Syngenta: les autorités mexicaines posent leurs conditions à la fusion

mercredi, 12.04.2017

Afin d'assurer que les conditions de libre concurrence soient maintenues après la transaction, les autorités mexicaines exigent que Syngenta et ChemChina souscrivent à certaines conditions.

Afin d'assurer que les conditions de libre concurrence soient maintenues après la transaction, les autorités mexicaines exigent que Syngenta et ChemChina souscrivent à certaines conditions.

La Commission mexicaine de la concurrence économique (Cofece) a formulé ses conditions pour octroyer son feu vert à l'acquisition de l'agrochimiste Syngenta par le géant chinois ChemChina. Dans un communiqué diffusé dans la nuit de mardi, le gendarme des marchés demande la vente de cinq produits du groupe bâlois à un tiers, sur lequel il souhaite avoir un droit de regard.

Selon la Cofece, l'opération telle que présentée initialement mettrait en péril la libre concurrence sur le marché des herbicides sélectifs contre les dicotylédones dans les cultures de cane à sucre, ainsi que des fongicides de contact dans plusieurs types de cultures.

"Si l'opération était réalisée sans conditions, ChemChina obtiendrait une position dominante dans ces marchés", constate le gendarme des marchés d'Amérique centrale. La fusion aurait pour effet notamment de réduire considérablement les alternatives des agriculteurs pour protéger leurs cultures, avec à la clé une augmentation du prix des produits agrochimiques.

Afin d'assurer que les conditions de libre concurrence soient maintenues après la transaction, les autorités mexicaines exigent que les deux groupes souscrivent à certaines conditions, notamment la cession de cinq produits de Syngenta.

Les acquéreurs devront être indépendants de ChemChina et Syngenta et "être en mesure de se maintenir comme compétiteurs viables". Par ailleurs, la commission souhaite participer à l'évaluation des potentiels acquéreurs avant le désinvestissement
Dans son communiqué, la Cofece indique que les deux partenaires de fusion ont été informés de sa décision et qu'il leur appartient désormais de présenter une requête incluant l'ensemble des exigences du régulateur.

Lundi, l'agrochimiste rhénan avait dit avoir obtenu le feu vert des autorités mexicaines, après celui la semaine dernière des gendarmes de la concurrence américain et européen. Le Brésil et la Chine doivent toujours se prononcer.(awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...