Tamedia promeut plus de 120 journalistes comme experts

vendredi, 08.06.2018

Alors qu'il s'apprête à supprimer une quarantaine de postes au Matin, le groupe de presse zurichois Tamedia aurait débloqué une enveloppe d'un million de francs pour proposer à 121 journalistes promus au rang d'experts une augmentation de 500 francs par mois. Plusieurs salariés ont rejeté l'offre.

Alors qu'il s'apprête à supprimer une quarantaine de postes au Matin - dont plus de la moitié dans la rédaction - le groupe de presse zurichois Tamedia aurait débloqué une enveloppe d'un million de francs pour proposer à 121 journalistes promus au rang d'experts une augmentation de 500 francs par mois. Plusieurs salariés ont rejeté l'offre.

Selon la RTS, six collaborateurs de la Tribune de Genève auraient refusé la promotion au nom de la solidarité avec leurs collègues du quotidien orange, dont l'arrêt de mort de la version papier a été prononcé pour le 21 juillet.

Sollicitée vendredi, l'entreprise zurichoise n'a pas été en mesure de confirmer les chiffres avancés dans La Matinale, mais se défend de toute velléité de division au sein du personnel, évoquant une coïncidence malencontreuse. "Le projet 'cercle des experts' a été mis en place il y a déjà plusieurs mois", a assuré un porte-parole à AWP. "Il s'agit de mettre en réseau et de valoriser les compétences éditoriales au sein du groupe".

Selon la RTS, les promus récalcitrants refusent de "se laisser diviser alors que les temps sont durs pour le journal genevois et pour les collègues du Matin", un geste qualifié de "franchement noble par les temps qui courent" par Laurence Bezaguet, de la Société des rédacteurs et du personnel de la Tribune de Genève.

Aux dires de l'éditeur et président du conseil d'administration Tamedia, Pietro Supino, il est "important de proposer aux journalistes de premier plan des perspectives à long terme (...) indépendamment d'une carrière hiérarchique".

Subsiste le malaise que suscite une charge supplémentaire d'un million de francs, alors que le quotidien payant le plus lu de Suisse romande cessera de paraître dans moins de deux mois après 125 ans d'histoire.(ats)






 
 

AGEFI



...