Brexit: les entreprises s'inquiètent d'une divergence réglementaire avec l'UE

lundi, 20.01.2020

Alors que le Brexit sera effectif à la fin du mois, le chancelier de l'Echiquier Sajid Javid a appelé les entreprises à "s'adapter", rappelant qu'elles avaient eu plus de trois ans pour le faire.

"Il n'y aura pas d'alignement, nous ne serons pas ceux qui acceptent les réglementations", a déclaré Sajid Javid. (Keystone)

Les industriels britanniques s'inquiétaient lundi des appels du chancelier de l'Echiquier Sajid Javid à se préparer à une divergence de réglementation avec l'Union européenne, la City se singularisant avec un accueil plutôt favorable.

Alors que le Brexit sera effectif à la fin du mois et que des négociations marathon en vue d'un traité de libre-échange vont démarrer entre Bruxelles et Londres, M. Javid a appelé ce week-end les entreprises à "s'adapter", rappelant qu'elles avaient eu plus de trois ans pour le faire.

"Il n'y aura pas d'alignement, nous ne serons pas ceux qui acceptent les réglementations, nous ne serons pas dans le marché unique ni dans l'union douanière", a-t-il averti dans un entretien au Financial Times.

La fédération des industries d'alimentation et boissons (FDF) s'est dite "profondément inquiète", "sonnant le glas des transactions commerciales fluides".

L'association des fabricants et concessionnaires automobiles (SMMT) a ajouté que sa priorité était "d'éviter des droits de douane élevés et autres barrières frontalières" qui limiteraient notamment l'accès des constructeurs britanniques au marché européen.

Un non-alignement des réglementations signifie que "les entreprises vont devoir s'adapter à des coûteuses nouvelles vérifications, procédés et procédures (...) et qui pourraient se traduire par des augmentations de prix", ajoute-t-elle.

De son côté, la Confédération des industries britanniques (CBI), plus grande organisation patronale britannique, "reconnaît qu'il y a des domaines où le Royaume-Uni peut bénéficier de son futur droit à diverger des réglementations de l'Union européenne" mais que pour certaines entreprises "l'alignement soutient l'emploi et la compétitivité, en particulier dans les régions les plus en difficulté" du pays.

Le syndicat Unite a pour sa part estimé que la position du gouvernement conservateur de Boris Johnson sur les négociations avec l'UE de va "sans aucun doute enfoncer le dernier clou dans le cercueil de beaucoup d'industries britanniques déjà en difficulté".

A l'inverse, City of London, l'organisme qui défend les intérêts du puissant secteur financier britannique, salue les propos de M. Javid, dans un communiqué: "le système actuel d'équivalence pour les pays tiers est imprévisible, épars et sujet à politisation. Obtenir des équivalences de réglementations en fonction +du résultat recherché+ comme le suggère le Chancelier serait un pas dans la bonne direction".

Il y a quelques jours, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait pour sa part souligné à Dublin que "le Royaume-Uni sait que plus il veut être proche du marché unique (européen), plus il devra s'aligner sur les règles du marché unique".

Lundi, le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney a déclaré, en réaction aux déclarations de M. Javid, qu'en "aucune façon l'Union européenne ne va signer un accord commercial sans droits de douane, sans quotas et sans frictions pour l'accès des biens du Royaume-Uni à l'UE s'il n'y a pas un terrain équitable sur la manière dont ils sont produits car ce serait de la concurrence déloyale".

S'assurer que des règles du jeu équitables ("level playing field") perdurent est la principale préoccupation de Bruxelles à l'orée de ses négociations de libre-échange: l'UE veut s'assurer que Londres ne dérégule pas son économie en matière environnementale, sociale, fiscale ou d'aides d'Etat.

Les responsables britanniques répètent quant à eux qu'ils veulent des règles fondées sur "les objectifs" et non sur un cadre rigide, notamment en matière de réglementation financière, mais qu'ils n'ont pas l'intention d'abaisser des normes. (awp)






 
 

AGEFI




...