l’importation

Comme attendu par le consensus, les prix à l'importation aux Etats-Unis ont augmenté de 0,1% le mois dernier, après un recul de 0,2% en août. Sur une période de 12 mois à fin septembre, ces prix ont diminué de 1,1%, leur recul le plus faible depuis août 2014, après une baisse de 2,2% en août. Les prix du pétrole importé ont augmenté de 1,2% en septembre après une baisse de 3,0% en août. Hors pétrole, les prix à l'importation n'ont pas varié pour le deuxième mois de suite. Les prix des produits alimentaires importés ont progressé de 0,6%. Les prix des biens d'équipement importés ont augmenté de 0,1%, leur première hausse depuis juin 2014 et ceux des automobiles de 0,2%. Hors automobile, les prix des biens de consommation importés n'ont pas varié. Sans surprise c’est le Royaume Unis qui a exporté le plus de déflation (conséquence directe de la baisse du pound). Notons la stagnation des prix importés de Chine.

Hausse des prix à l’exportation

Les prix à l'exportation se sont accrus de 0,3% en septembre, après -0,8% en août. Hors produits alimentaires, ils ont augmenté de 0,4% après une baisse de 0,6%.

Globalement, par rapport au mois de septembre 2015, les prix à l'importation ont reculé de 1,1% (-0,7% hors produits pétroliers) et ceux à l'exportation, de 1,5% (-1,4% hors produits alimentaires).

Les inscriptions au chômage à un bas de … 43 ans

Les inscriptions hebdomadaires au chômage se sont maintenues la semaine dernière à un plus bas de 43 ans aux Etats-Unis. En détail, les inscriptions au chômage lors de la semaine au 8 octobre se sont établies à 246’000, un creux depuis novembre 1973 et un chiffre identique à celui de la semaine précédente. Le consensus attendait une hausse à 254’000 inscriptions au chômage.

Pour les férus de statistiques, les inscriptions restent pour une 84e semaine consécutive sous le seuil des 300’000.

Cette série est sans précédent depuis 1970.

La moyenne mobile sur quatre semaines, qui supprime la volatilité hebdomadaire et rend mieux compte de l'évolution du marché du travail, a baissé de 3’500 à 249’250 inscriptions, là encore un plus bas depuis novembre 1973.

Enfin, Le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités a lui aussi reculé de 16’000 pour atteindre 2,05 millions lors de la semaine au 1er octobre (dernière semaine pour laquelle ces chiffres sont disponibles), un creux depuis juin 2000.

Nette hausse des stocks

Les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont progressé de 4,9 millions de barils lors de la semaine close au 7 octobre, à 474 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse de 0,7 million de barils.

Les stocks d'essence ont pour leur part reculé de 1,9 million de barils, contre un repli de 1,5 million attendu, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont baissé de 3,7 millions de barils contre un retrait de 1,6 million anticipé.

Suite à ces chiffres le prix du baril de pétrole a hésité avant de rebondir en fin de séance.

Est-ce volontairement dissimulé ?

L’information est passée totalement inaperçue et on comprend pourquoi. Le taux d’épargne dans l’euro zone vient de toucher son niveau d’il y a … 5 ans !

En détail, en lisant le communiqué officiel (http://europa.eu/rapid/press-release_STAT-16-3382_fr.htm) de la commission européenne (Eurostat) on a appris qu’au deuxième trimestre 2016, le taux d'épargne des ménages s'était établi dans la zone euro à 12,8%, contre 12,6% au premier trimestre 2016. Il est donc à son plus haut niveau depuis la fin 2011 ou il atteignait 13 %.

Concernant le taux d'investissement des ménages s’il a été de 8,6% au deuxième trimestre 2016 contre 8,4% au trimestre précédent, il est toujours dans une phase de stagnation évidente que connait la zone euro depuis 2009.

Après 1 an et 10 mois d’assouplissement quantitatif et plus de 2 ans de taux d’intérêt négatifs, le constat est lourd de conséquence et devrait faire réfléchir (et agir) les membres de la banque centrale européenne (BCE) voire à repenser le type d’outils à utiliser….

Est-ce la solution pour l’avenir du secteur bancaire ?

