Mobilezone améliore sa rentabilité annuelle

vendredi, 08.03.2019

Alors que les ventes n'ont que modestement accéléré, l'exploitant zougois de magasins de télécoms Mobilezone a vu son bénéfice net bondir de 12,2% sur un an à 39,5 millions de francs.

Mobilezone note que la performance s'est révélée légèrement inférieure à ses propres attentes.(Keystone)

Malgré un environnement concurrentiel exigeant, Mobilezone a amélioré sa rentabilité l'an passé. Le chiffre d'affaires net s'est étoffé de 2% à 1,196 milliard de francs, Mobilezone relevant dans un communiqué vendredi avoir évolué dans un marché difficile, caractérisé par une vive concurrence. Reste que l'entreprise, également active en Allemagne, est parvenue pour une septième année consécutive à accroître son résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit) de 4,8% à 52,5 millions.

La marge Ebit s'est aussi améliorée passant d'une année sur l'autre de 4,3% à 4,4%. Mobilezone note que la performance s'est révélée légèrement inférieure à ses propres attentes.

En dévoilant fin août dernier des chiffres semestriels record, la chaîne d'échoppes de téléphones mobiles, dont le siège est établi à Rotkreuz, dans le canton de Zoug, avait notamment prévu d'engranger pour l'ensemble de l'année un résultat net de 40 millions de francs.

Les actionnaires se verront gratifiés d'un dividende de 60 centimes par action, un montant stable comparé à l'exercice précédent. Sur la base d'un cours du titre de 10,94 francs à fin 2018, cette somme représente un rendement de 5,5%, ajoute Mobilezone.

Recul dans le commerce de gros

Dans le détail, le segment Commerce, qui comprend les activités des boutiques en Suisse et en Allemagne, les affaires en ligne ainsi que celles avec les clients commerciaux, a généré un chiffre d'affaires de 1,08 milliard de francs, en hausse de 1,8%. La part du commerce de gros a chuté à 537 millions, contre 687 millions en 2017.

Ce repli de 150 millions dans le commerce de gros a pu être compensé par les revenus de 203 millions de francs de TPHCom, spécialiste allemand de l'intermédiation de contrats de réseaux mobile et fixe acquis à fin 2017. L'Ebit du segment Commerce a bondi de 43,3 millions, contre 37 millions douze mois auparavant.

Le segment de services, qui regroupe notamment l'activité de l'opérateur virtuel fixe et mobile TalkTalk, ainsi que celle de réparation de smartphones en Suisse et en Autriche, a affiché des revenus de 96,3 millions de francs, 4,6% de plus qu'en 2017. Comme attendu, l'Ebit a revanche plongé de 12,1 à 8,4 millions.

En matière de perspectives, le groupe table en 2019 sur un résultat opérationnel entre 50 et 55 millions de francs et compte poursuivre sa politique "attrayante" de dividende. Cette dernière consiste à reverser aux actionnaires jusqu'à 75% du bénéfice net.

Nouveau vice-directeur

En parallèle à la présentation de ses résultats, Mobilezone annonce des changements au sein de ses organes dirigeants. Au niveau de la direction générale, le conseil d'administration a nommé Murat Ayhan, lequel dirige la filiale allemande einsAMobile, vice-directeur général du groupe. M. Ayhan est déjà membre de la direction générale de l'entreprise.

Du côté du conseil d'administration, Andreas Blaser, renonce à solliciter un nouveau mandat d'administrateur lors de la prochaine assemblée générale du 4 avril prochain. Pour lui succéder, l'organe de surveillance propose d'élire Peter Neuenschwander, un partenaire du cabinet d'avocats Suffert Neuenschwander & Partner.

Fondé en 1999 et coté à la Bourse suisse depuis 2001, Mobilezone employait à fin 2018 quelque 930 collaborateurs, 63 de plus qu'un an auparavant. Il disposait en Suisse de 119 boutiques, cinq de moins qu'en 2017. En Allemagne, leur nombre a augmenté de huit unités à un total de 73 points de ventes.(awp)






 
 

AGEFI



...