Merkel brigue un nouveau mandat pour défendre les valeurs démocratiques

lundi, 21.11.2016

Angela Merkel a officialisé dimanche soir sa candidature à un quatrième mandat de chancelière en 2017.

"Le combat pour nos valeurs" démocratiques ainsi que la défense "de notre mode de vie" face à la montée des populismes seront l'un des éléments-clés de mon programme, a déclaré à l'issue d'une réunion de son parti conservateur (CDU) à Berlin la chancelière, favorite des sondages.

Angela Merkel a officialisé dimanche soir sa candidature à un quatrième mandat de chancelière en 2017 pour notamment "défendre" les "valeurs" démocratiques. Elle a dans le même temps prévenu que les élections l'an prochain en Allemagne seraient "difficiles".

"Le combat pour nos valeurs" démocratiques ainsi que la défense "de notre mode de vie" face à la montée des populismes seront l'un des éléments-clés de mon programme, a déclaré à l'issue d'une réunion de son parti conservateur (CDU) à Berlin la chancelière, favorite des sondages.

Elle a estimé que l'élection législative allemande, prévue en septembre ou octobre, serait "la plus difficile jamais connue, à tout le moins depuis la réunification allemande" en 1990. Cela en raison de la polarisation de la société et des récents succès de la droite populiste anti réfugiés de l'Alternative pour l'Allemagne.

Cette formation a connu une progression spectaculaire en 2016 lors de scrutins régionaux en raison des craintes suscitées dans l'opinion par l'arrivée d'un million de réfugiés.

Défaites régionales


La chancelière voit sa popularité s'éroder depuis cette crise migratoire, et beaucoup lui ont reproché sa politique d'accueil des réfugiés. Ce chantier restera une priorité si elle est reconduite en septembre.

Son parti a subi en outre plusieurs défaites lors de scrutins régionaux, mais 55% des Allemands souhaitent la voir accomplir ce quatrième mandat, selon un sondage de l'institut Emnid publié dimanche.

Sa gestion de la crise financière de 2008 et de celle de la dette lui ont par ailleurs valu l'estime de la communauté internationale, tout comme ses efforts pour trouver une solution politique au conflit ukrainien.

"Liberté et l'Etat de droit"


Parmi les valeurs qui lui tiennent à coeur, Mme Merkel a cité, outre la démocratie, "la liberté et l'Etat de droit". "C'est ce qui me guide", a-t-elle dit, en jugeant que les "disputes" électorales faisaient partie du processus démocratique normal, mais qu'elles ne devaient pas se transformer "en haine" de l'autre.

Mme Merkel a aussi souligné que sa candidature interviendrait dans un contexte mondial agité, "avec une situation internationale qui doit être réajustée après l'élection américaine" marquée par la victoire de Donald Trump.

Dernier défenseur du "monde libre"


La chancelière a dans le même temps jugé "grotesques et absurdes" les appels de ceux qui voient en elle le dernier défenseur du "monde libre" et des valeurs démocratiques face à la montée des populismes, illustrée par le succès de Donald Trump aux Etats-Unis ou la victoire des partisans du Brexit en Grande-Bretagne.

Une telle tâche ne peut être remplie par une seule personne. "Les succès ne peuvent être remportés qu'à plusieurs", a-t-elle dit.

"Angela Merkel est la réponse au populisme de cette époque. C'est en quelque sorte l'anti-Trump", a affirmé de son côté Stanislaw Tillich, ministre-président du Land de Saxe.

Longue réflexion


Âgée de 62 ans, Mme Merkel est au pouvoir en Allemagne depuis 2005. Son entourage au sein de la CDU avait déjà indiqué dans le courant de la journée qu'elle briguait un quatrième mandat.

Au vu des sondages, elle est de loin la mieux placée pour revenir à la chancellerie à l'issue des législatives de 2017, dans le cadre d'un gouvernement de coalition. Mme Merkel a indiqué avoir "beaucoup réfléchi" avant de poser à nouveau sa candidature. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...