Bourse Zurich: le SMI finit au-dessus des 9700 points

lundi, 18.05.2020

Le SMI a terminé ce lundi sur un gain de 2,72% à 9740,77 points, plus haut du jour, et avec un plus bas à 9533,80.

Sur les 30 valeurs vedettes du SMI, Vifor et Roche sont les seuls perdants du jour. (Keystone)

La Bourse suisse a entamé la semaine sur une note nettement positive. Le SMI a ouvert en forte hausse pour se mettre ensuite à accentuer gentiment ses gains. Il a accéléré la cadence dans l'après-midi, repassant même au-dessus des 9700 points pour terminer à son plus haut du jour.

A New York, Wall Street montait également nettement en matinée, après notamment l'annonce de résultats préliminaires encourageants d'essais cliniques avec un vaccin contre le coronavirus par le laboratoire américain Moderna et dont la production a été confiée à Lonza.

Sur le front économique, le patron de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a continué de se montrer prudent tout en envisageant un retour de la croissance sur le moyen terme ou le long terme.

Dans une interview diffusée dimanche sur CBS, M. Powell a estimé que la crise actuelle présentait "des différences fondamentales" avec la Grande Dépression, rappelant que, contrairement à 1929, tous les indicateurs étaient au vert pour l'économie américaine avant la pandémie. Il a néanmoins jugé que le taux de chômage pourrait atteindre les 20 à 25% aux Etats-Unis et que le PIB pourrait chuter jusqu'à 30% au deuxième trimestre.

En Suisse, le moral des industriels suisses a encore dégringolé en mai, selon le dernier pointage du KOF. L'indice d'activité manufacturière approche désormais de son plus bas de 2009, en pleine crise financière. Celui pour la construction a déjà largement crevé ce plancher, mais tend désormais à se stabiliser.

Le SMI a terminé sur un gain de 2,72% à 9740,77 points, plus haut du jour, et avec un plus bas à 9533,80. Le SLI a pris 3,60% à 1421,55 points et le SPI 2,32% à 12'126,58 points. Sur les 30 valeurs vedettes, Vifor et Roche sont les seuls perdants du jour.

Vifor (-1,3% ou 1,85 franc) était traité ce jour hors dividende de 2 francs. Le laboratoire saint-gallois a par ailleurs annoncé l'échec d'une étude contre la glomérulosclérose segmentaire focale, un projet mené en partenariat avec l'américain Chemocentryx.

Roche (-0,7%) a reculé. Nestlé (+1,2%) et Novartis (+1,7%) ont fait partie des valeurs les moins recherchées.

Passablement chahuté récemment, Credit Suisse (+10,1%) a fini sur la plus haute marche du podium devant Adecco (+8,6%) et AMS (+7,2%).

UBS (+6,9%) et Julius Bär (+6,2%) ont aussi fini dans le haut du tableau. Julius Bär publie mardi des informations sur la marche de ses affaires sur les 4 premiers mois de l'année. UBS explore une offre numérique dans la gestion de fortune en Chine.

La porteur Swatch (+3,7% ou 6,45 francs) était traitée hors dividende de 5,50 francs. Prévu initialement à 8 francs, la rémunération des actionnaires avait été rabotée mi-avril par le géant biennois pour préserver ses liquidités.

Richemont (+5,5%) a vu son objectif de cours raboté coup sur coup par JPMorgan, Citigroup et Morgan Stanley, alors que DZ Bank a fait l'inverse.

Sonova (+5,6%), publie mardi ses résultats pour l'exercice 2019/20. Mainfirst recommande le titre à l'achat, jugeant le groupe bien positionné pour faire face aux difficultés du Covid-19.

Lonza (+3,5%) a profité de l'annonce par son partenaire américain Moderna de résultats positifs d'une étude intermédiaire avec un candidat vaccin contre le coronavirus et dont la production a été confiée au groupe bâlois. Ce dernier devra par ailleurs composer avec le départ de l'administrateur Moncef Slaoui, qui venait d'intégrer l'organe de surveillance en qualité de conseiller en chef du programme de vaccin du gouvernement américain.

Sur le marché élargi, Kardex (+6,8%) a pris le contrôle d'une petite entreprise néerlandaise, Robomotive. Les détails financiers de l'opération n'ont pas été dévoilés.

Cicor (+2,5%) s'attend à un recul des ventes semestrielles entre 15% et 20% en rythme annuel en raison de la conjoncture et de la récession qui se dessine.

Leclanché (-2,8%) s'est enfoncé encore plus fortement dans les chiffres rouges au terme de son exercice 2019, avec un chiffre d'affaire divisé par trois. La perte nette a atteint 83,4 millions de francs après 50,7 millions en 2018, selon des données non auditées. (awp)






 
 

AGEFI



...