Bourse Zurich: le SMI en baisse, prudence avant la conjoncture US

jeudi, 06.08.2020

À la mi-journée, l'indice vedette SMI abandonnait 0,19% à 10'075,50 points.

(Keystone)

La Bourse suisse évoluait toujours en baisse jeudi en fin de matinée, alors que la saison des résultats battait son plein en Europe et en Suisse, avec notamment les performances semestrielles d'Adecco et de Vifor. Dans l'après-midi, les investisseurs devraient surveiller une série d'indicateurs macroéconomiques et des déclarations de responsables de la Fed aux Etats-Unis.

Wall Street a terminé dans le vert mercredi soir, ignorant un indicateur qui a révélé un net ralentissement des créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis en juillet. Outre les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis, les intervenants vont attentivement surveiller les discours du président de la Réserve fédérale (Fed) de Dallas et de la gouverneure de la Fed.

"La montée des tensions sino-américaines, la hausse du nombre de contaminations au coronavirus en Europe et les récentes données conjoncturelles mitigées assombrissent actuellement le ciel des investisseurs", ont estimé les analystes d'Activtrades dans un commentaire.

La reprise économique serait par ailleurs sérieusement menacée, si les gouvernements européens n'étaient pas en mesure de contenir une seconde vague de contamination au Covid-19, ont-ils averti.

A 10h49, l'indice vedette SMI abandonnait 0,19% à 10'075,50 points, tandis que le SLI égarait à peine 0,09% à 1539,51 points. Le SPI reculait de 0,07% à 12'507,60 points.
Adecco (+1,8%) restait le favori du moment chez les investisseurs. Le géant de l'intérim est parvenu contre toute attente à se maintenir dans les chiffres noirs entre avril et fin juin. Le bénéfice net a néanmoins dégringolé de près de 90% pour s'établir à 21 millions d'euros. Le groupe assure remonter progressivement la pente, depuis l'éclatement au printemps de la crise sanitaire.

Il était suivi par les bancaires Julius Bär (+1,3%), Credit Suisse (+1,1%) et UBS (+0,7%). La banque aux deux voiles bénéficiait d'un relèvement de son objectif de cours par le gestionnaire de fortune zurichois et Deutsche Bank.

Vifor (+0,2%) effaçait les pertes de la matinée. Le laboratoire a annoncé un chiffre d'affaires en hausse au premier semestre. La société affiche un résultat d'exploitation et un bénéfice net en légère augmentation, signe de la solidité du groupe malgré la crise du coronavirus.
A l'autre bout du tableau se trouvaient Swiss Re (-1,3%), Swisscom (-1,0%) et Givaudan (-0,7%).

Novartis (-0,3%) restait dans le rouge. Le groupe pharmaceutique bâlois a décroché auprès de la Commission européenne une extension d'indication pour le Xolair pour le traitement de la rhinosinusite chronique sévère avec polypose nasale chez les patients adultes.
Les deux autres poids lourds Roche (-0,03%) et Nestlé (-0,7%) baissaient aussi.
Sur le marché élargi, Idorsia (+0,9%) montait légèrement. Le laboratoire est prêt à lancer les études en vue d'une homologation de son produit-candidat, le Daridorexant, au Japon. La substance utilisée pour lutter contre l'insomnie a confirmé son efficacité dans une étude de phase II au Japon.

VAT était stable. Le spécialiste de la technologie à vide a réalisé un bon premier semestre, profitant pleinement de la reprise en cours dans le secteur des semi-conducteurs après le ralentissement cyclique qui a affecté l'industrie de la fin 2018 au milieu de 2019. Le groupe se déclare optimiste pour l'exercice en cours.

Valiant (+0,4%) a poursuivi sa croissance au premier semestre. L'établissement prévoit d'ouvrir de nouvelles succursales.
Obseva (-1,3%) a dévoilé une perte nette inférieure au deuxième trimestre à celle qu'elle avait essuyé il y a un an. Elle affiche toutefois des liquidités en baisse à 45 millions de francs.(awp)






 
 

AGEFI



...