La pandémie pèse fortement sur l'emploi au 2e trimestre

mardi, 25.08.2020

Au 2e trimestre, le nombre de places de travail a reculé, en raison de la crise du Covid-19, de 0,6% par rapport à la même période l'an dernier.

Les postes vacants ont chuté de 26,9%, soit de 22'500. (Keystone)

La pandémie de nouveau coronavirus a fortement pesé sur le marché de l'emploi en Suisse au 2e trimestre. Alors que le nombre de places de travail a fléchi en l'espace d'un an de 0,6%, celui des emplois à temps plein a reculé de 0,2%. Les postes vacants ont chuté de 26,9%, soit de 22'500.

A fin juin, la Suisse recensait 5,095 millions d'emplois dans les secteurs secondaire et tertiaire, soit 0,6% ou 31'000 de moins qu'un an auparavant, indique mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Dans l'industrie et la construction - le secteur secondaire - le recul s'est inscrit à 0,4% ou 5000 places de travail, alors que le repli a atteint 0,6% ou 26'000 (emplois) dans les services (secteur tertiaire).

En termes désaisonnalisés, l'emploi total a fléchi de 1,1% par rapport au trimestre précédent. La baisse s'est fixée à 0,5% dans le secteur secondaire et de 1,1% dans le secteur tertiaire. Le volume de l'emploi s'est chiffré à 3,983 millions d'équivalents plein temps, soit 0,2% de moins que douze mois auparavant. Le nombre de postes en équivalents plein temps a baissé tant dans le secteur secondaire (-4000 unités, -0,4%) que dans le secteur tertiaire (-4000 unités, -0,1%).

Dans le secteur secondaire, l'emploi a reculé de 0,9% ou 6000 postes dans la section "Industrie manufacturière". L'évolution s'est également révélée négative dans le secteur tertiaire. Conséquence des mesures mises en oeuvre pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, l'hôtellerie et la restauration a particulièrement souffert, perdant pas moins de 33'000 postes (-12,1%).

Repli limité dans le commerce

Les "activités liées à l'emploi" ont elles subi une dégringolade 14,5%, soit de 18'000 postes. Dans le commerce, le repli s'est limité à 0,1%.

Toutes branches confondues, le nombre de places vacantes a diminué de 22'500 unités (-26,9%) par rapport au 2ème trimestre 2019. Le fléchissement a touché aussi bien le secteur secondaire (-32,6%) que le secteur tertiaire (-25,1%).

L'industrie manufacturière (-39%), l'hébergement et la restauration (-45%) ainsi que la branche des transports et de l'entreposage (-46%) ont subi les plus vifs replis. A fin juin, le taux de places vacantes était de 1,2%, aussi bien dans l'économie totale que dans le secondaire et le tertiaire.

Evoquant les perspectives en matière d'emploi, l'OFS se montre pessimiste. Au 2e trimestre, les entreprises qui prévoyaient de maintenir leur effectif de personnel au trimestre suivant représentaient 70,9% de l'emploi total, contre 72,4% un an plus tôt. Celles projetant d'augmenter leur personnel représentaient 8,9% des emplois, contre 11,2% douze mois plus tôt.

Les sociétés qui envisageaient fin juin de réduire leur nombre de collaborateurs représentaient de leur côté 7% de l'emploi total, contre 3,1% un an plus tôt. Les entreprises qui ne se sont pas exprimées représentent (comme au 2e trimestre 2019) 13,2% des 19'000 firmes interrogées.

Calculé sur la base de ces données, l'indicateur des prévisions d'évolution de l'emploi a fortement reculé par rapport à l'année précédente (1,01, -3,4%). L'indicateur est passé au-dessous de 1,00 au Tessin et dans quelques branches des secteurs secondaire et tertiaire. Ces chiffres présagent un nouveau recul de l'emploi au trimestre prochain. (awp)

>> Lire aussi: notre dossier coronavirus






 
 

AGEFI



...