2016, une année bonne pour la création d'entreprises

dimanche, 01.01.2017

Après un recul enregistré en 2015, le nombre de créations d'entreprises en Suisse est reparti à la hausse l'année passée. La croissance a été de 0,72%, pour un total de 41'329 nouvelles sociétés, a indiqué dimanche la plate-forme Startups.ch.

La croissance a été de 0,72% en Suisse.

Des taux d'intérêt bas et une conjoncture robuste constituent des conditions favorables pour se mettre à son compte, relève Startups.ch. De plus, l'incertitude liée au Brexit a attiré des entrepreneurs de l'Union européenne vers la Suisse.

C'est la Suisse romande, et en particulier la région de l'arc lémanique, qui s'est montrée la plus dynamique. Dans la partie francophone, le nombre d'entreprises créées a bondi de 4,84% pour atteindre 11'878. Les cantons de Vaud (+11,55%) et de Genève (+5,31%) décrochent la palme.

"La promotion des sites d'implantation dans ces cantons est excellente", résume Michele Blasucci, directeur de Startups.ch, cité dans le communiqué. "En outre, l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) offre un environnement dans lequel de nombreuses 'spin-off' sont créées dans le domaine de la recherche et développement".

Zurich en tête

La progression a été plus modeste en Suisse alémanique, avec un taux de +0,24%. En chiffres absolus, c'est Zurich, canton le plus peuplé de Suisse, qui affiche le nombre le plus élevé de créations d'entreprises avec un total de 7336 (+1,01%). Cela représente 17,9% de toutes les créations de société en Suisse en 2016.

Zurich est suivi par Vaud (10,1%), Genève (8,5%), Berne (8,2%) et Argovie (6%). Le Tessin s'arroge pour sa part 5,9% du total.

L'évolution des créations d'entreprises en 2017 dépendra du résultat de la votation du 12 février sur la troisième réforme de l'imposition des entreprises (RIE III), estime M. Blasucci. Pour lui, il est évident qu'un "oui" renforcerait nettement la Suisse comme lieu d'implantation pour la recherche, car la réforme prévoit des allégements fiscaux pour les entreprises qui investissent dans la recherche et le développement.

En cas de vote favorable du peuple, Michele Blasucci s'attend à un "boom" dans la création de sociétés.  (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 
 
 

...