Apple répond à Spotify suite à son accusation de concurrence déloyale

vendredi, 15.03.2019

Apple répond aux accusations de concurrence déloyale de Spotify déposées mercredi à la commission européenne. "Spotify ne serait pas ce qu’il est sans l’App Store", tacle la marque à la pomme.

Apple qualifie la rhétorique de Spotify de "trompeuse".(Keystone)

Mercredi, Spotify, le numéro un mondial de l'écoute de musique en ligne, portait plainte contre la firme américaine Apple pour abus de position dominante sur le marché de la musique en ligne. Apple a décidé de lui répondre et se permet même quelques tacles.

Après avoir vanté la création de la plateforme App Store qui a permis selon le groupe, la création de millions d'emplois et de nouvelles entreprises entièrement développées dans cet écosystème, Apple qualifie de "trompeuse" la rhétorique de Spotify. 

Sur la plateforme sécurisée App Store, "les développeurs, des ingénieurs débutants aux grandes entreprises, peuvent êtes assurés que tout le monde respecte les mêmes règles" ,écrit Apple, en ajoutant vouloir que davantage d'entreprises d'applications prospèrent.

Le fabricant critique le fait que Spotify demande quelque chose de différent. Au contraire, "Spotify souhaite conserver tous les avantages de l'écosystème de l'App Store, y compris les revenus substantiels générés par les clients de l'App Store, sans apporter aucune contribution à ce marché".

Apple en profite pour tacler le service de streaming sur les royalites versées chaque mois: "Spotify distribue la musique que vous aimez tout en apportant une contribution de plus en plus réduite aux artistes, musiciens et auteurs-compositeurs qui la créent - allant même jusqu'à traduire ces créateurs en justice."

Plusieurs points clés reprise des affirmations de Spotify sont ensuite abordés sous forme de liste.

Dans sa plainte, Spotify affirmait que Apple lui bloquait l'accès aux produits et aux mises à jour de l'application. Selon Apple, le groupe a toujours approuvé et distribué près de 200 mises à jour d'applications au nom de Spotify, lui demandant "une seule fois des ajustements lors de contournements de règles".

Le géant à la pomme ajoute que la plupart des utilisateurs de Spotify passent par la version gratuite et Apple ne touche pas d’argent dessus. De plus, beaucoup de personnes ont Spotify Premium grâce à des partenariats avec les opérateurs et, là encore, Apple ne touche pas d’argent dessus.

"Spotify ne serait pas ce qu'il est sans App Store"

Apple nie la discrimination concernant l'imposition d'un droit de 30% aux services de musique en ligne sur les achats effectués via son système, qui augmenterait le prix final pour l'utilisateur. Le groupe rappelle d'ailleurs que cette contribution, "la seule requise par Apple", tomberait à 15% les années suivantes.

Pour finir, le groupe indique se distinguer des pratiques de Spotify dont le but serait "de gagner plus d'argent avec le travail des autres" et se permet un petit tacle à son concurrent: "Spotify ne serait sûrement pas ce qu'il est aujourd'hui sans l'écosystème App Store. Mais maintenant, il exploite sa taille pour éviter de contribuer au maintien de cet écosystème pour la prochaine génération d’entrepreneurs".

 

 






 
 

AGEFI



...