Bourse Zurich: le SMI accentue la baisse après la Fed

jeudi, 20.08.2020

Au milieu de la journée, le SMI reculait de 0,80% à 10'227,68 points.

(Keystone)

La Bourse suisse amplifiait ses pertes jeudi en fin de matinée, avec un accès de faiblesse quasi généralisé des valeurs vedettes. La veille, Wall Street a terminé en repli, perdant du terrain alors que la Banque centrale américaine (Fed) s'est montrée particulièrement prudente sur la santé de l'économie des Etats-Unis.

Les participants à la réunion de la Réserve fédérale ont notamment souligné que "l'incertitude qui entoure les perspectives économiques (restait) très élevée, la trajectoire de l'économie dépendant fortement de celle du virus et de la réponse du secteur public à cela", c'est-à-dire de l'adoption d'un nouveau plan d'aide.

"Les marchés européens ont ouvert en nette baisse, après que les minutes de la Fed ont montré que les responsables politiques américains s'inquiétaient des perspectives pour l'économie des Etats-Unis en l'absence d'un nouveau plan de soutien public", ont
souligné les analystes de CMC Markets dans un commentaire.

La Bourse suisse s'enfonçait dans le rouge. A 10h48, le SMI reculait de 0,80% à 10'227,68 points. Le SLI perdait 0,94% à 1557,17 points et le SPI abandonnait 0,69% à 12'739,78 points.
Alcon (-3,1%) ravissait la place de lanterne rouge. Le géant des dispositifs et consommables ophtalmiques a levé mardi soir le voile sur une performance trimestrielle encore plus déficitaire qu'escompté.

Les bancaires Credit Suisse (-2,3%) et UBS (-2,2%) venaient juste derrière, suivi plus loin par ABB (-1,9%). Le groupe d'ingénierie zurichois pâtissait d'une reprise de couverture à "sell" et d'un objectif de cours à 20 francs émis par Berenberg.
Les valeurs du luxe Richemont (-1,7%) et Swatch (-1,1%) perdaient aussi du terrain. Le repli des exportations horlogères suisses, causé par la pandémie de coronavirus, a pourtant poursuivi son ralentissement en juillet. Elles se sont inscrites en baisse de 17% à 1,58 milliard de francs, selon le relevé mensuel de l'Administration fédérale des douanes (AFD).

Swiss Life (+1,2%) figurait parmi les rares "blue chips" en hausse, portée par une recommandation à l'achat d'UBS. La banque aux trois clés a relevé l'objectif de cours à 440 francs. Logitech (+0,2%), Roche (+0,1%) et Vifor (+0,04%) surnageaient.

Sur le marché élargi, Kudelski (-11,7%) poursuivait sa chute. Le groupe technologique vaudois a annoncé des résultats semestriels largement inférieurs aux prévisions. Plombé par la pandémie de coronavirus, la société a eu largement recours au chômage partiel.
Siegfried (-2,9%) reculait aussi nettement. Le fournisseur de l'industrie pharmaceutique a vu son chiffre d'affaires et la rentabilité s'effriter au premier semestre, marqué par la pandémie de coronavirus. La direction a néanmoins confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année.
Von Roll (-7,0%), la BCV (-3,1%), Meier Tobler (-2,7%) et la BC de Lucerne (+1,2%) ont également publié leur performance semestrielle.

Zur Rose (-6,4%) poursuivait sur la baisse de la veille. La pharmacie en ligne a vu son déficit se creuser au premier semestre, malgré de solides ventes dopées par sa filiale Medpex.
Orior (-3,8%) prenait la même trajectoire. L'industriel alimentaire avait indiqué mercredi que sa rentabilité avait chuté sur les six premiers mois de l'année, plombée par les mesures de confinement, ainsi que par un effet de base fiscal.
Achiko (+50%) continuait son envol après un parcours météorique la veille (+395%). La société indonésienne, cotée à la Bourse suisse, a déposé une demande de brevet provisoire pour un kit de test de la maladie Covid-19 par la salive.(awp)






 
 

AGEFI



...