Nous vous en parlions déjà il y a plusieurs semaines de cela : La banque Goldman Sachs était prête à faire évoluer son modèle pour trouver d’autres sources de revenu.

La banque, d’habitude plus habituée à demander un minimum de plusieurs millions pour ouvrir des comptes vient de lancer sa plateforme de prêts en ligne destinée aux particuliers et PME quel que soit le niveau de leurs revenus.

Cette plateforme (www.Marcus.com) va offrir des prêts à taux fixe allant jusqu'à 30.000 dollars avec des échéances variant de deux à six ans. Il n'y a ni frais ni commission.

Les consommateurs jugés solvables peuvent choisir leur date mensuelle de remboursement et l'option de paiement qui leur convient. Le but étant d'offrir une option alternative aux cartes de crédit bancaires.

Si Marcus se profil en concurrent direct d’un acteur comme LendingClub, il montre cependant la volonté de la banque d’aller chercher des profits « ailleurs » vers le détail.

Rappelons qu’il y a un peu plus de 6 mois, Goldman Sachs avait lancé GS Bank, une plate-forme bancaire en ligne sur laquelle tout Américain disposant d'un dollar pouvait ouvrir un compte d'épargne.

La banque de détail, pourtant délaissée depuis un long moment, est-elle l’avenir d’un secteur bancaire dont les profits s’érodent de plus en plus ?

Le cuivre

Le cuivre est très fortement intégré dans un grand nombre de secteurs d’activités de l’économie. La demande de cuivre est donc ultra-sensible à l’évolution de la conjoncture économique.

Voilà pourquoi on dit souvent que le métal rouge est un indicateur avancé de l’activité économique.

Surveiller l’évolution du stock de cuivre et son cours revient à surveiller l’évolution de la demande de cuivre par les industriels. Or cette demande est au niveau micro-économique le résultat des anticipations de croissance des industriels.

La somme de ces anticipations micro-économiques se traduit dans l’évolution du stock de cuivre et de son cours, et donne un point de vue macro-économique sur les perspectives de croissance de l’économie.

Si tel est le cas, force est de constater que les mauvaises statistiques économiques chinoises publiées hier matin vont dans le sens d’une tendance négative récemment initiée.

Au niveau technique le cuivre a baissé hier dans de très forts volumes (pour toucher ses bas niveaux d’il y a 1 mois) et a cassé des supports très importants puisque les moyennes mobiles des 50, 100 et 200 jours ont toutes volées éclat hier.

Retour en 2014 ?

Souvenez-vous, au référendum d'autodétermination de septembre 2014, les Écossais avaient voté à 55% contre l'indépendance et on avait compris l’attachement du pays à ses racines, mais aussi à la Grande Albion. 2 ans plus tard, le Brexit est passé par là.

La cheffe du gouvernement régional écossais, Nicola Sturgeon, vient de défier la Première ministre britannique en annonçant un projet de loi pour un nouveau référendum d'indépendance, face à un Brexit dont elle ne veut pas et dont elle n'accepte pas les termes.

Le gouvernement écossais ne digère toujours pas le refus de Theresa May d'accorder au Parlement de Westminster ou aux parlements régionaux le droit de s'exprimer par vote sur les termes du futur divorce d'avec Bruxelles.

Le projet de loi sera publié la semaine prochaine, en ouvrant le congrès de son parti nationaliste SNP à Glasgow. Pour en organiser un nouveau référendum, le Parlement de Westminster doit donner son aval.

Si cette menace à peine dissimulée est bien évidemment une manœuvre politique (rappelons que l'Ecosse avait voté à 62% pour rester dans l'Union européenne alors que le Royaume-Uni avait voté dans son ensemble à 52% pour en sortir) elle risque cependant de rajouter de la confusion au débat (politique) qui est déjà assez compliqué comme ça.

L’Ecosse considère qu’un Brexit pourrait couter jusqu’à 80'000 emplois au pays.

Aujourd’hui

Aujourd’hui nous surveillerons la suite de la publication des résultats des entreprises américaines et notamment de banques telles que Citigroup, JP Morgan et Wells Fargo. Les ventes au détail, l’IPP et le sentiment de l’université du Michigan seront aussi dans notre viseur.

