Alexa, l'assistant d'Amazon, chef d'orchestre des objets connectés

samedi, 07.01.2017

Amazon ne figure pas officiellement parmi les exposants du salon d'électronique CES de Las Vegas, mais son assistant virtuel à intelligence artificielle Alexa s'y invite partout, des téléviseurs aux voitures, signalant peut-être que l'heure de la maison connectée a enfin sonné.

Alexa, assistant virtuel à intelligence artificielle, conçu par Amazon.

Les géants technologiques rivalisent pour développer l'assistant connecté le plus sophistiqué -- mais Amazon semble avoir un train d'avance, à voir les annonces faites au CES.

Si LG permet aux consommateurs de "parler" à l'un de ses réfrigérateurs pour vérifier ce qu'il reste dedans et éventuellement recommander des provisions, c'est grâce à l'intégration d'Alexa.

Elle sera aussi présente sur le nouveau modèle phare du fabricant de smartphones Huawei, sur trois marques de téléviseurs fabriqués par Tongfang Global Ltd, et sur des voitures de Ford qui a annoncé cette semaine vouloir l'intégrer à son système électronique embarqué.

Dans un tout autre registre, la justice américaine avait estimé fin décembre qu'Alexa avait peut-être été témoin d'un meurtre, et tenté sans succès d'obtenir d'Amazon les données enregistrées par l'appareil de la victime auquel elle était intégrée.

Alexa avait fait ses débuts sur la gamme Echo d'Amazon: des haut-parleurs connectés à commande vocale capables de répondre à des questions, de donner les dernières informations ou la météo, et même de commander d'autres objets connectés de la maison.

Les appareils avaient d'abord été considérés comme une curiosité. Mais Amazon affirme en avoir vendu des "millions", avec un gros pic durant les fêtes. Et il a beaucoup renforcé sa présence en ouvrant le système à des développeurs d'applications extérieures.

"Ca a laissé les développeurs ajouter de nouvelles capacités à Alexa", a relevé Steve Rabuchin, qui supervise les activités liées à l'assistant chez Amazon, lors d'une brève apparition durant la présentation de Huawei.

Rassembler les objets connectés

Maintenant Alexa peut servir à écouter de la musique, à se faire livrer des repas, à commander un trajet avec Uber comme à éteindre la lumière ou déclencher une cafetière connectée, confirmant son positionnement comme un centre de commande pour la maison intelligente.

Cette dernière est présentée depuis des années comme la prochaine révolution technologique, mais peine à décoller auprès des consommateurs, en dépit d'une explosion des objets connectés de toute nature au CES.

Pour Bob O'Donnell de la société de conseil Technalysis Research, Amazon semble faire des progrès pour relier toute une série d'objets connectés pour la maison aux systèmes d'exploitation différents. "Les appareils ne peuvent pas se parler entre eux, mais ils peuvent parler à Alexa. Cela place Amazon dans une position de force", dit-il.

"Il y avait un écosystème à assembler: de plus en plus d'objets +intelligents+, des ampoules aux interrupteurs, arrivaient sur le marché, mais presque toutes les entreprises essayant de se placer au centre de la maison connectée se reposaient sur le smartphone", écrit Ben Thompson, un expert du secteur technologique, sur son blog Stratechery. Il juge qu'Alexa est devenue un sérieux candidat pour devenir le coeur des "hubs" pour la maison, car elle "a toutes les qualités qu'on peut espérer d'un système d'exploitation".

Le groupe chinois Lenovo, qui a dévoilé au CES son propre haut-parleur ambitionnant de servir de centre de commande pour la maison, a d'ailleurs choisi d'y intégrer Alexa, décrite par son directeur technique Yong Rui comme "un des meilleurs assistants du marché américain et du reste du monde".

Dépasser le smartphone

Amazon et Alexa conservent malgré tout des concurrents féroces.

Google utilise son propre assistant sur les smartphones Android, une application de messagerie (Allo), et un appareil rival d'Echo lancé tout récemment, Google Home.
C'est Cortana, l'assistant de Microsoft, qui a été retenue pour une enceinte assistante à commande vocale conçue par Mattel pour les enfants et leurs parents, ainsi que pour des voitures connectées de l'alliance Renault-Nissan et de BMW.

Beaucoup d'appareils connectés pour la maison s'intègrent aussi avec Apple Home Kit, qui utilise l'assistant vocal Siri de l'iPhone.

Et le groupe chinois Baidu a dévoilé au CES un robot familial répondant aux commandes vocales qui est lui aussi un assistant virtuel, et sera lancé en Chine plus tard cette année. "2017 sera l'année de l'informatique conversationnelle", a affirmé à l'AFP son responsable scientifique, Andrew Ng.

"Dans la maison connectée, la voix est clairement importante", enchérit Shawn DuBravac, chef-économiste de l'association technologique CTA qui organise le CES.

"Nous passons à des technologies au-delà du smartphone", estime-t-il. "En fin de compte, l'informatique vocale est en train de remplacer" l'écran. (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 
 
 

...