Pas de nouveau mandat pour Géraldine Savary

mardi, 06.11.2018

Attaquée pour ses liens privilégiés avec le milliardaire Frederik Paulsen, la conseillère aux Etats socialiste vaudoise ne sollicitera pas de nouveau mandat lors des élections fédérales 2019. Elle quitte aussi la vice-présidence du PS.

Géraldine Savary a reconnu des "erreurs d'appréciation" dans ses relations avec Frederik Paulsen.(keystone)

Géraldine Savary ne briguera pas un nouveau mandat au Conseil des Etats en 2019. 

"La pression médiatique dont je fais l'objet a atteint ma santé. Je n'ai plus la force nécessaire pour mener de front mon mandat et une nouvelle campagne électorale", a-t-elle déclaré mardi devant la presse à Lausanne. Elle a reconnu des "erreurs d'appréciation" dans ses relations avec Frederik Paulsen.
La sénatrice est sous le feu des critiques jusque dans son propre parti, à la suite à des révélations sur le financement de ses campagnes 2011 et 2015 par Frederik Paulsen, président de Ferring à Saint-Prex (VD), au bénéfice d'un forfait fiscal et consul honoraire de Russie en Suisse. Elle a aussi participé à des voyages en sa compagnie, en Sibérie et à Grenade. Ces déplacements ont fait l'objet d'une enquête préliminaire du Ministère public vaudois qui a classé le dossier.(awp)

Frederik Paulsen regrette la décision de Géraldine Savary

En déplacement en Asie, M. Frederik Paulsen a appris avec grand regret la décision de Mme Géraldine Savary de renoncer à se présenter aux prochaines élections fédérales. Il est déçu de constater que cette décision est liée au soutien qu'il lui a apporté, et à la polémique qui en a découlé.

«Lorsque j'ai fait la connaissance de Mme Savary, nous avions eu d'emblée des discussions animées et intenses, passant par-delà nos divergences d'opinion. J'ai trouvé en Mme Savary l'exemple d'une femme de conviction, soucieuse du bien public, ferme sur ses positions et ouverte sur le monde. C'est la raison pour laquelle j'ai voulu la soutenir, modestement et amicalement, dans ses campagnes politiques. Pour qu'elle soit saine, la démocratie a besoin de débat, de pluralité et d'engagement. Une personnalité comme celle de Géraldine Savary apporte ces éléments fondamentaux et utiles.»

«Je regrette profondément que le harcèlement médiatique et politique dont Mme Savary a été l'objet l'aient conduite à prendre cette décision. Le débat public perdra une femme brillante et une représentante dynamique.»(ats)






 
 

AGEFI



...