Les indices européens devraient ouvrir en hausse suite au rebond de fin de séance des indices américains. Cependant c’est bien la publication des résultats de plusieurs banques américaines qui devrait animer la séance et surtout lui donner la tendance.

Tendance asiatique

Les indices asiatiques sont globalement en hausse ce matin dans le sillage du rebond du prix du baril et pétrole (malgré l’appréciation du dollar) et de la publication de la première hausse en 4 ans et demi des prix « sortie d’usine » en Chine. On a en effet appris ce matin que l'indice PPI des prix « sortie d'usine », qui reflètent l'ampleur de la demande pour les produits industriels, a progressé de 0,1% sur un an en septembre. La glissade sans fin des prix sortie d'usine depuis janvier 2012 contribuait en retour à plomber encore davantage le secteur, les clients ayant tendance à reporter des commandes dans l'attente de meilleures offres, tout en asséchant les ressources d'entreprises souvent déjà très endettées. Rappelons que cette statistique est considérée par certains comme étant le reflet d’un rebond de l’activité en Chine.

On a aussi appris ce matin que les prix à la consommation avaient vu leur croissance accélérer, dépassant les attentes du consensus à 1,9%

Actualité

La Réserve fédérale devrait relever ses taux plutôt tôt que tard compte tenu des bonnes performances de l'économie américaine, a déclaré Patrick Harker, le président de la Fed de Philadelphie. Harker, qui ne vote pas cette année au sein du Comité de politique monétaire (Fomc) mais le fera l'an prochain, s'est prononcé en faveur d'une hausse de taux avant la fin de l'année et d'"au moins deux" en 2017, tout en insistant sur le caractère graduel du resserrement.

Les Britanniques pourraient finalement décider de ne pas quitter l'Union européenne puisque le bloc n'a pas l'intention de leur accorder les conditions avantageuses qu'ils recherchent, a déclaré le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Les Etats-Unis ont adopté définitivement des mesures, proposées en avril, visant à freiner l'évitement fiscal des multinationales américaines qui fuient l'impôt en transférant leur siège social à l'étranger ou à travers leurs filiales. Ces mesures administratives, prises faute "d'action du Congrès", entendent "rendre plus difficile pour les multinationales d'éviter de payer des impôts aux Etats-Unis", a déclaré Jack Lew, secrétaire américain au Trésor, lors d'une conférence téléphonique. "Elles réduisent également les avantages (qu'auraient) des groupes américains à installer à l'étranger" leur siège social, a-t-il ajouté.

Energie / Utilities   

►               Engie a annoncé qu'il avait acquis Siradel, un spécialiste de la modélisation urbaine en relief qui lui permettra de renforcer son offre à destination des villes et des territoires. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé. Le chiffre d'affaires de Siradel est ressorti en hausse de 40% en 2015, à plus de 6 millions d'euros, a cependant indiqué le groupe à Dow Jones Newswires.

►               Edison, filiale d'EDF, propose de racheter la société d'énergies renouvelables Alerion Clean Power à raison de 2,46 euros par action, soit 107 millions d'euros au total. Edison veut se développer dans les énergies vertes et ambitionne de devenir le leader italien de l'énergie éolienne. En rachetant Alerion, il deviendrait déjà le numéro deux, derrière ERG.

►               L'ONG Greenpeace a annoncé qu'elle allait porter plainte avec d'autres associations contre EDF et Areva à la suite de la détection d'une anomalie dans un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin).

Prix du baril

Le prix du baril de pétrole tente un rebond ce matin en Asie malgré la hausse du dollar et malgré la publication de stocks de brut américain mitigée hier.

Industrie / Minières / Automobile

►               Le principal actionnaire de William Hill a exprimé son opposition au projet de fusion avec le groupe canadien de jeux en ligne Amaya. Dans une lettre adressée au conseil d'administration que Reuters a pu consulter, Parvus Asset Management juge que cette opération a "une logique stratégique limitée et serait destructrice de valeur pour les actionnaires".

►               Le lancement très attendu de la nouvelle version du pick-up F Super Duty de Ford a été ralenti au cours de l'été, en raison de "problèmes liés à des équipements", d'après une lettre adressée par un responsable syndical à des ouvriers du constructeur automobile américain. Ce retard pourrait avoir affecté les résultats du troisième trimestre de Ford, dans un contexte d'affaiblissement de la demande de véhicules légers aux Etats-Unis.

