Une nouvelle société réunit quatre distributeurs d’énergie en Valais

jeudi, 23.08.2018

Après le lancement du produit de stockage solaire Horizon, SEIC-Télédis, Altis, SED2 et les services industriels de Fully fondent la société anonyme et multiservice Inera.

MH

Horizon propose aux propriétaires d’installations solaires privées de stocker leur énergie.

Le Groupe SEIC-Télédis, ALTIS, les Services industriels de Fully et le service Electricité, Energies et Développement Durable de la Ville de Monthey (SED2) ont choisi de faire évoluer leur partenariat initié par le produit de stockage énergétique Horizon. Les quatre distributeurs valaisans d’énergie fondent Inera. La nouvelle société anonyme se présente comme une alternative à la fusion. Elle permet ainsi à chaque acteur de «conserver son indépendance et son marché tout en profitant d’un partage de compétences et de savoir-faire», indique la nouvelle née dans un communiqué.  

Devenir prosommateur d’énergie

Inera est une suite logique au projet de stockage solaire «Horizon» lancé en février 2018. Le produit propose aux propriétaires d’installations solaires privées, répartis de Monthey à Nendaz, en passant par l’Entremont, de stocker leur énergie sans investissement. Ces derniers prennent le statut de « prosommateurs», soit des producteurs et des consommateurs.

Via un abonnement annuel, le surplus d’énergie produit par le privé est transmis à Inera, tandis que lorsqu’un manque se fait savoir, le propriétaire récupère gratuitement de l’énergie auprès de la société. Seul le stockage lui sera facturé via un abonnement annuel dès 45 francs par KW de puissance installée.

«De nombreux privés hésitent à investir dans une installation qui produit surtout quand ils sont absents, en journée et en été par exemple. Les batteries domestiques, difficilement recyclables, nécessitent par ailleurs un investissement initial conséquent pour les autoproducteurs, d’environ 9000 francs pour une batterie standard de 6kWh triphasée (sans subventionnement)», justifie la société.

Eventail de services

Désormais, les quatre partenaires vont collaborer au travers de la société commune Inea, active dans les domaines de l’énergie, du multimédia, et de l’eau. Cette offre qui se veut multiservice est ainsi un moyen supplémentaire pour freiner la rude concurrence sur le marché de l’énergie, et la libéralisation annoncée du secteur. «Les consommateurs veulent pouvoir produire leur énergie et l’utiliser quand bon leur semble, être connectés en haut débit en permanence, ou recharger leur véhicule électrique simplement et rapidement, lâche Philippe Délèze, directeur de SEIC-Télédis. 

Juridiquement, Inera prend la forme d’une société anonyme, afin d’éviter le processus juridique complexe d’une fusion. C’est donc un modèle du type «net+» qui a été privilégié, soit celui d’une société commune transversale qui développe des produits et des services que distribuent les partenaires.

Les distributeurs d’énergie ont été séduits par cette solution, qui selon eux, «offre non seulement de la souplesse, mais qui facilite également le partage des savoir-faire et la mutualisation des compétences tout en permettant de réaliser d’importantes économies d’échelles en termes d’achats ou de recherche et développement». Les fondateurs d’Inera se disent d’ailleurs prêts à ouvrir leur partenariat à de nouveaux acteurs de taille comparable.

L’an dernier, en Suisse, près de 2 millions de mètres carrés de nouveaux panneaux solaires ont été installés, soit l’équivalent de 250 terrains de football. Pour 2018, le marché mondial du photovoltaïque pourrait croître jusqu’à 50%, selon les prévisions de Swisssolar.

 

 






 
 

AGEFI




...