Assignation avant dividende, vente de puts pour le remplacer

dimanche, 14.04.2019

Martial Diserens*

Depuis 2015, je possède quelques centaines de Nestlé dans mon portefeuille. Mon prix de revient moyen s’élève à environ 73 francs. La progression lente et sûre de ce titre a fait que j’ai encaissé régulièrement des calls sans jamais me faire exercer. La vente des derniers calls a été effectuée en octobre dernier sur juin 2019, base 88 francs. Hier, je me suis fait assigner à 88 francs. Comment dois-je réagir pour la suite?

Quelle belle et régulière rentabilité!! En effet, en plus des calls cumulés dans le temps, il y a les dividendes et votre marge entre le prix de revient (73 francs) et votre prix de vente de 88 francs. Mais il fallait bien qu’une assignation arrive un jour!! Et le marché a décidé que pour vous c’était hier. La date de cette assignation n’est pas un hasard, elle arrive simplement deux jours avant le détachement du dividende prévu le 15 avril. Il faut dire que c’est exceptionnel que Nestlé progresse de 15 à 20% en si peu de temps pour se retrouver à 96,40 francs aujourd’hui. Quand on s’habitue à cette régularité de rendement, il est vrai qu’on peut se sentir un brin vexé de devoir lâcher (vendre) plus bas que le prix du jour. Que cela ne tienne, avec la technique de l’option couverte, une solution s’offre toujours à vous.
Vous me demandez comment réagir? Et bien, je vous conseille d’attendre que Nestlé paie son dividende lundi. Le titre va donc baisser d’environ 2,50 francs et c’est là que je vous suggère de vendre des puts correspondant à la somme à investir (en bloquant cette somme sur votre compte) sur une distance de décembre 2019 et une base aux alentours de 88 francs. Par exemple, une vente de puts à l’instant sur décembre base 88 francs paie 2,20 francs et sur base 90 francs, 2,75 francs. Cette opération vous permettra de toucher une prime (put) qui remplacera tout ou partie du dividende, et surtout de racheter l’action à un prix plus bas qu’aujourd’hui en cas de retournement du marché. Je pense qu’une consolidation accompagnée d’une baisse devrait se produire dans le courant de cette année.
En résumé, sur des valeurs comme Nestlé ou les gros titres du SMI, en utilisant la technique de l’option couverte, il faut compter 2 à 5% de rentabilité «optionnelle» annuelle défiscalisée. A cela, vous rajoutez les dividendes lorsque vous possédez les titres, et ceci en faisant abstraction des plus et moins-values des actions. Cette régularité de rendement est pratiquée depuis quelques décennies par le chroniqueur.

Les cours ont été relevés le 12 avril 2019 à 9h38.

Posez vos questions par mail ou téléphone sur les options couvertes, l’auteur y répond dans l’édition du lundi de L’Agefi.

Tel 021/7843922 ou martialdiserens(at)hotmail(point)com

* Gérant de fortune indépendant, spécialiste en options couvertes et membre de l’ASG






 
 

AGEFI



...