►               Anglo American devrait conclure dans les prochains jours ou semaines la vente de ses actifs australiens de charbon à un consortium emmené par la société américaine de capital-investissement Apollo Global Management pour un milliard de dollars ou davantage, ont dit trois sources au fait des négociations.

►               Anglo American et Apollo sont entrées dans une période d'exclusivité de deux semaines qui expire la semaine prochaine", a dit l'une de ces sources. "Nous pensons que c'est Apollo qui remportera le morceau la semaine prochaine."

►               Technip a remporté un contrat subsea auprès de PETRONAS Carigali Sdn Bhd (une filiale de PETRONAS) pour la phase 2 du projet du redéveloppement du champ offshore de Samarang au large de la Malaisie. Dans le cadre de ce contrat, Technip supervisera l’ingénierie, l’approvisionnement, la construction, l’installation et la mise en service (EPCIC) de conduites flexibles de 10 cm à 15 cm de diamètre, ainsi que des tubes pour la plate-forme.

►               ChemChina et Sinochem discutent d'une éventuelle fusion susceptible de créer un géant de la chimie, des engrais et du pétrole totalisant près de 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel, rapportent trois sources proches du dossier. Le projet a été proposé par le gouvernement chinois en vue de diminuer le nombre de sociétés publiques et de concentrer le secteur en créant des acteurs compétitifs au niveau mondial, précisent-elles.

Financières

►               Selon le management de la Deutsche Bank, depuis les récentes « affaires », les outflows de la banque ne seraient pas important

Informations et Technologies

►               HP Inc, l'entité qui a recueilli les activités de matériel informatique de l'ancien Hewlett-Packard, a dit s'attendre à supprimer entre 3.000 et 4.000 emplois sur les trois prochaines années. Pour l'exercice en cours, HP Inc table sur un bénéfice par action compris entre 1,55 et 1,65 dollar. Les analystes ont une prévision moyenne de 1,61 dollar, selon le consensus. Le groupe a aussi annoncé une majoration de 7% de son dividende trimestriel et une augmentation de son programme de rachat d'actions qui atteint à présent les trois milliards de dollars. Le titre HP Inc cédait 1,8% dans les transactions électroniques à Wall Street en réaction à ces annonces

►               Verizon Communications se réserve la possibilité de renoncer à son offre d'achat de 4,83 milliards de dollars sur Yahoo à la suite du piratage massif dont a été victime le groupe internet, a annoncé l'opérateur télécoms. Verizon peut raisonnablement penser que le piratage d'au moins 500 millions de comptes email révélé par Yahoo en septembre aura un "impact matériel" lui permettant de retirer son offre, a déclaré son directeur juridique Craig Silliman.

►               Sony prévoit de lancer au moins cinq jeux pour smartphones vers la fin mars 2018, rapporte le quotidien des affaires Nikkei. Sony Interactive Entertainment, la filiale de jeux vidéo du groupe japonais, entend reprendre des jeux à succès déjà proposés sur la console PlayStation, précise le journal. Ces nouveaux produits seront d'abord lancés au Japon et dans d'autres marchés de l'Asie, ajoute-t-il.

►               L'Arcep vient de sélectionner les opérateurs mobiles lauréats à l'attribution de nouvelles fréquences outre-mer. A l'issue de l'examen des 25 dossiers de candidatures reçus, l'Arcep a choisi 4 lauréats dans chacune des 5 zones géographiques concernées. Deux opérateurs font leur entrée sur le marché mobile ultramarin : Free (Iliad) Mobile dans les Antilles et en Guyane et ZEOP Mobile à La Réunion.

►               Altice a racheté 5,2% du capital de SFR lors d'une transaction hors marché, a fait savoir le holding de Patrick Drahi dans un communiqué

►               Samsung a estimé que la crise liée à ses smartphones Galaxy Note 7 qui explosent amputera d'environ trois milliards de dollars son résultat d'exploitation sur les deux prochains trimestres, espérant que la hausse des ventes de son autre portable vedette amortira le choc. En plus de ses pertes sur le troisième trimestre, Samsung juge que la décision d'arrêter le Galaxy Note 7 va continuer de réduire ses marges de bénéfice durant la période d'octobre à mars, qui inclut la période des fêtes de fin d'année cruciale pour ses ventes. L'impact négatif est estimé entre 2.000 et 3.000 milliards de wons (1,8 à 2,6 milliards de dollars) pour le quatrième trimestre de 2016 et à environ 1.000 milliards de wons (884 millions de dollars) pour le premier trimestre de 2017, a déclaré le groupe sud-coréen dans un communiqué.

►               L'Arabie Saoudite et le SoftBank Group ont annoncé leur volonté de créer un fonds d'investissement dans les technologies qui pourrait peser jusqu'à 100 milliards de dollars, et devenir l'un des plus importants fonds de capital-investissement au monde.

►               Infosys a averti que son chiffre d'affaires annuel ne sera pas aussi élevé que prévu. Il s'agit du second avertissement de la société en trois mois. Le titre est logiquement chahuté ce matin sur le marché boursier indien. La SSII explique que plusieurs événements sont venus peser sur les investissements des entreprises occidentales, en particulier l'approche de l'élection présidentielle américaine et la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne. Attention au secteur des services informatiques en Europe ce matin donc (on songe à Cap Gemini et Atos entre autres)

►               Orange va passer à la 4G en Egypte, devenant le second opérateur du pays, après le groupe public Telecom Egypt, à proposer du très haut débit mobile. Le groupe français va devoir signer un chèque d'un peu plus de 495 millions de dollars

Consommation

►               Edenred a confirmé ses objectifs pour l'exercice 2016, au vu d'une accélération de sa croissance au troisième trimestre.  Conformément à ce qu'il avait déclaré fin juillet, lors de la publication de ses résultats du premier semestre, Edenred continue de viser pour 2016 un résultat opérationnel courant compris entre 350 et 370 millions d'euros, contre 341 millions en 2015. Au troisième trimestre, le groupe a engrangé un chiffre d'affaires de 278 millions d'euros, contre 243 millions un an plus tôt, ce qui correspond à une hausse de 14,4% à données publiées et de 9,1% sur une base organique. Sur l'ensemble des neuf premiers mois de l'année, Edenred a cumulé un chiffre d'affaires de 804 millions d'euros, en hausse de 2,8% à données publiées en raison d'effets de change négatifs, et en croissance organique de 7%. Le chiffre d'affaires opérationnel tiré de l'émission de titres est ressorti en croissance organique de 7,6% à 646 millions d'euros, celui ne nécessitant pas d'émission de titres de 7,8% à 109 millions d'euros, tandis que le chiffre d'affaires financier a baissé de 1,9% à 49 millions d'euros en raison notamment de la baisse des taux en Europe. Le chiffre d'affaires financier est généré par le placement de la trésorerie du groupe.

►               Tesco et son fournisseur Unilever ont annoncé avoir réglé un contentieux sur les prix qui a peut-être donné aux consommateurs britanniques un avant-goût des conséquences pratiques du Brexit.

►               McDonald's a annoncé qu'il supporterait environ 130 millions de dollars de charges avant impôts au troisième trimestre, en raison d'efforts de restructuration. Ces mesures de restructuration portent sur la franchise de quelque 4.000 restaurants d'ici à la fin 2018, afin d'économiser 500 millions de dollars environ. McDonald's, qui publiera ses résultats trimestriels le 21 octobre, devrait avoir clos le troisième trimestre sur un bénéfice par action de 1,49 dollar, selon le consensus

►               Rémy Cointreau annonce ce jour la conclusion d’un accord avec Lucas Bols N.V. concernant la constitution d’une joint-venture chargée de l’exploitation et de la poursuite du développement des activités internationales de la marque Passoã.

Pharmaceutique

►               Innate Pharma SA annonce que les résultats préliminaires de tolérance et d'activité clinique de l'étude de Phase I testant IPH4102 chez des patients présentant un lymphome T cutané (LTC) en rechute ou réfractaire seront présentés par le Professeur Martine Bagot, Chef du Service de Dermatologie à l'Hôpital Saint-Louis, Paris, au 3e congrès mondial des lymphomes cutanés (3WCCL) qui se tiendra du 26 au 28 octobre 2016, à New-York.

La statistique du jour

* Mirabaud Securities LLP


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...